Gérer les mauvaises herbes avec des drones

La Société de malherbologie des États-Unis croit qu’il sera possible de gérer les mauvaises herbes bientôt à l’aide de drones

De plus en plus de chercheurs s’intéressent aux drones et leurs applications possibles dans la gestion des mauvaises herbes. Voici quelques résultats de recherches.

Identification et cartographie des mauvaises herbes

Des drones équipés avec des caméras et autres technologies de détection ont mesuré avec succès la densité des mauvaises herbes. Ils ont aussi réussi l’identification par espèce avec une précision de plus de 90 %. De plus, ils ont été en mesure de détecter la différence de température de canopée entre les mauvaises herbes sensibles ou résistantes au glyphosate avec plus de 95 % de succès. La principale contrainte avec cette technologie est le temps requis pour analyser les images recueillies. Ce délai peut être un problème si une décision de traitement doit être prise rapidement. Les chercheurs croient que l’intelligence artificielle viendra à bout de cette contrainte lorsque les bases de données seront développées à grande échelle.

Application aérienne d’herbicides

Les chercheurs testent des drones semi-autonomes guidés par un signal GPS et munis d’un système de pulvérisation. Ils ont réalisé que le drone pouvait naviguer vers les zones ciblées avec une précision de 30 cm à 60 cm. Mais avant que de tels systèmes soient utilisés à grande échelle en agriculture, les chercheurs insistent sur l’importance de mieux connaître les motifs de dérive, l’impact de la grosseur des gouttelettes et les risques sur la santé et l’environnement. Ces données seront essentielles pour la réglementation et la sécurité des applications aériennes avec les drones. Mais le potentiel est énorme croient les chercheurs. Ils rêvent au drone identifiant les mauvaises herbes et appliquant le bon produit pour éliminer les mauvaises herbes seulement là où il le faut. « C’est encore plus intéressant pour la lutte aux mauvaises herbes résistantes », ajoute Muthu Bagavathiannan, Ph. D. à l’Université A &M du Texas. La destruction des individus résistants avec les drones minimise l’accumulation des graines dans le sol tout en limitant l’utilisation des herbicides seulement aux endroits problématiques.

Gestion des mauvaises herbes dans les cours d’eau

La cartographie des mauvaises herbes dans les plans d’eau est très difficile. Elle peut être réalisée par bateau ou par l’observation des rives. Un chercheur de l’Université de l’État de Caroline du Nord croit que les drones équipés de caméras peuvent rapidement identifier et détecter de nouvelles infestations de mauvaises herbes qui affectent la qualité de l’eau. Le Ph. D. Rob Richardson ajoute que des zones inaccessibles par bateau sont bien couvertes avec les drones (ex. : eau peu profonde, présence de chutes, cascades ou roches). Ils peuvent aussi appliquer des traitements herbicides pour contrôler les envahisseurs. La recherche se poursuit pour identifier les meilleures pratiques en milieu aquatique.

Source : Corn and Soybean Digest

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Commentaires