France : renforcement de la lutte contre la pollution liée aux pesticides

Paris (France), 12 juillet 2004 – Les ministères français de l’Agriculture et de l’Ecologie ont annoncé le renforcement à l’automne du plan national de lutte contre les pollutions liées aux pesticides.

Cette annonce intervient le jour de la publication d’un rapport constatant que les deux tiers des rivières et des eaux souterraines contrôlées en France en 2002 étaient contaminés par des pesticides.

Dans ce document, l’Institut français de l’environnement (Ifen) observe une contamination dans 75% des points contrôlés dans les rivières et dans 57% des eaux souterraines.

Près de 200 pesticides différents, surtout des herbicides, ont été répertoriés dans ces milieux aquatiques, l’usage de certaines substances étant pourtant interdit depuis des années.

« Ces résultats démontrent tout l’intérêt du plan d’actions de lutte contre les pollutions liées aux pesticides mené depuis plusieurs années », soulignent les ministères de l’Agriculture et de l’Ecologie dans un communiqué conjoint.

« De nouvelles actions seront présentées à l’automne 2004 dans le cadre du programme interministériel de lutte contre les pollutions », précisent-ils.

Le gouvernement poursuit cinq objectifs: « sécuriser la mise sur le marché et l’utilisation des produits phytosanitaires, renforcer les actions pour faire évoluer les pratiques (agricoles et non agricoles), renforcer les actions dans les départements d’outre-mer, améliorer la connaissance de l’usage des produits phytosanitaires et lancer une campagne de communication notamment vis-à-vis des professionnels ».

Le rapport de l’Ifen, qui juge « préoccupante » la situation dans les départements d’outre-mer, y dénonce la présence d’insecticides interdits depuis dix ans sur le territoire français.

Avant la fin de l’année 2004, le ministère de l’Ecologie présentera un projet de loi sur l’eau et les milieux aquatiques qui « inclura des mesures relatives à un meilleur usage des pesticides et à la prévention des pollutions de l’eau », souligne le communiqué.

« L’avant-projet de loi, actuellement mis à la concertation, prévoit notamment de mettre en place des programmes d’action, par sous-bassin versant, visant à définir et accompagner des pratiques agricoles limitant les transferts vers le milieu naturel », précise-t-il.

L’avant-projet prévoit aussi la mise en place progressive d’un dispositif de contrôle des pulvérisateurs agricoles de pesticides et « la normalisation des appareils neufs ».

Source : Reuters

Commentaires