Des OGM dans le bio : réaction de Benoit Girouard de l’Union paysanne

9 septembre 2003 – L’article de Fabien Deglise dans Le Devoir du 3 septembre vise à mon avis le mauvais responsable. Il a trouvé des traces d’OGM inférieures à 0,1 (alors que l’étiquetage européen tolère jusqu’à 0,9) dans trois produits certifiés bio sur un échantillon de douze. Ce n’est pas très sérieux.

Mais là ou le bât blesse c’est que l’article semble tenir le bio responsable de la contamination alors que tous nos efforts vont à la protection de notre mode d’agriculture. Personne ne cache les risques possibles de contamination par les OGM, au contraire, nous travaillons à les prévenir et à sensibiliser les autres agriculteurs aux dangers d’avoir recours à cette technologie de manipulation du vivant.

Il aurait été plus normal que vous demandiez des comptes aux compagnies comme Monsanto ou Novartis qui, elles, commercialisent de telles bombes environnementales. Votre article a au moins le mérite de prouver qu’il peut y avoir contamination et donc que les gens ne sont plus libres de choisir leur alimentation. On parle allègrement du droit de produire pour les agriculteurs mais quand parlera-t-on du droit de choisir pour les citoyens?

Le texte prouve également que les compagnies ne maîtrisent pas leurs expériences et que la coexistence est impossible. Il est complètement illusoire de penser que les abeilles et le vent ne feront pas leur travail de pollinisation. Oui les gènes de ces compagnies vont se disperser et devenir rémanents dans l’environnement. Oui l’agriculture bio fait face à une sérieuse menace pour son intégrité. Est-ce qu’il faudra attendre que le bio disparaisse avant de voir un politicien bouger.

Il est dommage que le bio en soit éclaboussé tandis que nous travaillons si fort à la sécurité alimentaire de la population. Tous les sondages faits auprès des Canadiens ont démontré qu’ils rejettent massivement les OGM, et pourtant, rien n’a changé au Canada. Mon père me disait : « Cherche qui paye l’orchestre et tu sauras qui fait jouer son morceau ». Une quantité importante des sites d’Agriculture Canada sont loués à des compagnies pour des essais sur les OGM. Alors, allez donc savoir pour qui joue la fanfare!

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Union Paysanne
http://www.unionpaysanne.com/

Commentaires