Forte hausse des factures d’importation de blé et de lait pour l’Algérie

Alger (Algérie), 6 novembre 2004 – Les importations de blé et de lait ont progressé durant les neuf premiers mois de l’exercice 2004, par rapport à la même période de l’année précédente, a indiqué le Centre national de l’informatique et des statistiques (CNIS) qui dépend des douanes algériennes.

Cette information a été confirmée par le directeur de la régulation et du développement de la production agricole au ministère de l’Agriculture et du Développement rural, Amar Assabah. Ce dernier a précisé que le montant des importations algériennes de lait et de blé avait enregistré d’importantes hausses liées à la tendance des fluctuations des cours de ces produits alimentaires sur le marché international.

Il ne s’agit pas, selon lui, d’une progression quantitative du volume des importations mais d’une augmentation du montant.

L’Algérie a importé pour 597,26 millions de dollars de lait jusqu’en septembre dernier contre 514 millions de dollars en 2003 et un peu moins de 737 millions de dollars de blé dans la même période contre environ 710 millions de dollars durant l’année 2003.

D’après Amar Assabah, ces hausses ne sont nullement liées à la production algérienne de ces deux denrées qui a été marquée ces dernières années par une progression constante. Pour ce qui est des céréales, le représentant du ministère de l’Agriculture fait remarquer que les prix ont connu une flambée en 2004.

Face à une telle situation, les opérateurs privés qui s’étaient lancés dans l’importation de blé se sont retirés du marché, et l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) a repris le flambeau et a acquis, ainsi, le monopole sur les importations et la répartition des céréales.

En matière de blé tendre et dur, la production algérienne qui avoisine les 30 millions de quintaux ces deux dernières années, couvre pratiquement la moitié des besoins locaux estimés à 60 millions de quintaux.

La facture des importations de lait a connu, pour sa part, une hausse de plus de 80% durant les neuf premiers mois de 2004 par rapport à l’année écoulée.

Cette augmentation concerne surtout les produits laitiers tels que les fromages et yaourts ainsi que les matières grasses laitières, et non le lait de consommation et de transformation. La production algérienne de lait en 2004 sera d’environ 2 milliards de litres.

Source : AP

Commentaires