Deere essuie une perte au premier trimestre

Illinois (États-Unis), 12 février 2002 – Deere & Company a déclaré une perte nette de 38,1 millions $US à l’échelle mondiale, ou 0,16 $ par action, au premier trimestre clos le 31 janvier 2002. A pareille date l’an dernier, la Société avait dégagé un bénéfice net de 56,4 millions $US, ou 0,24 $ par action.

« Nos résultats du premier trimestre ont été touchés par d’importantes
baisses de production dans nos grandes usines nord-américaines, tel que prévu

dans nos plans visant à améliorer la gestion de l’actif », a déclaré Robert W.
Lane, président du conseil et chef de la direction. « Bien que cette baisse de
production ait eu un effet négatif sur le bénéfice net, elle nous a permis de
réduire considérablement les niveaux d’actif et devrait ainsi mener à une plus
grande rentabilité. » M. Lane a également souligné que les comptes clients et
les stocks pris en charge par la Société avaient été réduits de 1,1 milliard $
au cours des douze derniers mois et ce, au profit d’un bilan solide.

A l’échelle mondiale, le chiffre d’affaires et les produits
d’exploitation nets ont été de 2,522 milliards $ au premier trimestre,
comparativement à 2,705 milliards $ à la période correspondante du dernier
exercice. Le chiffre d’affaires net des différentes divisions d’équipement a
atteint 1,938 milliard $, en baisse par rapport aux 2,143 milliards $ inscrits

à la période correspondante de 2001. Les principales divisions d’équipement
ont connu une baisse de leur chiffre d’affaires durant le trimestre.
Cependant, le chiffre d’affaires tiré des ventes à l’étranger est passé à 610
millions $, comparativement à 584 millions $ l’an dernier. Cette hausse
s’explique principalement par l’augmentation des ventes d’équipement agricole.
Si l’on excluait l’incidence du taux de change défavorable, le chiffre
d’affaires tiré des ventes à l’étranger aurait augmenté de 8 %.

Au dernier trimestre, Deere a subi une perte d’exploitation de 135
millions $ liée à la vente de l’équipement, comparativement à un bénéfice
d’exploitation de 70 millions $ l’an dernier (les résultats d’exploitation
excluent l’incidence des intérêts, des impôts et des charges administratives).
Cette perte est notamment imputable aux baisses de production prévues. Les

résultats du trimestre ont également été affectés par une hausse des coûts
associés au lancement de nouveaux produits et par une hausse des prestations
de retraite, tous deux contrebalancés en partie par une diminution des frais
de vente, des charges administratives et des frais de recherche et
développement. Par ailleurs, la Société a inscrit une charge avant impôts de
16 millions $ pour la fermeture d’une usine au Tennessee et a essuyé une perte
avant impôts de 12 millions $ dans le secteur de l’équipement relativement à
ses activités en Argentine, en raison de la dévaluation du peso. Le bénéfice
lié au secteur de l’équipement a également été touché par des compensations
versées à la division de crédit de la Société relativement aux créances des
fournisseurs assumées par Deere. Tel qu’annoncé précédemment, les divisions
d’équipement de Deere ont amorcé la vente d’une partie importante de leurs
comptes clients à la division de crédit à la fin du dernier exercice. Le
bénéfice net global de la Société n’est cependant pas touché par ces ventes.

Les activités liées à la vente d’équipement ont connu une perte nette de
110,5 millions $ pour le trimestre, comparativement à un bénéfice net de 4,1
millions $ l’an dernier. Ce recul est principalement attribuable aux facteurs
mentionnés précédemment, et a été annulé partiellement par une baisse des
intérêts débiteurs et par une remontée des gains sur change.

Sommaire du bénéfice d’exploitation par division

Equipement agricole : La division de l’équipement agricole de Deere a
subi une perte d’exploitation de 15 millions $ pour le trimestre
comparativement à un bénéfice d’exploitation de 89 millions $ l’an
dernier. La baisse de 5 % du chiffre d’affaires est attribuable en
grande partie aux mesures prises par la Société afin de réduire les
niveaux d’actif dans un contexte économique encore difficile. En
comparaison avec l’an dernier, les volumes de production ont reculé
d’environ 14 % pour la période. Les résultats ont été restreints par
une certaine inefficacité dans le secteur de la fabrication à la suite
de la baisse des volumes de production. Les compensations versées à la
division de crédit ont également eu un effet négatif sur le bénéfice du
secteur, tout comme les sommes plus importantes consacrées au lancement
de nouveaux produits, la hausse des prestations de retraite et les
pertes subies en Argentine.

