Dix millions de dollars pour un programme agroenvironnemental

Leamington (Ontario), le 9 juin 2000 – Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief, a annoncé aujourd’hui que le gouvernement du Canada investira une somme de dix millions de dollars au cours des trois prochaines années afin d’aider les agriculteurs du pays à poursuivre un certain nombre de projets environnementaux d’importance.







À titre d’exemple, le PNCSE a appuyé un réseau de plus de 70 clubs de gestion environnementale du Québec qui enseignent aux agriculteurs comment travailler leur terre et maximiser son rendement en adoptant de meilleures pratiques agricoles pour l’environnement.


Les fonds iront à des projets axés sur les priorités nationales en matière environnementale comme la santé des sols, l’habitat faunique, la biodiversité, les émissions de gaz à effet de serre et la qualité de l’eau.

M. Vanclief a dévoilé aujourd’hui, à Leamington (Ont.), les modalités de l’Initiative de gestion agroenvironnementale. Les fonds nécessaires à ce programme seront prélevés sur le budget annuel de 60 millions de dollars du Fonds canadien d’adaptation et de développement rural (FCADR).

« Les agriculteurs participent depuis longtemps à diverses initiatives environnementales, a souligné M. Vanclief. Le programme que nous annonçons aujourd’hui offre un soutien fédéral continu pour ces efforts et démontre que le gouvernement du Canada est engagé à appuyer les agriculteurs qui ont à coeur de gérer efficacement l’incidence de leurs activités sur les terres, l’eau et l’air. »

L’enveloppe nationale de dix millions de dollars sera administrée par les conseils d’adaptation dirigés par le secteur dans chaque province et territoire.

Le nouveau programme de gestion de l’environnement s’inspirera d’autres initiatives comme le Programme national de conservation du sol et de l’eau (PNCSE), qui ont été conçus au fil des ans de façon à fournir des outils aux agriculteurs afin qu’ils puissent pratiquer une gestion efficace de l’eau, de l’air, du sol et de l’habitat faunique.

À titre d’exemple, le PNCSE a appuyé un réseau de plus de 70 clubs de gestion environnementale du Québec qui enseignent aux agriculteurs comment travailler leur terre et maximiser son rendement en adoptant de meilleures pratiques agricoles pour l’environnement. Le programme a également permis d’aider un groupe de 20 agriculteurs du Nouveau-Brunswick à analyser leurs champs, en utilisant diverses méthodes, afin qu’ils puissent épandre avec plus de précision leurs engrais et fumier.

Le FCADR a été créé lors du dépôt du Budget fédéral de 1995 et vise à fournir à l’industrie agricole et agroalimentaire canadienne les outils dont elle a besoin afin de s’adapter au changement et devenir plus compétitive face à une économie sans cesse en évolution. En mars 1999, le ministre Vanclief a annoncé l’octroi de nouveaux fonds afin que le FCADR puisse se poursuivre en ce nouveau millénaire.

Les questions environnementales font partie des six grandes priorités du nouveau programme FCADR. En outre, le programme de gestion environnementale de dix millions de dollars annoncé aujourd’hui sert de complément à d’autres programmes environnementaux mis de l’avant par le gouvernement du Canada dans le cadre du FCADR, notamment les quatre millions de dollars pour la recherche sur le changement climatique, 465 000 dollars pour le transfert de compétences et de connaissances en matière de changement climatique, 600 000 dollars pour une initiative de gestion de l’habitat faunique en milieu agricole connu sous le nom de Paysage agricole canadien et finalement 1,3 million de dollars pour l’Initiative environnementale dans le secteur de l’élevage.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires