Deere enregistre une hausse de son bénéfice net pour 2003

Illinois (États-Unis), 25 novembre 2003 – Deere & Company a déclaré un bénéfice net mondial de 70,6 millions $ ou 0,27 $ par action pour le trimestre et de 643,1 millions $ ou 2,64 $ par action, pour l’exercice terminé le 31 octobre, comparativement à un bénéfice net de 68,0 millions $, ou 0,28 $ par action, et de 319,2 millions $ ou 1,33 $ par action respectivement l’an dernier.

« Les résultats de Deere & Company pour 2003 sont une preuvesupplémentaire des bons résultats de nos projets visant à améliorer notreentreprise », a déclaré Robert W. Lane, président du conseil et chef de ladirection. « Le succès des nouveaux produits et les efforts constants degestion des coûts et de l’intensité de l’actif transparaissaient dans nosrésultats pour l’exercice. L’amélioration de la conjoncture du marché aégalement contribué à renforcer le rendement de nos divisions de matériel deconstruction, d’équipement forestier et de matériel commercial et résidentiel.De plus, comme nous nous sommes concentrés sur une gestion rigoureuse del’actif, les comptes clients ont terminé l’exercice à leur plus bas niveaudepuis plus d’une décennie. »

Pour le quatrième trimestre, les ventes et les produits nets à l’échellemondiale ont grimpé de 14 % comparativement à l’an dernier, pour atteindre3,939 milliards $ et également de 11 % pour l’exercice, pour s’établir à15,535 milliards $. Les ventes nettes ont totalisé 3,375 milliards $ pour letrimestre et 13,349 milliards $ pour l’exercice, comparativement à 2,947milliards $ et 11,703 milliards $, respectivement, l’an dernier.

L’augmentation des ventes nettes pour les deux périodes estprincipalement attribuable à la hausse des volumes dans les secteurs del’équipement commercial et résidentiel ainsi que de l’équipement forestier etdu matériel de construction. L’effet de conversion des taux de change et lesmeilleurs prix réalisés ont également eu une incidence favorable sur lesventes de cette année. Les ventes nettes outre-mer se sont accrues 19 % pourle trimestre et de 17 % pour l’exercice. Si on fait abstraction de l’incidencedes variations des taux de change, les ventes outre-mer ont progressé de 6 %pour le trimestre et de 5 % pour l’exercice.

Les activités de Deere liées à l’équipement ont permis de dégager unbénéfice d’exploitation de 39 millions $ pour le trimestre et de 708 millions$ pour l’exercice, comparativement à 72 millions $ et 401 millions $respectivement à l’exercice précédent. (Les résultats d’exploitation neprennent pas en compte l’incidence des intérêts débiteurs, des impôts et decertaines autres charges du siège social.) Le recul constaté au quatrièmetrimestre s’explique principalement par la hausse des charges complémentairesde retraite de 89 millions $ et les coûts ponctuels liés à la ratificationd’une convention collective, contrebalancés en partie par l’augmentation desvolumes de ventes et à de meilleurs prix réalisés. L’accroissement du bénéficed’exploitation au cours de l’exercice est principalement attribuable àl’amélioration des prix réalisés et à l’augmentation du volume de ventes. Cesfacteurs ont été neutralisés en partie par des charges complémentaires deretraite plus élevées, lesquelles se sont hissées à 306 millions $ pourl’exercice. Les résultats de 2002 ont subi les effets défavorables des coûtsliés à la fermeture de certaines installations et à la hausse des coûtsassociés à la part minoritaire de la société dans Nortrax, entreprise détenantet exploitant plusieurs centres de distribution des produits de la division dumatériel de construction de John Deere.

Deere a enregistré une perte nette des activités liées à l’équipement de23,9 millions $ pour le trimestre et un bénéfice net de 305,1 millions $ pourl’exercice, comparativement à un bénéfice net de 2,8 millions $ et 78,4millions $, respectivement, en 2002. Les facteurs décrits ci-dessus ont eu uneincidence sur ces résultats. En outre, les résultats de l’exercice précédentavaient été désavantagés par un taux d’imposition plus élevé.

