Industries Lassonde inc. annonce ses résultats du 4e trimestre et de l’exercice financier terminé le 31 décembre 2004

Rougemont (Québec), 4 mars 2005 – Industries Lassonde inc. a annoncé ses résultats du quatrième trimestre et de l’exercice financier qui s’est clôturé le 31 décembre 2004.

Pour l’année 2004, la société affiche des ventes nettes de261,7 millions $, en hausse de 5,7 % sur les 247,5 millions $ comptabilisés au31 décembre 2003. Le bénéfice d’exploitation à 20,8 millions $ au 31 décembre2004 est en hausse de 5,8 % par rapport à ce montant de 19,6 millions $ au 31 décembre 2003. Le bénéfice net est de 12,0 millions $, en baisse de 12,0 %comparativement au bénéfice net de 13,6 millions $ enregistré à la fin del’année précédente, lequel bénéfice comprenait alors un gain de 580 000 $provenant des activités abandonnées. Par ailleurs, le bénéfice net pourl’année 2004 comprend un ajustement à la baisse de 1,6 million $ enconséquence de l’adoption par la Société de la note d’orientation concernantla comptabilité NOC-13 sur les relations de couverture. Cet ajustementcomptable devrait normalement se renverser au cours des 18 prochains mois aufur et à mesure de l’utilisation des contrats de change ayant donné lieu à cetajustement. Les flux de trésorerie générés par les activités d’exploitationtotalisent 24,0 millions $ en 2004 et ont connu une progression de 10,0 %comparativement aux 21,8 millions $ enregistrés lors de l’année antérieure.

Le quatrième trimestre terminé le 31 décembre 2004 a contribué des ventesnettes de 76,7 millions $ aux résultats de l’année 2004 en comparaison avecles 67,5 millions $ enregistrés pour la même période l’an dernier. Le bénéficenet pour le trimestre est de 4,0 millions $ versus les 4,7 millions $enregistrés au 31 décembre 2003.

Rapport de gestion
Certains énoncés de ce rapport peuvent représenter des énoncés de natureprospective comportant des risques et incertitudes. Les résultats futursseront influencés par un certain nombre de facteurs liés à des changementstechnologiques, à la situation du marché, à la concurrence et à laréglementation, y compris ceux décrits dans la section « Incertitudes etprincipaux facteurs de risque » du rapport annuel 2004 de la Société. Enconséquence, les résultats réels pourraient différer de façon sensible desprévisions exprimées ou sous-entendues par ces énoncés de nature prospective.Le présent rapport doit être lu à la lumière du rapport de gestion quiapparaîtra dans le rapport annuel de la Société et des états financiersconsolidés vérifiés et des notes complémentaires.

Modifications de conventions comptables
Depuis le début de l’exercice 2004, la Société a adopté les nouvellesrecommandations de l’Institut Canadien des Comptables Agréés (« ICCA »)concernant la dépréciation d’actifs à long terme, les obligations liées à lamise hors service des immobilisations, la comptabilisation par un client (ycompris un revendeur) de certaines contreparties reçues d’un fournisseur etles relations de couverture. L’adoption des trois premières recommandations,décrites à la note 2 dans les états financiers consolidés, n’a eu aucun impactsignificatif sur les états financiers consolidés. Par ailleurs, la conventioncomptable sur les relations de couverture a eu des incidences importantes surles états financiers de la Société. En effet, au 31 décembre 2004,l’application de cette note d’orientation se traduit par une perte d’unmontant de 2,2 millions $ inclus dans le poste des frais financiers et imputéeaux résultats, un actif à court terme de 421 000 $ à titre de perte reportéesur instruments dérivés, un passif de 2,0 millions $ représentant lesinstruments dérivés et une réduction du coût des ventes et des fraisd’exploitation de 621 000 $ en plus d’un ajustement en réduction des stocks aumontant de 26 000 $. Il est à souligner que ces ajustements comptablesdevraient normalement se renverser au cours des 18 prochains mois.

Résultats d’exploitation et financiers
Les ventes nettes de la Société au 31 décembre 2004 ont totalisé261,7 millions $ en hausse de 5,7 % par rapport aux ventes de 247,5 millions $enregistrées au 31 décembre 2003. Cette croissance se compare au marchécanadien des jus et des boissons de fruits dont la progression a été de 2,0 %en 2004. A cet effet, tous les marchés, tous les segments de marché – ledétail et le service alimentaire – et les deux filiales d’Industries Lassonde -A. Lassonde inc. et Spécialités Lassonde inc. – ont enregistré une croissancede leurs volumes et de leurs chiffres de ventes au cours de l’exercice quivient de se terminer.

Le coût des ventes et frais d’exploitation qui était de 221,0 millions $au 31 décembre 2003 est passé à 232,8 millions $ au 31 décembre 2004 comptetenu principalement d’un volume de ventes plus élevé. Par ailleurs, cetteaugmentation aurait été considérablement plus élevée n’eut été del’appréciation du dollar canadien par rapport à la devise américaine. Quantaux amortissements, de 7,0 millions $ qu’ils étaient au 31 décembre 2003, ilsse chiffrent à 8,1 millions $ à la fin de l’exercice 2004, l’augmentationétant due principalement à la croissance des immobilisations qui sont passéesde 71,9 millions $ en fin d’année 2003 à 84,1 millions $ en 2004. Parailleurs, le ratio coût des ventes, frais d’exploitation et amortissements surles ventes nettes est demeuré inchangé par rapport à ce chiffre de 92,1 %qu’il affichait en fin d’année 2003 et ce, malgré des frais commerciaux à lahausse encore une fois cette année, soit de 10,6 %. Ce ratio dénote bien queles mesures mises en place par la Société pour réaliser des gains deproductivité au plan de son exploitation portent fruit.

