Dérouler 300 UTM

« Aucune autre invention ne permet de réchauffer le sol frais du Québec. » François Campagna parle de la technique du semis de maïs sous pellicule oxodégradable avec un planteur Samco. Le président de Semences FCRL, en Beauce, s’attend à voir circuler plusieurs planteurs de ce genre dans sa région ce printemps.

Cette façon de semer du maïs fait l’objet d’un reportage dans Le Bulletin des agriculteurs de février.

En avril 2013, Le Bulletin avait présenté pour la première fois cette technologie, telle qu’utilisée par des producteurs du Témiscamingue ontarien. Il n’en fallait pas plus pour que l’agronome Jérôme Caron, de la Société Majéco, se procure un planteur Samco à deux rangs, pour des essais dans le Bas-Saint-Laurent.

Les résultats en maïs-ensilage se sont avérés concluants : meilleure émergence, meilleur rendement et meilleure qualité. Près de Québec, un producteur a obtenu deux fois plus de maïs-grain sous pellicule que sur sol nu.

Voici quelques photos de cette technologie. Cliquez dessus pour les agrandir.

La pellicule est perforée, pour l'aération et pour que le maïs la traverse plus facilement.

La pellicule est perforée, pour l’aération et pour que le maïs la traverse plus facilement.

Le semoir Samco à deux rangs de la Société Majéco

Le semoir Samco à deux rangs de la Société Majéco

st-odilon 9 jour apres semis plastic

Neuf jours après le semis, à Saint-Odilon

Sous pellicule, sur sol nu

Sous pellicule, sur sol nu

Sans pellicule, avec pellicule

Sans pellicule, avec pellicule

8 Row canada

Semoir à huit rangs, tel qu’utilisé dans le nord de l’Ontario

La pellicule se désagrège en quelques mois, au contact de l'air et de la lumière.

La pellicule se désagrège en quelques mois, au contact de l’air et de la lumière

Une fois qu'il perce la pellicule, le plant de maïs « explose ».

Une fois qu’il perce la pellicule, le plant de maïs « explose ».

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires