Hausse de 11 % du bénéfice de Deere au deuxième trimestre

Illinois (États-Unis), 14 mai 2002 – DEERE & COMPANY a déclaré un bénéfice net de 141,8 millions $US, ou 0,59 $ par action, à l’échelle mondiale pour le deuxième trimestre terminé le 30 avril. Il s’agit d’une hausse de 11 %
du bénéfice par rapport au deuxième trimestre du dernier exercice, alors que
la Société avait dégagé un bénéfice de 127,8 millions $, ou 0,54 $ par action.
Pour les six premiers mois de l’exercice, le bénéfice net se chiffre à 103,6

millions $, ou 0,43 $ par action, comparativement à 184,2 millions $, ou 0,78
$ par action, au dernier exercice.

« Les résultats du deuxième trimestre commencent à démontrer les avantages
des mesures prises pour améliorer l’actif et l’efficacité des activités
d’exploitation », a déclaré Robert W. Lane, président du conseil et chef de la
direction. « Bien qu’il soit encore tôt, nous sommes encouragés par la réaction
positive des consommateurs relativement au nombre sans précédent de nouveaux
produits John Deere lancés sur le marché cette année. »

A l’échelle mondiale, le chiffre d’affaires et les produits
d’exploitation nets se sont chiffrés à 3,987 milliards $ au deuxième trimestre
et à 6,509 milliards $ au premier semestre 2002, comparativement à 3,809
milliards $ et 6,514 milliards $ respectivement au dernier exercice. Le
chiffre d’affaires net s’est établi à 3,409 milliards $ pour le trimestre et à
5,347 milliards $ pour le semestre, comparativement à 3,262 milliards $ et

5,405 milliards $ respectivement l’an dernier. Cette hausse pour le trimestre
est attribuable à l’augmentation des ventes d’équipement agricole, plus
particulièrement à l’étranger, à l’inclusion des ventes de John Deere
Landscapes (créée en 2001), et à la hausse des ventes d’équipement commercial
et résidentiel. La hausse du chiffre d’affaires de la Société a été en partie
neutralisée par l’impact de l’abandon des activités liées aux produits à main.
La baisse du chiffre d’affaires pour le semestre est imputable en majeure
partie à une réduction des ventes du matériel de construction et de
l’équipement forestier, à l’incidence de l’abandon des produits à main et à
une baisse des livraisons d’équipement commercial et résidentiel. Ces facteurs
négatifs ont été partiellement contrebalancés par les ventes de John Deere
Landscapes et par la hausse des ventes d’équipement agricole. Comparativement
à l’an dernier, le chiffre d’affaires net provenant des ventes à l’étranger a
grimpé de 12 % pour le trimestre et de 9 % pour le premier semestre. La hausse
du chiffre d’affaires provenant de l’étranger pour les deux périodes est
principalement due à une hausse des ventes d’équipement agricole en Europe,
laquelle a toutefois été neutralisée en partie par l’incidence des taux de
change. Sans l’incidence des taux de change, le chiffre d’affaires net
provenant de l’étranger se serait traduit par une hausse de 15 % pour le
trimestre et de 12 % au cumul annuel.

Les activités liées à la vente d’équipement ont généré un bénéfice
d’exploitation de 217 millions $ pour le trimestre et de 82 millions $ après
les six premiers mois de l’exercice 2002, comparativement à 215 millions $ et
285 millions $ respectivement l’an dernier (les résultats d’exploitation
excluent l’incidence des intérêts, des impôts et des charges administratives).
Cette hausse du bénéfice d’exploitation pour le trimestre est principalement
due à une réduction des dépenses et à l’augmentation des prix réalisés. Les
compensations versées à la division de crédit de la Société relativement aux
créances des fournisseurs assumées par Deere ont toutefois nuit en partie à
cette hausse du bénéfice. Comme il a été annoncé précédemment, les divisions
d’équipement de Deere ont amorcé la vente d’une partie importante de leurs
comptes clients à la division de crédit à la fin du dernier exercice. Les
résultats trimestriels ont également été touchés par une baisse de la
production et des volumes de ventes au sein des divisions de matériel de
construction et d’équipement forestier et par une hausse des coûts liés aux
avantages postérieurs au départ à la retraite, ainsi que par les dépenses
liées aux mesures de restructuration déjà annoncées et par les coûts associés
à la participation minoritaire de la Société dans Nortrax, Inc., coentreprise
qui participe à la gestion et au développement de plusieurs concessionnaires
de matériel de construction de Deere.

