Il faut agir pour viabiliser l’agriculture, disent les agriculteurs

Ottawa (Ontario), 5 avril 2006 – Les producteurs laitiers sont au nombre des milliers d’agriculteurs qui participent au Rassemblement Solidarité sur la colline du Parlement pour réclamer une intervention gouvernementale immédiate dans la crise du revenu agricole. Le gouvernementdoit se porter à l’aide des secteurs agricoles aux prises avec une crise durevenu sans précédent et protéger la viabilité de la gestion de l’offre afinde permettre aux agriculteurs de tirer un juste revenu du marché.

« Notre gouvernement canadien doit reconnaître ses obligations etresponsabilités envers les secteurs agricoles qui sont en difficulté à causedes injustices créées par les règles commerciales actuelles, et s’enacquitter », a dit Jacques Laforge, président des Producteurs laitiers duCanada. « Les producteurs laitiers dénoncent particulièrement le peu d’effortsconsacrés à la défense des droits négociés par le Canada de limiter lesimportations d’ingrédients, comme les concentrés protéiques du lait, quiremplacent le lait canadien sur le marché. Le gouvernement doit s’acquitter desa responsabilité de veiller à ce que les importations soient prévisibles etstopper l’augmentation de ces importations. Mieux vaut prévenir que guérir. »

Les producteurs laitiers canadiens s’inquiètent de la quantité croissanted’ingrédients laitiers importés qui effritent graduellement le marché et lesrevenus des producteurs. Une décision judiciaire rendue en janvier a ouvert laporte aux importations illimitées de concentrés protéiques du lait, quirisquent de remplacer 25 % des protéines contenues dans le lait produit auCanada et qui pourraient faire perdre jusqu’à 500 millions de dollars auxproducteurs.

Les producteurs laitiers planifient la production du lait en fonction dela demande canadienne de lait et de produits laitiers. Avec la gestion del’offre, les producteurs laitiers ont pris la responsabilité de racheter laprotéine du lait qui n’est pas requise par le marché canadien. Mais il estinacceptable de leur demander de racheter de la poudre de lait écrémé quidécoule de la décision des transformateurs de s’approvisionner en protéineslaitières subventionnées à l’étranger.

« S’ils préfèrent utiliser des ingrédients importés à la place de notrelait dans les produits laitiers, a dit M. Laforge, les transformateursdevraient se trouver un marché pour écouler leurs surplus de protéines, et nonpas s’attendre que les producteurs les rachètent et que le gouvernement fermeles yeux. Les producteurs ne peuvent passifs en voyant s’effriter leur marchéet leurs revenus au profit du secteur de la transformation et à la faveur del’inaction gouvernementale. »

Les transformateurs laitiers profitent de la stabilité de la gestion del’offre. Ce matin, le ministre de l’agriculture et de l’agroalimentaire aréitéré que le gouvernement demeurerait solide vis-à-vis de son engagementenvers la gestion de l’offre. Notre gouvernement a le pouvoir et le devoir deveiller à ce que l’importation de produits laitiers et d’ingrédients laitierssoit prévisible, afin que les producteurs puissent planifier la productionlaitière en fonction de la demande canadienne. Il est temps que legouvernement canadien prenne les mesures qui s’imposent pour démontrer sonsoutien à la gestion de l’offre.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Les Producteurs laitiers du Canada
http://www.producteurslaitiers.org

Commentaires