France : accord national sur le prix du lait

Paris (France), 13 septembre 2005 – Producteurs et industriels de la filière laitière en France ont conclu un accord national sur le prix du lait pour la fin de l’année 2005, destiné à mettre fin à la crise qui secoue la profession depuis la baisse régulière des prix payés par les transformateurs aux éleveurs.

Cet accord a pour but de limiter le niveau de la baisse des prix pour les quatre derniers mois de l’année.

Il prévoit que la baisse de rémunération des éleveurs laitiers variera de 6,80 euros à 11,10 euros pour 1 000 litres de lait de septembre à décembre, précisé la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) dans un communiqué. En comparaison, en 2004, les producteurs ont perçu 276 euros pour 1 000 litres de lait produits.

« Les producteurs ont fait un effort », a constaté pour sa part Jean-Michel Le Métayer, président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), interrogé à Rennes par l’Associated Press.

Dans son communiqué, la FNPL souligne que cet accord « de raison » a été conclu au ministère de l’Agriculture, donc « sous l’égide des pouvoirs publics », une manière d’obliger les industriels à le respecter, contrairement à ce qui s’est produit dans le passé.

Les producteurs de lait espèrent que cet accord permettra de « sortir de l’anarchie des mois de juillet et d’août où la spirale sans fin de baisses hétérogènes menaçait de déstabiliser la filière ». Ils souhaitent également que cet accord permette d’« instaurer une ‘trêve’ afin de donner une chance à la filière laitière française de s’organiser ».

Pour leur part, les professionnels de la transformation laitière parle d’un « compromis qui ne satisfait aucune des parties (et qui) a pour seul objet de mettre fin au conflit opposant producteurs et transformateurs et de créer les conditions permettant la mise en place de véritables instruments de régulation de la filière ».

De son côté, le ministre de l’Agriculture, Dominique Bussereau, s’est félicité de ce compromis conclu « grâce à la bonne volonté des trois familles de l’interprofession laitière. « Cet accord sera mis à profit pour ouvrir dans les prochains jours la réflexion sur un nouvel équilibre de la filière résultant de la mise en oeuvre de la réforme de Luxembourg », a-t-il promis dans un communiqué.

En juillet et en août, des entreprises laitières ont pratiqué des baisses allant jusqu’à plus de 16 euros pour 1 000 litres, provoquant la colère des producteurs qui ont multiplié les actions contre les laiteries en les accusant de ne pas respecter le précédent accord de mai, selon lequel les baisses ne pouvaient excéder 6,03 euros pour 1 000 litres.

Source : AP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération nationale des producteurs de légumes (FNPL)
http://www.fnplegumes.org/

Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA)
http://www.fnsea.fr/

Commentaires