Equipement commercial et résidentiel : Le secteur de l’équipement
commercial et résidentiel a subi une perte d’exploitation de
43 millions $ pour le trimestre, comparativement à un bénéfice de
6 millions $ l’an dernier. En excluant l’incidence des différentes
acquisitions, le chiffre d’affaires net du premier trimestre a baissé
de 29 % et les volumes de production de 39 %. Ces diminutions ont été
provoquées par des mesures strictes visant à réduire les niveaux
d’actif dans un contexte économique incertain. La perte d’exploitation
est principalement attribuable à une baisse des ventes et des volumes
de production et à l’inefficacité des activités de fabrication. Les
compensations versées à la division de crédit relativement aux ventes
des comptes clients ont également eu une influence négative sur les
résultats. Tout ceci a été contrebalancé en partie par l’obtention
d’une indemnité relativement à un incendie survenu l’an dernier dans un
entrepôt de l’Iowa, et par une baisse des frais de ventes et des
charges administratives non liés aux différentes acquisitions.

Equipement forestier et matériel de construction : Le secteur de
l’équipement forestier et du matériel de construction a subi une perte
d’exploitation de 66 millions $ pour le trimestre, comparativement à
une perte d’exploitation de 8 millions $ l’an dernier. Le chiffre
d’affaires net a diminué de 20 % durant la période, tandis que les
volumes de production ont baissé de 28 % par rapport à la période
correspondante du dernier exercice. La perte d’exploitation subie au
cours du trimestre comprend une charge avant impôts de 16 millions $
liée à la décision de la Société de fermer l’une de ses usines au
Tennessee. De plus, les produits ont été touchés par le contexte
économique défavorable, ce qui s’est traduit par une baisse des ventes
et des volumes de production provenant de l’inefficacité des activités
de fabrication, ainsi que par une hausse des coûts consacrés aux
mesures visant à stimuler les ventes. Ces facteurs ont été en partie
contrebalancés par une réduction des frais de vente et des charges
administratives.

Autres secteurs : Les autres secteurs de la Société ont enregistré une
perte d’exploitation de 5 millions $ pour le trimestre, comparativement
à une perte d’exploitation de 11 millions $ l’an dernier. Les deux
périodes ont été touchées par un amortissement de la survaleur et par
les coûts liés à la mise en valeur de nouveaux produits technologiques
spéciaux. Cette amélioration par rapport au premier trimestre du
dernier exercice est principalement attribuable à la baisse des coûts
associés au segment des technologies spéciales et à une hausse du
bénéfice tiré du segment des soins de santé.

Crédit : Le bénéfice net dégagé par les activités de crédit s’est
établi à 76,0 millions $ pour le trimestre, comparativement à
52,5 millions $ l’an dernier. Le bénéfice tiré des créances des
concessionnaires Deere est le principal facteur de cette hausse. La
hausse du bénéfice réalisé sur la vente d’effets à payer, de meilleures
échéances quant au financement et l’accroissement du portefeuille moyen
d’autres comptes clients et cérances de location ont également permis à
la Société d’obtenir des résultats positifs dans ce secteur au premier
trimestre. Ces facteurs positifs ont cependant été touchés en partie
par une perte après impôts de 6 millions $ associée à la dévaluation
monétaire en Argentine.

Conjoncture du marché et perspectives

D’après la conjoncture du marché décrite ci-dessous, le chiffre
d’affaires net lié à l’équipement devrait rester le même ou connaître une
légère hausse comparativement à l’an dernier. Le bénéfice d’exploitation
devrait se situer entre 0 % et 1 % du chiffre d’affaires. Pour le deuxième
trimestre, le chiffre d’affaires devrait rester le même, sinon connaître une
légère hausse par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent.
Le bénéfice d’exploitation exprimé en pourcentage du chiffre d’affaires
devrait quant à lui se situer entre 4 % et 5 %.

Equipement agricole : Dans le secteur agricole, les prix des produits
de base demeurent faibles même si la situation financière générale des
agriculteurs est soutenue par des taux d’intérêt bas et des subventions
gouvernementales. En conséquence, les rentrées de fonds et les
bénéfices nets des agriculteurs américains pour 2002 devraient rester
sensiblement les mêmes qu’en 2001. Au cours des dernières semaines,
Deere a dégagé de bons résultats des ventes au détail liées à sa
nouvelle gamme de tracteurs. Cependant, les résultats pour l’ensemble
du marché ont été inférieurs aux prévisions. Cette situation a entraîné
une interruption de la production pour l’ensemble du secteur. Pour
cette raison, Deere prévoit maintenant que ses ventes au détail dans le
secteur de la machinerie agricole aux Etats-Unis et au Canada resteront
pratiquement les mêmes en 2002 par rapport à l’exercice précédent. Les
ventes au détail en Europe pour 2002 devraient être semblables ou
légèrement supérieures à ce qu’elles étaient l’an dernier. John Deere
prévoit réaliser de meilleures ventes en Europe en raison du lancement
d’un nombre record de nouveaux produits cette année. En Amérique
latine, les ventes au détail devraient être légèrement supérieures en
général, puisque les améliorations de la situation au Brésil et au
Mexique devraient plus que compenser le recul subi en Argentine.