Résumé des résultats liés à l’équipement
Matériel agricole
Par rapport à l’exercice précédent, les ventes de la division ont progressé de 10 % pour le trimestre et de 9 % pour l’exercice 2003. L’augmentation pour les deux périodes est principalement attribuable à l’effet de conversion lié à la hausse des taux de change et à l’amélioration des prix réalisés. Le volume des expéditions pour les deux périodes est demeuré inchangé par rapport à l’exercice précédent. Le bénéfice d’exploitation a atteint 8 millions $ pour le trimestre et 337 millions $ pour l’exercice, comparativement à 77 millions $ et à 439 millions $ pour les deux périodes de 2002. La baisse enregistrée pour le trimestre est essentiellement due à la hausse des charges complémentaires de retraite qui se sont élevées à 66 millions $, à des coûts ponctuels associés à la ratification d’une convention collective et à la diminution des volumes de production à l’échelle mondiale. Le recul des bénéfices d’exploitation enregistrés pour l’exercice est principalement attribuable des charges complémentaires de retraite plus élevées ayant atteint 216 millions $. Les meilleurs prix réalisés ont contrebalancé ces facteurs au cours des deux périodes.

Equipement commercial et résidentiel
Comparativement à l’an dernier, les ventes de la division ont grimpé de 21 % pour le trimestre et de 19% pour l’exercice. Ces augmentations sont dues principalement à une forte demande sur le marché de détail pour les nouveaux produits et à l’incidence de l’élargissement des canaux de distribution. La division a essuyé une perte d’exploitation de 10 millions $ pour le trimestre et enregistré un bénéfice d’exploitation de 227 millions $ pour l’exercice, comparativement à une perte d’exploitation de 19 millions $ et un bénéfice d’exploitation de 79 millions $, respectivement, au cours de l’exercice précédent. L’amélioration des résultats de ce trimestre s’explique principalement par l’accroissement des ventes, atténué en partie par la baisse des volumes de production, l’augmentation des coûts de soutien et de promotion liés aux nouveaux produits ainsi que des charges complémentaires de retraite qui se sont chiffrées à 7 millions $ pour le trimestre. L’amélioration des résultats pour l’exercice est due à la progression des ventes et des volumes de production, atténuée en partie par l’augmentation des coûts de soutien et de promotion liés aux nouveaux produits ainsi que des charges complémentaires de retraite qui se sont chiffrés à 31 millions $. En 2002, les frais de restructuration occasionnés par la fermeture de certaines installations ont eu une incidence négative sur les résultats.

Equipement forestier et matériel de construction
Les ventes de la division ont progressé de 22 % pour le trimestre et de 24 % pour l’exercice, surtout en raison des volumes plus élevés reflétant le regain de dynamisme dans les activités de détail. Le bénéfice d’exploitation a grimpé pour s’établir à 41 millions $ pour le trimestre et à 152 millions $ pour l’exercice, comparativement à un bénéfice d’exploitation de 23 millions $ et une perte d’exploitation de 75 millions $ pour les périodes correspondantes de 2002. Ces progressions sont surtout dues à des ventes et à des volumes de production plus élevés. L’amélioration des prix réalisés a également eu une incidence favorable sur les résultats de l’exercice. Ces facteurs ont été neutralisés en partie par la hausse des charges complémentaires de retraite qui ont totalisé 16 millions $ pour le trimestre et de 59 millions $ pour l’exercice. Les résultats de l’exercice 2002 ont subi l’effet défavorable des coûts plus élevés liés à l’investissement de la société dans Nortrax et des coûts liés à la fermeture d’une usine.

Technologies spéciales
La baisse des coûts et charges ainsi que l’absence d’amortissement de l’écart d’acquisition ont eu des effets positifs sur ces activités qui ont atteint leur seuil de rentabilité pour le trimestre et affiché une perte d’exploitation de 8 millions $ pour l’exercice, comparativement à des pertes d’exploitation de 9 millions $ et 42 millions $, respectivement, au dernier exercice.

Les comptes clients et les stocks sont demeurés à des niveaux avantageux,ce qui va de pair avec les objectifs de gestion de l’actif de la société. A lafin de l’exercice, les comptes clients totalisaient 2,619 milliards $, soit 20 % des ventes de l’exercice, comparativement à 2,734 milliards $ il y unan, ou 23 % des ventes à l’exercice précédent. En se fondant sur un taux dechange constant, les comptes clients ont régressé d’environ 235 millions $. Lavaleur des stocks s’est établie à 1,366 milliards $, soit 13 % du coût desventes de l’exercice, comparativement à 1,372 milliards $ il y a un an ou 14 %du coût des ventes de l’exercice précédent. Selon les taux de changeconstants, la valeur des stocks a reculé d’environ 110 millions $.

Sommaire des résultats des services financiers – bénéfice net
Crédit
Le bénéfice net des activités de crédit s’est accru pour atteindre 83,1 millions $ pour le trimestre et 310,5 millions $ pour l’exercice, comparativement à 62,8 millions $ et 243,0 millions $ respectivement au dernier exercice. La hausse du bénéfice net trimestriel est attribuable surtout à la croissance du portefeuille et à une augmentation des gains générée par un volume plus élevé des ventes de billets. L’augmentation pour l’ensemble de l’exercice découle principalement d’une réduction des pertes sur prêts, de la croissance du portefeuille et de l’absence de pertes en Argentine, ce qui a été neutralisé en partie par des écarts financiers plus étroits, une chute des gains en raison d’un volume plus faible des ventes de billets et un accroissement des frais de vente, généraux et administratifs.

Soins de santé
Les activités liées aux soins de santé ont affiché un bénéfice net de 5,9 millions $ pour le trimestre et de 19,3 millions $ pour l’exercice, comparativement à 6,0 millions $ et 19,2 millions $, respectivement, à l’exercice précédent.

Conditions du marché et perspectives
D’après les conditions et facteurs décrits ci-dessous, une augmentationde 9 à 11 % des ventes pour l’exercice 2004 et un bénéfice net de 750 à 850millions $ sont prévus. Deere prévoit actuellement que les ventes nettesd’équipement pour le quatrième trimestre 2004 s’établiront à environ 25 %comparativement à un fléchissement des ventes au premier trimestre de 2003,bien que les niveaux de production devraient augmenter de 9 à 11 % au cours dupremier trimestre. Le bénéfice net à l’échelle de l’entreprise pour le premiertrimestre de 2004 devrait être de l’ordre de 100 millions à 150 millions $. Sion fait abstraction de l’effet des devises et des prix, les ventes devraientaugmenter de 18 à 20 % pour le trimestre et de 6 à 8 % pour l’exercice.

Les prévisions quant aux profits annuels de Deere comprennent égalementdes charges complémentaires de retraite plus élevées d’environ 125 millions $avant impôts, selon les hypothèses de la société qui tiennent compte destendances récentes en ce qui concerne l’inflation et les taux d’intérêt dansle secteur de la santé.

Matériel agricole
Après avoir atteint un niveau record en 2003, les revenus agricoles des Etats-Unis devraient demeurer élevés au cours du nouvel exercice en raison des prix des cultures et du bétail qui demeurent élevés, ainsi que des stocks de report favorables des marchandises agricoles. En outre, les dispositions fiscales qui permettent de radier davantage de frais de dépréciation et de dépenses devraient également soutenir les ventes de machinerie agricole. En conséquence, les ventes au détail de l’industrie aux Etats-Unis et au Canada devraient être en hausse de 5 à 10 % pour l’exercice 2004. Dans les autres régions, notamment en Europe de l’Ouest, les ventes au détail de l’industrie devraient être stables ou n’afficher qu’un recul de 5 % pour l’exercice, principalement en raison de la baisse du revenu agricole attribuable à l’incidence d’une sécheresse sur le secteur du bétail. Selon Deere, les ventes de l’industrie en Amérique du Sud demeureront stables en 2004. Bien que des conditions favorables laissent présager que le secteur poursuivra sa croissance en Amérique du Sud, est d’avis qu’elles pourraient être atténuées les délais et la disponibilité du financement du gouvernement brésilien. A l’échelle mondiale, les ventes d’équipement agricole devraient bondir de 8 à 10 % pour l’exercice et les volumes, de 5 à 7 %.

Equipement commercial et résidentiel
Les ventes d’équipement commercial et résidentiel de John Deere devraient continuer à tirer parti du succès des nouveaux produits, particulièrement une gamme étendue de véhicules utilitaires et la tondeuse autoportée de série 100 lancée auprès du public et des concessionnaires en 2003. Par conséquent, les ventes de la division devraient progresser de 10 à 12 % pour l’exercice.

Equipement forestier et matériel de construction
L’activité de détail dans les secteurs de la construction et de la foresterie a connu une saine croissance en 2003, principalement du fait de la vigueur du marché du remplacement. Les ventes de Deere pour 2003 ont grimpé de façon marquée dans presque tous les segments, devançant ainsi l’industrie. L’accroissement de la demande sur le marché du remplacement devrait mener à une modeste croissance de l’industrie en 2004. Pour 2004, une hausse de 2 à 4 % des expéditions d’équipement de construction et de foresterie est projetée. Deere prévoit intégrer Nortrax Inc. au cours du premier trimestre de 2004. L’inclusion de Nortrax dans les résultats consolidés ajouterait la somme de 275 millions $ aux ventes pour l’exercice.

Crédit
Bien que l’on s’attende à ce que les activités de crédit de Deere continuent de profiter de la croissance du portefeuille de prêts, il est prévu que le bénéfice net pour 2004 accuse un léger recul en raison de la diminution des gains sur les ventes des comptes créditeurs. La division anticipe un bénéfice net d’environ 300 millions $ pour l’exercice.

Les améliorations se poursuivent
« Nos efforts visent des améliorations durables et une plus grande valeurpour les investisseurs », a souligné M. Lane. « Bien que le plus gros reste àfaire, nos projets destinés à réaliser des améliorations soutenues en ce quiconcerne l’efficacité de l’exploitation et la gestion de l’actif sont enpleine progression. Parallèlement à cela, John Deere attire une toute nouvelleclientèle en lançant des produits et services très intéressants et en étendantsa présence dans diverses zones géographiques à l’échelle planétaire. Tous cesefforts sont conjugués pour aider Deere & Company à obtenir un rendement plusélevé tout en poursuivant notre mission qui consiste à bâtir une meilleureentreprise. »

John Deere Capital Corporation
Les renseignements suivants sont communiqués au nom de la filiale decrédit de la société, John Deere Capital Corporation (JDCC), conformément auxexigences de présentation applicables à l’émission périodique de titresd’emprunt sur le marché public

Le bénéfice net de JDCC s’est chiffré à 70,9 millions $ au quatrièmetrimestre et à 280,5 millions $ pour l’exercice, comparativement à 57,2millions $ et 230,6 millions $ respectivement l’an dernier. L’augmentation dubénéfice net trimestriel est principalement attribuable à la croissance duportefeuille. L’augmentation pour l’exercice est principalement due à unebaisse des pertes sur prêts, à une croissance du portefeuille et à l’absencede pertes en Argentine, ce qui a été annulé en partie par des écarts definancement plus étroits, par une baisse des bénéfices tirés de la vente desbillets de détail et la hausse des frais de vente, généraux et administratifs.

Le montant net des comptes clients et des contrats de location financéspar JDCC s’établissait à 11,856 milliards $ au 31 octobre 2003,comparativement à 11,240 milliards $ il y a un an. Cette augmentation estattribuable aux acquisitions qui ont été supérieures aux recouvrements aucours des douze derniers mois, mais a été neutralisée en partie par la ventede billets de détail. Les montants nets des comptes clients et des contrats delocation gérés, y compris les comptes clients précédemment vendus,totalisaient 14,451 milliards $ au 31 octobre 2003 à 13,773 milliards il y aun an.

Déclaration de la règle refuge en vertu de la Private SecuritiesLitigation Reform Act of 1995 :

Les déclarations du présent communiqué qui se rapportent aux périodesd’exploitation futures sont soumises à des risques et à des incertitudesimportants, qui pourraient entraîner un écart notable entre les prévisions etles résultats réels. Certains de ces risques et incertitudes peuvent entraînerdes répercussions sur des secteurs d’activités bien précis, tandis qued’autres peuvent avoir une incidence sur l’ensemble des activités de lasociété.

Ces énoncés prospectifs comportent certains facteurs pouvant fairel’objet de changements, y compris, pour le secteur de l’équipement agricole,les nombreux facteurs interdépendants qui peuvent influer sur la confiance desagriculteurs, notamment la demande mondiale des produits agricoles, les stocksmondiaux de céréales, les prix réalisés pour les produits de base et lebétail, les dépenses liées aux cultures agricoles (principalement les coûts ducarburant et des engrais), les conditions météorologiques et du sol, la valeurdes biens immobiliers, la surface disponible pour l’agriculture, le niveau, lacomplexité ainsi que la distribution des programmes agricoles gouvernementaux,les maladies du bétail (dont d’autres cas de maladie de la « vache folle » et defièvre aphteuse), les parasites agricoles, le rendement des récoltes et levolume des exportations de produits agricoles (notamment les préoccupations àl’égard des organismes génétiquement modifiés). Les prévisions pour les prixdes récoltes, le volume et l’état des cultures influent sur les ventes audétail à l’automne.

Parmi les facteurs pouvant avoir une incidence sur les activités de ladivision de l’équipement commercial et résidentiel de John Deere figurent laconjoncture économique générale aux Etats-Unis, la confiance desconsommateurs, leurs habitudes d’emprunt, ainsi que les conditionsmétéorologiques. Une autre condition importante est l’acceptation soutenue parles clients des nouveaux produits de la société, dont les nouveaux tracteursde pelouse de la série 100 et la gamme étendue de véhicules utilitaires. Lesventes de matériel commercial et résidentiel au cours de l’hiver subissentégalement l’incidence de la quantité et du moment des chutes de neige.

Le nombre de mises en chantier est particulièrement important pour lesventes de matériaux de construction de la société. En outre, la constructiond’édifices non résidentiels et publics a une incidence sur les résultats de ladivision équipement forestier et matériel de construction. Un autre élémentimportant réside dans l’acquisition par la société d’un intérêt dans NortaxInc. Par ailleurs, les prix de la pâte, du bois d’oeuvre et des panneaux decharpente ont des effets non négligeables sur les ventes d’équipementforestier.

L’ensemble des activités de la société subit les répercussions de laconjoncture économique générale et de la stabilité politique des marchésmondiaux où Deere exerce ses activités (notamment le Brésil, l’Argentine etles pays d’Amérique du Sud). En outre, les activités de la société subissentl’influence des politiques monétaires et fiscales de divers pays, des guerreset autres conflits internationaux ou de leur imminence, des mesures prises parle Federal Reserve Board et par les autres banques centrales des Etats-Unis,des mesures adoptées par la Securities and Exchange Commission , les mesuresdes organismes de réglemetnation environnementale, y compris en ce qui a traitaux émissions des moteurs et d’autres organismes de réglementation des Etats-Unis, des mesures prises par des agences de cotation, des crises touchant lesmarchés financiers, de la confiance des investisseurs, des taux d’inflation etde déflation, des taux d’intérêt et des taux de change, des habitudesd’emprunt et de remboursement des clients, ainsi que du nombre de prêts ensouffrance et des défauts de paiement. D’autres facteurs englobent lesstratégies des concurrents dans les divers secteurs d’activités de la société,notamment la réduction des prix, les pratiques des concessionnaires, surtouten ce qui concerne les niveaux de stocks d’équipement neuf et d’occasion, lesdifficultés liées à la production et à la technologie, notamment lescontraintes de capacité et les difficultés d’approvisionnement, les coûts etl’approvisionnement en pétrole et en énergie, les relations de travail, lamodification des normes comptables, l’incidence du terrorisme et les réactionsqu’il suscite, ainsi que les lois régissant les secteurs d’activités de lasociété. D’importantes fluctuations des coûts liés aux soins de santé et de lavaleur marchande des actifs de placement, qui se répercutent sur les chargesde retraite, peuvent également influer sur les résultats de la société. Enoutre, d’autres épidémies ou la propagation de maladies graves comme lesyndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) pourraient avoir une incidence surles activités et les résultats de la société.

Les prévisions de la société sont fondées sur des hypothèses liées auxfacteurs décrits précédemment. Ces hypothèses reposent parfois sur desestimations et des données préparées par des organismes gouvernementaux. Cesprévisions et données font l’objet de fréquentes mises à jour. Toutefois, lasociété ne s’engage d’aucune façon à actualiser ni à réviser ses prévisions àla lumière de nouveaux événements ou pour toute autre raison. Pour obtenir deplus amples renseignements sur la société et ses activités, de même que surles facteurs qui pourraient influer notablement sur ses résultats financiers,veuillez consulter le dernier rapport annuel de Deere & Company consigné surformulaire 10-K, et d’autres documents déposés auprès de la Securities andExchange Commission des Etats-Unis.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

John Deere
http://www.deere.com/

Commentaires