Le recul des résultats d’exploitation liés à la vente d’équipement pour
le premier semestre 2002 est imputable en majeure partie à la réduction prévue
des volumes de production et des ventes au premier trimestre et à
l’inefficacité du secteur de la fabrication. Les résultats à ce jour ont aussi
été touchés par les compensations versées à la division de crédit pour les
comptes clients vendus, par l’augmentation des coûts liés aux avantages
postérieurs au départ à la retraite et par les charges de restructuration et
les coûts associés à Nortrax. Les résultats du cumul annuel à ce jour ont
également été affectés par des pertes en Argentine et par les coûts associés
au lancement de nouveaux produits. Ces facteurs ont toutefois été neutralisés
en partie par une réduction des dépenses et par l’augmentation des prix de
réalisés.

Les activités liées à la vente d’équipement ont généré un bénéfice net de
94,9 millions $ pour le trimestre et une perte nette de 15,6 millions $ pour
le premier semestre 2002, comparativement à un bénéfice net de 89,1 millions $
et de 93,2 millions $ respectivement l’an dernier. Les facteurs indiqués
précédemment ont également affecté ces résultats. Les résultats de l’exercice
2002 pour les deux périodes ont cependant bénéficié de la réduction des
charges d’intérêts.

Bien que les actifs d’exploitation des divisions d’équipement se sont
accrus chaque saison au cours du deuxième trimestre et des six premiers mois,
les comptes clients et les stocks ont chuté à 843 millions $ à la fin du
trimestre par rapport à l’an dernier. Par ailleurs, le bilan a présenté
d’importants progrès. Le bilan pour les activités d’exploitation liées à la
vente d’équipement et aux services financiers à la valeur de regroupement a
présenté un meilleur ratio d’endettement net (dette portant intérêt moins
espèces et quasi-espèces) par rapport à l’endettement net total et les
capitaux propres se sont élevés à 20 % au 30 avril 2002, comparativement à 47
% à l’exercice précédent.

Le chiffre d’affaires net de la division mondiale de l’équipement
agricole a augmenté de 6 % pour le trimestre et de 2 % pour les six
premiers mois comparativement à l’exercice précédent. Si on exclut
l’incidence du fléchissement des devises étrangères, le chiffre
d’affaires net a bondi de 8 % et progressé de 3 % jusqu’ici pour
l’exercice, en raison principalement d’une hausse des ventes en Europe
où plusieurs nouveaux produits ont été lancés. La division a dégagé un
bénéfice d’exploitation de 173 millions $ pour le trimestre et de
157 millions $ pour le semestre, comparativement à 131 millions $ et à
220 millions $ respectivement à l’exercice précédent. Cette
amélioration pour le trimestre s’explique surtout par une hausse du
prix réalisé et une réduction des dépenses; elle a toutefois été
annulée en partie par les compensations versées à la division du crédit
pour créances vendues et les coûts plus élevés des avantages sociaux du
personnel retraité. La dévaluation du peso qui a entraîné des pertes en
Argentine a également eu un effet défavorable depuis le début de
l’exercice. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par une
amélioration du prix réalisé et une diminution des frais de marketing
et de fabrication.

La division mondiale de l’équipement commercial et résidentiel a
inscrit un bénéfice d’exploitation de 80 millions $ pour le deuxième
trimestre et de 37 millions $ jusqu’ici pour l’exercice comparativement
à 70 millions $ et à 77 millions $ à l’exercice précédent. Le chiffre
d’affaires a grimpé de 5 % pour le trimestre et n’a pas bougé pour le
semestre. Si on exclut les acquisitions et les dessaisissements, le
chiffre d’affaires a progressé de 7 % pour le trimestre mais a reculé
de 4 % pour le semestre. Cette croissance trimestrielle est attribuable
à un meilleur alignement de l’expédition de produits sur la demande
saisonnière. L’augmentation des ventes et la réduction des coûts,
annulées en partie par des compensations versées à la division du
crédit, ont contribué à l’amélioration du bénéfice d’exploitation pour
le trimestre. Par ailleurs, une réduction importante de la production
au premier trimestre conformément aux objectifs de gestion de l’actif
de la division ainsi que des compensations versées à la division du
crédit ont entraîné une baisse du bénéfice d’exploitation pour le
semestre. Ces facteurs ont été compensés en partie par une diminution
des dépenses et une indemnisation aux termes d’une assurance contre
l’incendie.

