ESB : un examen confirme l’efficacité de l’interdiction frappant les aliments du bétail

Ottawa (Ontario), 2 mars 2005 – L’interdiction canadienne frappant les aliments du bétail freine la propagation de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), conclut le rapport d’examen de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA).

L’examen a été effectué à la demande du ministre de l’Agriculture et del’Agroalimentaire, M. Andy Mitchell, à la suite de la confirmation en janvierdes deux cas d’ESB. Le ministère de l’Agriculture américain (USDA), qui aprocédé à son propre examen de cette interdiction, a aussi conclu que celle-cidonnait les résultats escomptés.

L’examen mené par l’ACIA a permis d’établir que l’interdiction a étéjudicieusement élaborée et mise en oeuvre (elle se fondait sur desconnaissances scientifiques de pointe) et que les provenderies etétablissements d’équarrissage affichent un taux élevé de conformité auxexigences associées à l’interdiction. En moyenne, 95 p. 100 des provenderieset 93 p. 100 des établissements d’équarrissage inspectés au cours des troisdernières années respectent toutes les exigences relatives à l’interdiction;les cas de non-conformité sont mineurs (ils sont par exemple reliés à ladocumentation des activités) et ne se traduisent pas nécessairement par uneaugmentation du risque de contamination croisée des aliments du bétail par dumatériel interdit comme la farine de viande et d’os de ruminants. L’Agenceexige que l’industrie corrige tous les cas de non-conformité.

L’examen des mesures de contrôle à l’égard des aliments du bétaileffectué par le USDA, qui a été partiellement réalisé de pair avec lesactivités canadiennes de vérification, révèle que l’interdiction canadiennefrappant les aliments du bétail a permis de réduire de façon importante lerisque de propagation de l’ESB dans la chaîne alimentaire animale. Il faitaussi ressortir que le gouvernement, l’industrie des aliments pour animaux etles producteurs ont déployé ensemble des efforts considérables pour mettre enplace l’interdiction et en intégrer les exigences pratiques courantes deproduction et de consommation des aliments du bétail.

Les deux examens indiquent que, même si l’interdiction est efficace, ellepourrait s’améliorer. Au cours des prochains mois, l’Agence examinera lesrésultats des examens et préparera un plan d’action sur les moyens d’accroîtrele niveau de protection de la santé des animaux que procure l’interdiction.

Le rapport de l’ACIA sur l’interdiction frappant les aliments du bétailest affiché sur le site Internet de l’Agence.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
http://www.cfia-acia.agr.ca/

Commentaires