Feu vert des États-Unis à un accord de libre-échange transpacifique

Les discussions autour d’un accord commercial dans la région Asie-Pacifique pourront aller de l’avant avec l’aval donné hier par le Sénat américain. L’avenir de cette entente demeurait incertain en raison de l’opposition démocrate. Le président américain a donc maintenant les coudées franches pour poursuivre les discussions avec les 11 pays impliqués, dont le Canada. Le vote du Sénat permet aussi de négocier une entente commerciale avec l’Union européenne.

Le but de l’accord transpacifique, appelé aussi le Partenariat transpacifique (PTP), est de créer une zone de libre-échange entre 12 pays. Ces derniers sont l’Australie, le Brunei, le Canada, le Chili, les États-Unis, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour et le Vietnam.

Le vote a été approuvé par le Sénat en raison de l’appui des républicains qui y voient une manière de réduire les barrières commerciales aux produits faits aux États-Unis. Les démocrates s’inquiètent pour leur part de voir se répéter les impacts de l’ALENA qui auraient fait perdre des emplois avec la concurrence de la main-d’œuvre bon marché mexicaine. Les démocrates s’inquiètent aussi d’un nivellement par le bas des normes environnementales et sociales avec l’inclusion de pays aux législations aussi hétéroclites.

Le Sénat a voté pour un mécanisme qui permet d’accélérer l’approbation des futurs accords commerciaux conclus par l’administration. Les élus auront à approuver ou rejeter les accords de libre-échange, mais ils ne pourront pas les modifier. Une telle procédure accélérée est habituelle.

Source: Agence France-Presse

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Céline Normandin

Commentaires