France : accord entre producteurs et industries de transformation sur le prix du lait

Paris (France), 2 mars 2004 – Après plusieurs semaines de discussions sur les modalités d’évolution du prix du lait, la Fédération des producteurs de lait (FNPL) et les deux fédérations de transformateurs (FNIL et FNCL) ont annoncé dans un communiqué commun la signature d’un accord.

Les producteurs ont multiplié les actions ces dernières semaines en France, en particulier dans l’Ouest, pour protester contre la baisse des cours. Raison de la colère des producteurs: la baisse du prix du litre proposée par les laiteries en début d’année, alors que sa fixation faisait l’objet depuis 1997 d’un arbitrage trimestriel paritaire en fonction des différents marchés (produits de grande consommation, fromages, produits industriels).

Selon le communiqué, la FNPL, la FNIL (Fédération nationale des industries laitières) et la FNCL (Fédération nationale des coopératives laitières) sont convenues d’une « recommandation nationale d’évolution du prix du lait » pour le premier semestre 2004: baisse de 10,7 euros aux mille litres (l’unité usuelle de transaction) en janvier, baisse de 9,5 euros en février et mars, application de l’index de l’accord de 1997 sans lissage en avril, mai et juin.

Pour le second semestre 2004 et la période ultérieure, producteurs et industriels transformateurs sont convenus de l’ouverture de négociations « sans tarder » pour « travailler à un nouvel accord ».

Par ailleurs, FNPL, FNIL et FNCL « reprennent immédiatement les contacts avec les pouvoirs publics pour mettre en oeuvre les propositions figurant dans le rapport d’étape de l’Inspection Générale de l’Agriculture au Ministre de l’Agriculture, dont l’objet est de préparer la filière aux nouvelles donnes de la politique agricole commune ».

L’accord « nous satisfait, même si ce n’est pas un très bon accord », a déclaré à l’Associated Press Marcel Denieul, président de la section laitière Bretagne et Pays de la Loire de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA, dont la FNPL est la branche lait).

En 2003, le prix moyen acheté par les laiteries en France, qui transforment la matière première qu’est le lait en de nombreux produits, se situait à 292,84 euros pour 1000 litres contre 307,62 euros en 2001. Un producteur fournit en moyenne entre 200 000 et 250 000 litres de lait par an, en tenant compte des quotas fixés par l’Union européenne.

Source : AP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération internationale des producteurs de lait (France)
http://www.cniel.com/QuiFait/Fede/FNPL/fnpl.html

Fédération nationale de la coopération laitière (FNCL)
http://www.cniel.com/QuiFait/Fede/FNCL/fncl.html

Fédération nationale de l’industrie laitière (FNIL)
http://www.cniel.com/QuiFait/Fede/FNIL/fnil.html

Commentaires