La division de l’équipement forestier et de construction de Deere a
subi des pertes d’exploitation de 22 millions $ pour le trimestre et de
88 millions $ pour les six premiers mois, comparativement à un bénéfice
d’exploitation de 28 millions $ et de 19 millions $ à l’exercice
précédent. Le chiffre d’affaires a chuté de 1 % pour le trimestre et de
9 % pour l’exercice à ce jour et les volumes de production ont été
réduits de 9 % et de 23 % respectivement dans les installations
principales, reflétant la faiblesse des conditions du marché et des
prix. L’affaissement du bénéfice d’exploitation s’explique surtout par
un recul du chiffre d’affaires, une baisse de la production, une
augmentation des stimulants à la vente, les coûts liés à
l’investissement dans Nortrax et la hausse des coûts des avantages
sociaux du personnel retraité. En outre, les coûts associés à la
fermeture d’une usine de fabrication de produits pour lieux de travail
au Tennessee et la réimplantation de ces activités ont eu une incidence
défavorable sur les résultats annuels à ce jour. Par contre, la
réduction des frais d’exploitation a eu des retombées positives sur la
division pour les deux périodes.

La division du crédit a enregistré un bénéfice net de 47,3 millions $
pour le trimestre et de 123,3 millions $ pour les six premiers mois,
comparativement à 39,6 millions $ et à 92,1 millions $ à l’exercice
précédent. Cette progression est attribuable à une augmentation des
gains sur la vente de billets de détail, à un meilleur étalement du
financement et aux bénéfices tirés des comptes clients de
concessionnaires Deere. Ces facteurs ont été annulés en partie par des
provisions pour pertes sur prêts subies au deuxième trimestre,
notamment un montant de 28 millions $ après impôts pour des pertes
éventuelles provenant de deux clients associés du financement des
transactions commerciales. La dévaluation du peso a également entraîné
des pertes pour cette division.

Les autres divisions de la Société ont subi des pertes d’exploitation
de 7 millions $ pour le trimestre et de 11 millions $ pour le semestre,
comparativement à des pertes de 10 millions $ et de 21 millions $
respectivement l’an dernier. Les coûts liés à la fermeture d’une usine
de l’Illinois ont eu une incidence défavorable sur les résultats. Ces
chiffres pour les deux exercices reflètent les coûts de la mise au
point de nouveaux produits et l’amortissement de l’écart d’acquisition
de la division des technologies spéciales. Une hausse du bénéfice des
activités dans le domaine des soins de santé et une baisse des frais
d’exploitation des autres divisions des technologies ont compensé en
partie ces facteurs.

Conjoncture du marché et perspectives

En se fondant sur les conditions du marché décrites ci-dessous, le
chiffre d’affaires net de la division de l’équipement devrait stagner ou être
légèrement plus élevé pour l’exercice et le bénéfice d’exploitation devrait
représenter entre 0,5 % et 1,5 % du chiffre d’affaires. Pour le troisième
trimestre, le chiffre d’affaires devrait grimper de 3 % à 5 % par rapport à la
même période l’an dernier et le bénéfice d’exploitation devrait correspondre à
3 % ou 4 % du chiffre d’affaires.

Equipement agricole : Les ventes de machinerie agricole aux Etats-Unis
ont continué d’être refrénées par la faiblesse des prix des produits de
base et l’incertitude se rapportant à la loi agricole. Bien qu’elle
aura des retombées positives pour 2003, la nouvelle loi n’aura que peu
d’incidence sur le chiffre d’affaires de cette année. De même, une loi
pour stimuler l’économie, décrétant une provision plus généreuse pour
amortissement sur l’équipement agricole la première année, devrait
soutenir modérément les ventes de machinerie l’an prochain mais pour
2002, son effet sera minime. En conséquence, Deere maintient ses
prévisions pour 2002 et s’attend à ce que le volume de ventes au détail
aux Etats-Unis et au Canada soit semblable à celui de l’exercice
précédent. Les ventes au détail en Europe devraient être égales ou
légèrement supérieures pour 2002, en partie à cause du nombre record de
nouveaux produits John Deere offerts sur le marché cette année. En
Amérique latine, les ventes de l’industrie devraient se maintenir au
niveau de l’an dernier, car la crise économique en Argentine viendra
annuler la solidité de la situation au Brésil.

Equipement commercial et résidentiel : Si on ne tient pas compte de
l’incidence des acquisitions et des dessaisissements, les livraisons
d’équipement résidentiel et commercial devraient chuter de 5 % à 10 %
en 2002. Ce fléchissement, conforme aux prévisions antérieures,
proviendra d’une prudence accrue de la part des consommateurs et de
mesures rigoureuses pour réduire le niveau de l’actif. La sécheresse et
des restrictions quant à l’arrosage sur certains marchés régionaux
entraîneront un recul des ventes.