Equipement commercial et résidentiel : En excluant l’incidence des
acquisitions et des cessions, les livraisons d’équipement commercial et
résidentiel de John Deere devraient diminuer de 5 % à 10 % en 2002. Le
recul prévu est attribuable à une attitude fort prudente des
consommateurs, jumelée à la prise de mesures importantes par la Société
en vue de réduire son actif.

Equipement forestier et matériel de construction : La Société est
toujours d’avis que les ventes au détail sur le marché de l’équipement
forestier et du matériel de construction aux Etats-Unis et au Canada
pour 2002 baisseront de 10 % à 15 % par rapport à l’exercice précédent
et que les prix continueront de subir de fortes pressions. Les marchés
subiront toujours les effets de l’incertitude ambiante dans le secteur
de la construction. De plus, les achats réalisés par des sociétés de
location indépendantes devraient demeurer faibles. Les ventes globales
d’équipement forestier resteront fort probablement sous leur niveau de
l’exercice précédent en raison de la conjoncture économique difficile.

Crédit : Les activités de la Société liées au crédit devraient profiter
de la croissance continue du portefeuille des comptes clients, de même
que d’une réduction des pertes sur les prêts et d’une augmentation des
ventes de titres. Ces facteurs favoriseront sans doute une hausse de
7 % à 10 % du bénéfice net lié aux activités traditionnelles de la
division par rapport à l’exercice précédent. Les frais de service
associés à l’acquisition de comptes clients contractés à l’achat
d’équipement John Deere devrait accroître de 70 millions $ le bénéfice
net lié au crédit en 2002.

Grande priorité : Contrôle serré des coûts et de l’actif

Tandis que la conjoncture économique devrait maintenir les résultats
financiers à des niveaux fort modestes pour l’exercice, Deere maintient ses
efforts afin d’exercer une gestion rigoureuse de son actif et de ses coûts
d’exploitation. De souligner M. Lane : « Nous commençons à voir les premiers
résultats de nos efforts visant à améliorer la rotation de l’actif et à
accroître les marges bénéficiaires. De tels avantages devraient se faire de
plus en plus évidents aux cours des prochains trimestres même si la
conjoncture économique demeure difficile. » La Société entend également
consolider sa position générale face à la concurrence cette année grâce à
l’anticipation d’une réaction favorable des clients lors du lancement d’un
nombre record de nouveaux produits cette année. « Nous croyons fermement que le
lancement de nouveaux produits innovateurs, jumelé à l’amélioration de la
structure des coûts et de l’actif, nous permettra d’atteindre notre objectif,
à savoir enregistrer des résultats à la hauteur de nos produits et à dégager
un rendement supérieur pour nos actionnaires », a conclu M. Lane.

(Remarque : A compter de l’exercice 2002, la responsabilité de la gestion
des activités liées à l’équipement automoteur passera de la division de
l’équipement commercial et résidentiel à la division de l’équipement
forestier et du matériel de construction. Pour faciliter la comparaison,
les résultats d’exploitation de l’exercice 2001 ont été rajustés
conformément à ces changements. Ceux-ci n’ont pas eu d’incidence sur les
résultats consolidés des activités liées à l’équipement.)

John Deere Capital Corporation

Les renseignements qui suivent sont présentés au nom de la filiale de
crédit de la Société, John Deere Capital Corporation (JDCC), conformément aux
exigences de présentation applicables à l’émission de titres d’emprunt sur le
marché public. JDCC a inscrit un bénéfice net de 71,9 millions $ au premier
trimestre 2002, comparativement à 44,5 millions $ l’an dernier. Comme il a été
mentionné précédemment, depuis la fin du dernier exercice, Deere Capital,
Inc., filiale à part entière de JDCC, a commencé à acquérir la plus grande
partie des comptes clients de concessionnaires américains contractés à l’achat
d’équipement John Deere. Les bénéfices réalisés sur ces comptes clients sont
les principaux facteurs de l’augmentation du bénéfice net. Des bénéfices plus
élevés dégagés de la vente de titres, des marges de financement accrues, et
l’étendue moyenne des portefeuilles d’autres comptes clients et des activités
de location ont également favorisé cette augmentation. Ces facteurs positifs
ont toutefois été contrecarrés partiellement par une perte après impôts de 6
millions $ liée à la dévaluation du peso argentin.
Les créances et contrats de location nets financés par JDCC totalisaient
9,978 milliards $ au 31 janvier 2002, comparativement à 7,826 milliards $ un
an plus tôt. Cette augmentation est attribuable à l’excédent des acquisitions
sur les recouvrements au cours des douze derniers mois, y compris les
acquisitions de comptes clients de concessionnaires dont il a été question
plus haut, mais a été en partie annulée par les ventes de titres à des
particuliers au cours de la même période. Les créances et contrats de location
nets gérés, qui comprennent les créances préalablement vendues, se chiffraient
à 12,730 milliards $ au 31 janvier 2002, comparativement à 10,236 milliards $
un an plus tôt.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

John Deere

http://www.deere.com/

Commentaires