Estimations du bétail au 1er janvier 2009

Ottawa (Ontario), 17 février 2009 – Les stocks agricoles de bovins, de porcs et de moutons ont tous diminué du 1er janvier 2008 au 1er janvier 2009, ce qui reflète l’incertitude du marché et la hausse des coûts des intrants.

Les stocks de porcs ont régressé de 10,2 % pour se chiffrer à 12,4 millions de têtes. Les producteurs de bovins ont déclaré 13,2 millions de têtes au 1er janvier de cette année, en baisse de 5,1 % comparativement à la même période l’année précédente. Le nombre de moutons et d’agneaux a fléchi de 2,1 % pour s’établir à 808 200 têtes.

La hausse des coûts des intrants, attribuable en partie à l’augmentation des prix des céréales fourragères et à l’incertitude régnant sur le marché, a eu des répercussions sur les producteurs dans les trois secteurs et a exercé une pression à la baisse sur les bénéfices.

En outre, la législation américaine sur l’étiquetage du pays d’origine a rendu le marché incertain pour les producteurs canadiens. Dans le cas des porcs, le gouvernement canadien a mis en place le Programme de réforme des porcs reproducteurs pour aider les producteurs de porcs à réduire la taille de leurs troupeaux.

Porcs
Le nombre de porcs a enregistré une diminution en 2008, poursuivant ainsi la tendance à la baisse observée au cours des trois dernières années. À lui seul, le troupeau de reproduction, principalement les truies et les jeunes truies, a régressé de 7,1 % pour se chiffrer à 1,4 million de têtes.

Malgré la dépréciation récente du dollar canadien, les producteurs de porcs sont toujours confrontés à des pressions financières. La baisse des prix a entraîné une diminution des revenus tirés de la vente de porcs destinés à l’abattage intérieur et à l’exportation.

Au cours de la dernière décennie, la production porcine a évolué vers l’intégration complète du marché en Amérique du Nord. Les exploitations porcines de finissage américaines ont tiré parti d’un abondant approvisionnement local de maïs en s’en servant pour engraisser les porcelets sevrés, nés dans les exploitations de reproduction et de naissage au Canada. En outre, le manque ou la perte de la capacité d’abattage d’un côté de la frontière a été équilibré par une capacité suffisante de l’autre.

Bovins de boucherie et bovins laitiers
Le stock national de bovins a régressé au cours des quatre dernières années. Du 1er janvier 2008 au 1er janvier 2009, le troupeau laitier a reculé de 2,5 %, et celui des bovins de boucherie, de 5,6 %. Rien n’indique que le troupeau de bovins de boucherie se reconstitue, car le nombre de vaches a baissé de 6,6 % et celui des génisses de remplacement, de 9,7 %.

Le 1er janvier de cette année, 86 520 fermes ont déclaré des troupeaux de bovins de boucherie, en baisse de 3,8 % comparativement à la même période l’année précédente.

Le nombre de bovins de boucherie a fléchi en 2008 dans les quatre principales provinces productrices de bovins de boucherie, soit en Alberta (-3,3 %), en Saskatchewan (-8,0 %), au Manitoba (-6,1 %) et en Ontario (-14,5 %). Ces reculs ont contribué à prolonger les tendances à la baisse à long terme. Ensemble, ces provinces représentaient 89,0 % du troupeau de bovins de boucherie canadien.

Moutons
Du 1er janvier 2008 au 1er janvier 2009, le stock national de moutons et d’agneaux a fléchi de 2,1 % pour s’établir à 808 200 têtes. L’élevage de moutons et d’agneaux a ralenti au cours des dernières années en raison d’importantes difficultés, dont la perte des marchés d’exportation et la demande intérieure.

Par ailleurs, les importations d’agneaux devant être engraissés et abattus au Canada ont progressé depuis 2006 pour atteindre des niveaux semblables à ceux affichés au début des années 1990.

Les recettes du marché provenant de la vente de moutons et d’agneaux de janvier à septembre 2008 se sont repliées par rapport à la même période en 2007. Des prix relativement élevés ont contribué à compenser cette baisse.

Tableau :

Stocks de bétail au 1er janvier
  2008 2009 2008 2009 2008 2009
  Bovins Porcs Moutons
  milliers de têtes
Canada 13 895 13 180 13 810 12 400 825 808
Atlantique 272 270 256 161 30 30
Québec 1 345 1 340 3 990 3 900 245 244
Ontario 1 884 1 705 3 652 3 104 230 215
Manitoba 1 355 1 280 2 810 2 680 62 61
Saskatchewan 2 870 2 650 1 180 810 88 82
Alberta 5 560 5 380 1 800 1 630 125 127
Colombie-Britannique 610 555 122 116 45 49
Note(s) :
Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre aux totaux.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/francais/search/index_f.htm

Commentaires