Equipement forestier et de construction : Deere continue de croire que
les ventes de l’industrie au détail de l’équipement forestier et de
construction aux Etats-Unis et au Canada régresseront de 10 % à 15 %
par rapport à l’exercice précédent et que les prix demeureront
extrêmement faibles. Un ralentissement dans les activités
d’investissement, des perspectives d’avenir incertaines dans le secteur
de la construction en général et une faiblesse dans les ventes aux
sociétés de location indépendantes risquent de nuire aux ventes. En ce
qui a trait à l’équipement forestier, les ventes mondiales devraient
être inférieures à celles de l’exercice précédent compte tenu de la
rareté de la demande.

Crédit : Le bénéfice net des activités de crédit de la Société devrait
être supérieur à celui de l’an dernier mais inférieur aux prévisions
antérieures. L’augmentation des ventes de billets au détail et les
sommes à recevoir des concessionnaires d’équipement Deere auront un
effet positif sur les résultats. Ces montants devraient ajouter
60 millions $ au bénéfice net pour l’exercice au complet. Des
provisions plus élevées pour pertes sur prêts, les pertes subies en
Argentine viendront annuler en partie ces facteurs. Le bénéfice net des
activités de crédit pour l’exercice devrait s’établir entre
210 millions $ et 230 millions $.

La Société est sur la voie de l’amélioration

Même si le début de reprise économique et les nouvelles lois sur
l’agriculture aux Etats-Unis indiquent une amélioration graduelle dans les
principaux marchés, les résultats financiers de Deere pour l’ensemble de
l’exercice demeureront probablement modestes. « Nous continuons de croire que
nos activités subiront des pressions importantes, au moins pendant les mois de
printemps et d’été qui sont importants, car ils comptent généralement pour la
majorité de nos ventes et de nos bénéfices », a déclaré M. Lane. « Toutefois,
grâce à nos efforts visant à réduire les coûts et à exercer nos activités avec
un niveau d’actif encore moins élevé, nous pensons que la Société est bien
placée pour améliorer légèrement son rendement cette année. Mais ce qui est
plus important, c’est que les mesures que nous prenons actuellement ont pour
but de renforcer notre entreprise et d’accroître considérablement notre
rendement, particulièrement lorsque la conjoncture du marché s’améliorera. »

John Deere Capital Corporation

Les renseignements suivants sont communiqués au nom de la filiale de
crédit de la Société, John Deere Capital Corporation (JDCC), conformément aux
exigences de présentation applicables à l’émission périodique de titres
d’emprunt sur le marché public.

Le bénéfice net de JDCC s’est établi à 42,6 millions $ pour le deuxième
trimestre et à 114,5 millions $ pour le premier semestre 2002, comparativement
à 35,4 millions $ et à 79,9 millions $ respectivement pour l’exercice
précédent. Comme nous l’avons déjà mentionné, depuis la fin du dernier
exercice, Deere Capital, Inc., filiale en propriété exclusive de JDCC, a
commencé à acquérir la plupart des comptes clients liés aux activités des
concessionnaires d’équipement de Deere. Les hausses de bénéfices sont
attribuables aux gains plus élevés sur les ventes de billets de détail, à un
meilleur écart de financement et au bénéfice réalisé par Deere sur les comptes
clients des concessionnaires. Ces hausses ont été en partie annulées par des
provisions pour pertes sur prêts inscrites au deuxième trimestre, incluant une
somme de 28 millions $ après impôts pour les pertes potentielles liées à deux
clients internationaux du secteur des transactions commerciales qui sont
associés l’un à l’autre. En outre, JDCC a subi des pertes en Argentine en
raison de la dévaluation du peso.

Le montant net des comptes clients et des contrats de location financés
par JDCC s’élevait à 10,313 milliards $ au 30 avril 2002, par rapport à 8,230
milliards $ un an auparavant. Cette hausse s’explique par l’excédent des
acquisitions sur les recouvrements au cours des douze derniers mois, dont les
acquisitions de comptes clients des concessionnaires susmentionnés. Cet
excédent a été partiellement annulé par les ventes de billets de détail. Le
montant net des comptes clients et des contrats de location gérés, qui
comprend les comptes clients précédemment vendus, se chiffrait à 13,340
milliards $ au 30 avril 2002, comparativement à 10,195 milliards $ au 30 avril
2001.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

John Deere

http://www.deere.com/

Commentaires