France : les Jeunes Agriculteurs lèvent leurs barrages des raffineries

Paris (France), 26 octobre 2004 – Les Jeunes Agriculteurs ont décidé de lever le mouvement de blocage de certaines raffineries et dépôts pétroliers lancé lundi pour obtenir la détaxation du fuel à usage agricole, a annoncé Philippe Meurs, secrétaire général du syndicat agricole.

« Nous ne voulons pas d’affrontement avec les forces de l’ordre. Nous faisons le constat amer que le gouvernement préfère des opérations d’intimidation au dialogue », a déclaré Philippe Meurs, après une réunion téléphonique des présidents régionaux des JA qui a décidé cette levée des barrages.

Seul, « symboliquement, le dépôt Total de Lespinasse (Haute-Garonne), près de Toulouse devrait être encore occupé dans la nuit de mardi à mercredi », a ajouté le secrétaire général des JA.

« Nous allons changer de tactique et préférer des opérations sporadiques », a averti M. Meurs à l’attention des pouvoirs publics.

Les forces de l’ordre, qui avaient déjà délogé lundi les manifestants à Caen (Calvados), Saint-Baussant (Meurthe-et-Moselle), Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire) et Saint-Jean-de-Braye (Loiret), ou les avait empêché de s’installer notamment à Frontignan, près de Sète (Hérault), sont à nouveau intervenus mardi.

Le blocus du dépôt pétrolier du Boucau (Pyrénées-Atlantiques) a ainsi été levé mardi vers 13h30 après intervention de forces de police, a-t-on appris auprès de la police et de l’organisation syndicale.

La vingtaine de militants de JA qui bloquait depuis la fin de matinée ce dépôt de carburant de la société Raffinerie du Midi ont été « délogés physiquement », selon Eric Mazain, secrétaire général départemental des JA. « L’opération s’est déroulée sans heurt, sans qu’il y ait de blessé », selon un représentant du commissariat de Bayonne.

Le ministère de l’Agriculture avait indiqué lundi en début de soirée dans un communiqué avoir adressé aux JA une lettre co-signée par le ministre Hervé Gaymard et son collègue de l’Economie Nicolas Sarkozy.

Ce courrier promet, selon le ministère, « que des mesures spécifiques sont à l’étude sur la taxe intérieure et la consommation de gaz naturel et sur la taxation du fuel lourd afin de permettre aux exploitations concernées de supporter cette charge supplémentaire ».

Les JA souhaitent que le secteur agricole soit placé sur le même plan que celui de la pêche, qui bénéficie d’un carburant professionnel détaxé, ce qui permet d’amortir la flambée du marché pétrolier.

Le coût de cette mesure pour le budget de l’Etat serait, en année pleine, de 80 à 90 millions d’euros, selon les JA, alors que la facture totale de la hausse du prix du carburant pour la « Ferme France » s’élève, toujours selon eux, à plus de 500 millions d’euros sur une année.

Ils estiment insuffisant le remboursement de 4 centimes d’euros par litre de carburant au profit des agriculteurs pour les six derniers mois de 2004, annoncé le 13 octobre par M. Sarkozy.

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Jeunes agriculteurs
http://www.cnja.com

Commentaires