Des pratiques encore meilleures en agroenvironnement

Québec (Québec), 7 décembre 2000 – « Les défis restent de taille, mais le travail est bien engagé. »

C’est en ces termes que le président général de l’Union des producteurs agricoles (UPA), M. Laurent Pellerin, a abordé l’agroenvironnement devant les producteurs et productrices agricoles réunis en congrès, aujourd’hui, à Québec.

Rappelant que depuis plusieurs années déjà, l’UPA et ses membres se sont clairement engagés à adopter des pratiques davantage respectueuses de l’environnement, M. Pellerin a tenu à souligner le chemin parcouru au moment où l’Union s’engage dans une nouvelle étape de sa Stratégie agroenvironnementale.

Parmi les réalisations qu’a tenu à souligner M. Pellerin, il y a notamment le Portrait agroenvironnemental des fermes québécoises dont les résultats provinciaux ont été publiés il y a maintenant un an et dont les résultats régionaux et sectoriels ont été diffusés au cours de la dernière année. Ces résultats ont permis aux différentes fédérations affiliées à l’UPA de mieux cerner les problématiques agroenvironnementales et les solutions qui s’y rattachent. Ce portrait auquel ont participé 88 % des agriculteurs et agricultrices visés, soit près de 18 000 producteurs et productrices agricoles, s’est d’ailleurs mérité un prix Phénix de l’environnement en mai dernier.

Parallèlement à la réalisation de ce portrait se poursuivait la construction des structures d’entreposage pour les fumiers et lisiers. Alors qu’au moment de sa réalisation on estimait que 66 % des fumiers et lisiers étaient entreposés dans des en toute conformité, cette proportion s’établit maintenant à 75 % avec la construction de 2400 nouvelles structures d’entreposage.

Par ailleurs, M. Pellerin a tenu à rappeler le rôle crucial joué par la mise en place des services-conseils, dont notamment les Clubs-conseils en agroenvironnement qui comptent maintenant près de 4000 membres. « Ces membres nous démontrent tous les jours que l’implication des producteurs et productrices constitue véritablement la bougie d’allumage de tout gain environnemental en agriculture. »

Selon le président de l’UPA, les résultats obtenus par les membres des clubs-conseils sont probants. Ainsi, parmi les gains environnementaux réalisés, mentionnons, entre autres, la réduction de 31 % de l’usage d’engrais minéraux. Par ailleurs, soulignons l’augmentation de 100 % des superficies en lutte intégrée en deux ans, ce qui a permis une réduction de l’usage des pesticides pouvant atteindre 50 % dans certains cas. Enfin l’adoption de nouvelles pratiques culturales a freiné les risques de perte de sols par le ruissellement et l’érosion. Tous ces résultats et bien d’autres incitent donc à poursuivre dans cette voie.

En terminant, M. Pellerin a rappelé que malgré les efforts constants déployés par les producteurs et productrices agricoles, en agroenvironnement, beaucoup de choses restent à faire et tous doivent maintenir le cap et même accélérer la cadence.

Il a d’ailleurs été fait mention devant le congrès qu’alors que 7,7 milliards de dollars ont étés consacrés à l’assainissement des eaux usées municipales au cours des vingt dernières années, l’investissement dans l’assainissement agricole, essentielement dans l’entreposage des fumiers et lisiers, se chiffre à environ 500 millions de dollars, dont plus de la moitié a été défrayée pal les producteurs et productrices.

Le président de l’UPA a, de plus, réitéré toute sa confiance vis-à-vis ses membres, certain que ceux-ci respecteront leurs engagements. « Avec le travail accompli, nous sommes maintenant mieux outillés que jamais pour agir intelligemment et efficacement dans l’application de solutions aux enjeux agroenvironnementaux », a-t-il conclu.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires