Est-il temps de changer d’hybrides?

La date optimale pour semer le maïs au Québec et dans l’est de l’Ontario est habituellement le 10 mai au plus tard. Quand le temps retarde les semis comme c’est le cas cette année, les producteurs se posent la question suivante : à partir de quel moment faut-il penser à remplacer l’hybride de pleine saison prévu au départ par un autre produit de plus courte saison?

Voici les réponses fournies dans un Flash agronomique de Dekalb.

Selon le ministère de l’Agriculture de l’Ontario (MAAO), dans les zones de maturité de 2800 à 3200 UTM, c’est entre le 20 et le 25 mai que la transition vers des hybrides plus hâtifs doit s’amorcer. Dans les secteurs de 2800 UTM ou moins, la transition se fait entre le 15 et le 25 mai.

Ces dates proviennent de données recueillies sur de longues périodes et qui tiennent compte du rendement d’hybrides de divers degrés de maturité et des corrections pour le poids spécifique et les taux d’humidité. La date de transition représente le seuil à partir duquel les revenus nets obtenus avec un hybride plus hâtif devraient dépasser ceux réalisés avec un hybride de pleine saison.

Un facteur déterminant à considérer quand les retards dans les semis obligent à changer d’hybride est le potentiel de rendement de l’hybride de courte saison. Selon l’information tirée des essais du Comité ontarien du maïs, les hybrides de pleine saison présentent souvent des avantages de rendement sur les produits plus hâtifs.

Il peut être raisonnable de passer à un hybride de plus courte saison s’il peut produire au moins 90 % du rendement en grain de l’hybride de pleine saison qu’il remplace.

Un changement en faveur d’hybrides de maturité plus hâtive devrait permettre de récolter un grain plus sec et, par conséquent, diminuer les coûts de séchage ainsi que les risques de faible poids spécifique.

Des résultats de recherches démontrent que les hybrides de maïs réduisent leurs besoins en UTM à mesure que le semis est retardé. Essentiellement, cela signifie que les hybrides de pleine saison semés tardivement parviennent à maturité avec moins d’UTM que prévu.

Lire la suite

 

 

à propos de l'auteur

André Dumont's recent articles

Commentaires