Fin de la grève au CN

Les opérations ont repris graduellement depuis mardi après-midi

Le syndicat des Teamsters qui représente plus de 3000 cheminots et le CN ont conclu une entente de principe mardi matin. Les opération normales de l’entreprise ferroviaire ont repris graduellement à partir de 14h00 mardi alors que l’ensemble des activités reprendront dès le 27  novembre à 6h HE partout au Canada.

Le journaliste et animateur Bernard Drainville, avait discuté de cette possibilité tôt mardi matin. Il laissait entendre qu’une entente de principe entre les grévistes et la direction du CN serait annoncée aujourd’hui. «Des sources proches de la négociation me laissent entendre que des compromis obtenus vont permettre une annonce au cours des prochaines heures », a t-il déclaré sur les ondes du 98,5 ce matin. «Ce qu’on me dit, c’est que les deux parties sont très optimistes de pouvoir sortir avec une entente. Selon toute vraisemblance, ce serait une entente de principe. On est sur la fin. On pourrait avoir de bonnes nouvelles d’ici midi.»

Articles connexes

Les cheminots du CN sont en grève depuis mercredi dernier. Ils réclament de meilleures conditions de travail. Le conflit a eu de nombreuses conséquences sur le monde agricole, la plus dramatique étant de couper le ravitaillement en propane pour les producteurs de céréales aux prises avec la pire saison des dernières décennies. Plusieurs d’entre eux attendent d’être approvisionnés pour terminer la récolte encore dans les champs avant que la qualité des grains ne se détériore encore plus. Le propane est aussi essentiel pour plusieurs élevages qui en dépendent pour leur chauffage.

L’UPA a déjà manifesté à deux reprises pour sensibiliser les gouvernements à l’urgence de la situation.

Les Producteurs de grains ont pour leur part rencontré le ministre de l’Agriculture mardi pour discuter de la situation. Le ministre du MAPAQ André Lamontagne a évoqué que des avis de dommages pourraient être émis pour la récolte de maïs et de soya. La Financière agricole étudierait les différentes options à la suite des plus récentes données obtenues sur l’état des récoltes dans la province.

Christian Overbeek, président des Producteurs de grains du Québec, a indiqué qu’il craignait que des entreprises ne puissent survivre à 2019. La valeur des récoltes à récolter s’élèveraient à 300 M$. Un délai entre le transport et la livraison de propane est en effet à prévoir.

L’Association québécoise du propane (AQP) a déclaré qu’une complexe opération de réapprovisionnement serait déclenchée dès mercredi matin mais que chaque jour de grève au CN impliquait un délai de rétablissement de 3 ou 4 jours et qu’à ce moment-ci, il était difficile d’évaluer le moment exact du rétablissement complet de l’approvisionnement en propane au Québec, compte tenu des enjeux particuliers dus à la période de pointe en agriculture. « En dépit d’une certaine congestion qui est attendue à Sarnia, il est clair que la production agricole animale et les séchoirs à grains qui sont présentement en situation critique figurent en haut de la liste des priorités de l’AQP », a confirmé Raymond Gouron, président de l’AQP.

La Financière agricole a pour sa part émis une prorogation des dates de récoltes compte tenu des conditions actuelles. Elle a ajouté qu’elle mettrait en place des assouplissements “afin d’offrir un soutien aux agriculteurs touchés par le gel précoce, la tempête automnale et les précipitations importantes de neige. Dans le cas des producteurs qui sont assuré par le Programme d’assurance récolte, des solutions sont offertes. C’est le cas pour les producteurs aux prises avec un volume important de grains déclassés, de plants versés ou cassés, et de soya sous la neige. Des situations particulières pourraient être admises selon les cas. “Les situations particulières vécues par les producteurs seront analysées par les centres de services. Les pertes subies pourront être indemnisées en baisse de rendement, selon le volume de votre perte et votre option de garantie”.

La Financière encourage aussi les producteurs a déclarer un avis de dommages au plus tard deux jours ouvrables avant le début de la récolte. Les informations suivantes seront nécessaires pour compléter les demandes.

  • La culture affectée;
  • La cause et l’ampleur des dommages;
  • Les numéros de champs et l’étendue affectée;
  • La date des dommages

Toutes les informations concernant cet avis de la Financière sont disponibles ici.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires