Industries Lassonde inc. annonce ses résultats du 4e trimestre

Rougemont (Québec), 1er mars 2004 – Industries Lassonde inc. a annoncé ses résultats du 4etrimestre et de l’exercice financier qui s’est clôturé le 31 décembre 2003.

La Société a connu de solides résultats au cours de l’année terminée le 31 décembre 2003, laquelle marque le 85e anniversaire de l’entreprise. Lebénéfice des activités poursuivies est de 13,0 millions $, en hausse de 17,4 %comparativement au bénéfice de 11,1 millions $ enregistré au 31 décembre 2002.Le dernier trimestre de 2003 a contribué 4,4 millions $ à ce montant contre3,2 millions $ pour le dernier trimestre de 2002. Les ventes nettes del’exercice 2003 se chiffrent à 247,5 millions $, en hausse de 8,1 % sur les229,1 millions $ comptabilisés au 31 décembre 2002. Encore là, les ventes du4e et dernier trimestre de 2003 ont été supérieures à celles de la mêmepériode l’an dernier, les chiffres respectifs étant de 67,5 millions $ et de64,7 millions $.

Analyse des résultats et de la situation financière
Bénéfice net
L’an dernier, le bénéfice net de la Société a grandement souffert del’abandon des activités en Chine qui lui occasionnait une perte de13,0 millions $, laquelle perte, conjuguée au bénéfice de 11,1 millions $ surles activités poursuivies, résultait en une perte nette de 1,9 million $,toutes activités confondues. Cette année, comme la provision pour perte liée àl’abandon des activités en Chine prise en 2002 était assez conservatrice, ilen est résulté un gain de 580 000 $, lequel s’ajoute au bénéfice de13,0 millions $ des activités poursuivies, ce qui permet à la Sociétéd’enregistrer un bénéfice net, toutes activités confondues de 13,6 millions $.Au plan des activités poursuivies, il s’agit donc d’une progression de l’ordrede 17,4 % comparativement à l’année antérieure.

Au 31 décembre 2003, les bénéfices non répartis se chiffraient à74,8 millions $ comparativement à 63,6 millions $ à la même date l’annéeprécédente.

Ventes nettes
En 2003, les ventes nettes de Industries Lassonde ont atteint247,5 millions $ contre 229,1 millions $ en 2002, une augmentation de 8,1 %.Cette progression, à peu de choses près, a été constatée dans tous les marchésde la Société, dans un marché des jus et des boissons de fruits qui a crû de5 %.

Au plan de la répartition géographique des ventes, et bien que tous lesmarchés aient connu une progression de leurs ventes, l’ensemble du marchécanadien qui était à 92 % en 2003 (94 % en 2002), a perdu de l’importance audétriment des exportations, lesquelles s’accaparent donc 8 % des ventes, soit6 % pour les Etats-Unis et 2 % pour d’autres pays, notamment en Europe. Quantau marché intérieur canadien, celui-ci affiche des ventes nettes à la haussedans toutes les régions, témoignant ainsi une progression supérieure à cellede leur secteur. Le Québec représente 57 % des ventes, suivi de l’Ontario avec29 %, 5 % pour les Maritimes et 1 % pour l’Ouest canadien.

Dépenses
En 2003, les coûts des ventes, les frais d’exploitation et lesamortissements ont totalisé 227,9 millions $, une hausse de 7,9 %comparativement au chiffre de 211,2 millions $ enregistré l’année précédente.Le niveau des dépenses est conforme au niveau établi au plan d’affaires de laSociété en début d’année. Le ratio coûts des ventes, frais d’exploitation etamortissements sur les ventes nettes est demeuré inchangé, ce qui dénote queles mesures mises en place par la Société pour réaliser des gains d’efficienceau plan de son exploitation ont porté fruit, d’autant plus que ceci tientcompte d’une augmentation de 12,1 % des frais commerciaux.

Bilan
Au 31 décembre 2003, l’actif de la Société s’élevait à 159,8 millions $contre 175,7 millions $ au 31 décembre 2002, pour une diminution de 9,1 %;cette diminution est reliée au fait que les actifs à court et à long terme desactivités abandonnées n’apparaissent plus au bilan suite à la vente de nosopérations en Chine.

Les débiteurs sont passés de 21,7 millions $ au 31 décembre 2002 à19,9 millions $ au 31 décembre 2003. Cette diminution s’explique d’un côté parune augmentation de 3 millions $ de la cession de débiteurs par rapport àl’année 2002 et d’autre part, par une augmentation des ventes de près de2 millions $ au cours du mois de décembre 2003. Les stocks, quant à eux, sontpassés de 56,5 millions $ à la fin 2002, à 58,7 millions $ à la fin de 2003.L’augmentation est liée à la quantité grandissante de matières premièresrequises afin de fabriquer nos gammes diversifiées. De plus, nous avonsprocédé à l’achat de matériel d’emballage afin de bénéficier de prixfavorables; enfin, nous avons acheté certains concentrés afin de pallier à despénuries éventuelles. Par contre, les produits finis ont diminué de1,2 million $ compte tenu du niveau accru des ventes en décembre.

De 69,1 millions $ qu’elles étaient en 2002, les immobilisations sechiffrent maintenant à 71,9 millions $, une augmentation de 4,1 % encomparaison avec l’année précédente. Cette augmentation est surtoutattribuable au fait que les acquisitions d’immobilisations sont plus élevéesque les charges d’amortissement de près de 2,9 millions $. Au plan desacquisitions en 2003, notons que l’accent a été mis sur les équipements deproduction pour améliorer la productivité et moderniser l’outil industriel.Nous avons aussi déboursé près de 1 million $ pour moderniser nos bâtiments.

De 59,3 millions $ qu’il était en 2002, le passif à court terme s’élèvemaintenant à 36,9 millions $. Il faut noter entre autres la diminution de15,6 millions $ des passifs à court terme reliés aux activités abandonnées. Deplus, les créditeurs et charges à payer ont diminué de 4,6 millions $ au31 décembre 2003, compte tenu d’un niveau d’engagement moins élevé en find’année 2003. La dette à long terme est passée de 17,1 millions $ en 2002 à16,0 millions $ en 2003, soit une baisse de 6,5 %, liée aux versements decapital des diverses dettes. L’avoir des actionnaires, de 84,5 millions $ en2002, a progressé de 13,0 % en 2003 à 95,5 millions $. Les bénéfices nonrépartis sont passés de 63,6 millions $ en 2002 à 74,8 millions $ en 2003.L’augmentation de 11,2 millions $ équivaut au bénéfice net de l’exercice, d’unmontant de 13,6 millions $, réduit des paiements de dividendes de2,4 millions $.

Fonds autogénérés
Les fonds autogénérés totalisant 21 835 000 $ en 2003, ont connu uneprogression de 8,3 % comparativement à l’année antérieure.

Faits saillants
L’accroissement des ventes nettes est le reflet, entre autres, d’uneannée complète d’exploitation de Golden Town Apple Products, acquise enseptembre 2002, et la conclusion d’une entente avec Sun-Maid Growers deCalifornie pour commercialiser et distribuer sous licence une nouvelle gammede jus de fruits de spécialité au Canada. Cette entente devrait générer desrevenus de l’ordre de 15 millions $ sur les cinq prochaines années. Aussi, età l’écoute de consommateurs toujours plus résolus à faire des choix santé, laSociété a encore innové cette année en lançant sur le marché des produitsfonctionnels, riches en suppléments de vitamines et de minéraux essentiels,ainsi que des suppléments nutritifs à base de jus de fruits ainsi qu’en barresde fruits et de céréales. Il en est ainsi de la gamme Oasis Plus qui proposeaux consommateurs un nouveau cocktail de jus de fruits et de lait aussinutritif que savoureux. La ligne Fruité élargissait sa gamme parl’introduction du Fruité Calcium, un cocktail de jus et de lait disponible entrois saveurs : fraise-banane, pêche et framboise. De plus, au derniertrimestre, la Société proposait aux consommateurs son concept solution repas,constitué d’éléments nutritifs et de protéines au vrai bon goût de fruits,offert sous la marque NUTRITION’L. Cette marque regroupe des breuvages et desbarres faites à 50 % de fruits, l’autre 50 % étant composé de floconsd’avoine, de riz brun croquant et de soya. Un produit nature, ces barres sontdes collations santé par excellence et n’incluent aucun agent de conservation,ni cholestérol, ni gras trans. Quant aux breuvages de cette gamme, disponiblesen format pratique de 236 ml, ils sont composés de jus de fruits,d’ingrédients laitiers modifiés et sont enrichis de 24 vitamines et minérauxet sont très prisés des gens pressés et soucieux de leur alimentation.

Dans la gamme des produits spécialisés, la famille des bouillons etsauces Canton s’est enrichie de deux nouvelles sauces à fondue et raclette etune production industrielle à petite échelle de mais sur épis biologiquecultivé au Québec permettait d’offrir le produit à ces consommateurs quirecherchent des aliments biologiques.

La fibre innovatrice de Lassonde s’est aussi manifestée au plan desemballages, ainsi ce contenant Prisma en format de 960 ml développé encollaboration avec Tetra-Pak.

Perspectives
L’avenir s’annonce prometteur pour la Société. La direction continued’exercer un contrôle rigoureux sur les dépenses, les processus de fabricationsont sans cesse améliorés, nos produits sont très prisés des consommateurs etla notoriété de nos marques nous sert admirablement bien lorsqu’il estquestion d’étendre une gamme de produits ou, plus encore, de lancer denouveaux produits. A cet effet, nous demeurons confiants que la demande desconsommateurs pour des aliments davantage nutritifs et fonctionnels au plan dela santé n’ira qu’en s’accentuant et que la Société est particulièrement bienpositionnée pour tirer parti de cette situation.

Tradition et innovation : la clé de notre succès. Enfin, la Sociétéréitère son engagement qui réside dans le développement de marchés,l’exploitation de nouveaux créneaux de produits et l’ouverture à d’éventuellesacquisitions.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Industries Lassonde inc.
http://www.lassonde.com/

Commentaires