Examen des politiques agricoles : Roumanie

Paris (France), 3 novembre 2000 – Pays relativement pauvre, la Roumanie est dotée d’un important secteur agricole dont elle est tributaire pour 36 pour cent de l’emploi total. Mais, malgré des conditions climatiques et d’exploitation des sols favorables et l’abondance de sa main-d’œuvre agricole, la Roumanie est un importateur net de produits agroalimentaires. Comme bon nombre d’économies en transition, elle souffre de la baisse de la production venant des fermes d’Etat, de la faible intégration des petites exploitations au marché et de l’inefficience du secteur agro-industriel. Alors qu’elle se prépare à soutenir la concurrence sur le marché unique européen, la Roumanie doit adopter des politiques commerciales plus ouvertes, appliquer des mesures induisant moins de distorsions des prix et améliorer l’efficience économique de la filière alimentaire.

Telles sont quelques-unes des conclusions d’une nouvelle publication de l’OCDE, Examen des politiques agricoles : Roumanie. Réalisé dans le cadre du programme du Centre de l’OCDE pour la coopération avec les non-membres, cet examen (1) a été lancé à la demande du gouvernement roumain et mené en étroite collaboration avec des experts en Roumanie. Il jette des fondements solides sur lesquels les responsables roumains de la politique agricole pourront asseoir leurs stratégies de réforme à moyen et long terme.

Le soutien apporté à l’agriculture roumaine s’est établi à 5 pour cent du PIB en 1999, tandis que les moyennes de l’OCDE et de l’UE n’atteignent pas 2 pour cent. Un tel niveau d’aide constitue cependant un fardeau insoutenable pour l’économie roumaine en même temps qu’il perpétue les problèmes posés par la modicité des revenus ruraux et par le chômage déguisé. L’idée soutenue dans cet examen de l’OCDE est que la Roumanie aurait intérêt à se tourner vers des politiques de développement rural pour stimuler la création d’activités non agricoles, stratégie qui serait davantage en phase avec celles que suit actuellement l’Union européenne.

Des copies du rapport peuvent être obtenues auprès de la Division des relations avec les médias (fax 33 1 45 24 80 03 ou ). Pour les non journalistes, ce rapport est disponible sur la librairie en ligne de l’OCDE.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)

http://www.oecd.org/

Commentaires