Le bénéfice d’exploitation à 20,8 millions $ au 31 décembre 2004 est enhausse de 5,8 % par rapport au montant de 19,6 millions $ au 31 décembre 2003.

Les frais financiers ont connu une importante progression en 2004,affichant un résultat de 3,4 millions $ comparativement au 1,1 million $enregistré au 31 décembre 2003. Cette progression est principalementattribuable à la perte sur instruments dérivés au montant de 2,2 millions $ en2004. Aussi, en 2004, la Société a renégocié ses dettes à long terme auprèsd’une institution financière et profite d’une baisse de son taux d’intérêt surune dette à long terme en plus de fixer son taux d’intérêt sur une dette àlong terme à taux flottant.

Les impôts sur les bénéfices sont de 5,1 millions $ au 31 décembre 2004,en baisse de 345 000 $ par rapport aux 5,4 millions en 2003, étant donné unbénéfice provenant des activités poursuivies avant impôts sur les bénéficesmoins élevé en 2004 comparativement à 2003. Les taux d’imposition effectifs de2004 et de 2003 sont sensiblement identiques, soit à 29,8 % et 29,4 %respectivement.

Le bénéfice net est en baisse de 1,6 million $ attribuable principalementà deux causes. Tout d’abord, la comptabilisation d’une perte sur instrumentsdérivés de 2,2 millions $ dans les frais financiers compensée par uneréduction du coût des ventes et des frais d’exploitation de 621 000 $, et parla comptabilisation en 2003 d’un gain de 580 000$ provenant de l’abandond’activités.

Flux de trésorerie et liquidités
Les fonds autogénérés totalisent 24,0 millions $ en 2004 et ont connu uneprogression de 10,0 % comparativement aux 21,8 millions $ enregistrés lors del’année antérieure.

Les activités d’investissement relatives aux acquisitions d’entreprises,aux immobilisations et aux autres actifs à long terme ont augmenté, passant de11,2 millions $ au cours de l’exercice 2003 à 37,0 millions $ au cours del’exercice 2004. Ce montant inclut l’acquisition de certains des actifs deAlfresh Beverages Canada Corp. pour une contrepartie en espèces de21,9 millions $ se composant d’un emprunt à long terme pour un montant de16,3 millions $ et d’un montant de 5,6 millions $ financé à même les facilitésde crédit à court terme mises à la disposition de la Société. Les actifsacquis consistent en des stocks, des équipements de production et des marquesde commerce dont Fairlee, Everfresh, Sunlike, Tropical Grove et Rich n’ Ready.Enfin, un montant de 11,7 millions $ aura aussi été investi pour réaliserdivers projets dont deux majeurs à l’usine du 705 rue Principale deA. Lassonde inc. à Rougemont. D’importants investissements concentrés sur deséquipements liés à l’emballage des contenants ont également été effectués àl’usine de Ruthven en Ontario afin de conditionner du jus en cannetted’aluminium. Enfin, les autres usines du groupe ont aussi bénéficiéd’investissements afin de maintenir leur productivité et la qualité desproduits fabriqués.

Au plan des activités de financement, l’augmentation constatée estsurtout attribuable à l’augmentation enregistrée dans la dette à long terme,croissance de 20,4 millions $ par rapport à 2003. Les dividendes versés en2004 sont aussi en progression de 978 000 $ comparativement à ceux versés lorsde l’exercice précédent.

Au cours de l’exercice 2004, la Société a versé un dividende de 0,50 $par action, comparativement à 0,36 $ par action au cours de l’exercice 2003.Cette somme équivaut à un dividende trimestriel de 0,125 $ payable auxporteurs d’actions ordinaires des catégories A et B.

Situation financière
Au 31 décembre 2004, l’actif de la Société se chiffrait à196,6 millions $ contre 159,8 millions $ au 31 décembre 2003, pour uneaugmentation de 23,0 %.

L’actif à court terme, de 81,8 millions $ à la fin de l’exerciceprécédent, s’élevait à 99,0 millions $ au 31 décembre 2004. Les débiteurs sontpassés de 19,9 millions $ au 31 décembre 2003 à 27,4 millions $ au 31 décembre2004. Cette augmentation s’explique entre autres par les ventes additionnellesgénérées en décembre suite à l’acquisition de Alfresh et par des ventesimportantes réalisées en fin d’exercice et ce, malgré une augmentation de 4,7 millions $ de la cession de débiteurs par rapport à l’année 2003. Lesstocks, quant à eux, sont passés de 58,7 millions $ à la fin 2003, à68,0 millions $ à la fin de 2004. Cette augmentation est attribuable en partieaux stocks de Alfresh comptant pour 5,2 millions $ et à un niveau élevé dansle concentré de pomme à la suite d’un approvisionnement plus rapide etimportant que par le passé. C’est ainsi que les matières premières etfournitures ont augmenté de 5,6 millions $ alors que les produits finisaffichent une croissance de 3,7 millions $.

De 71,9 millions $ qu’elles étaient en 2003, les immobilisations sechiffrent maintenant à 84,1 millions $, une augmentation de 16,9 % encomparaison avec l’année précédente. Au plan des acquisitionsd’immobilisations en 2004, il convient surtout de mentionner celle de certainsdes actifs de Alfresh Beverages Canada Corp. pour une valeur de 8,0 millions $auxquelles nous ajoutons les acquisitions de 11,7 millions $ liées auxopérations déjà existantes. La charge d’amortissement des immobilisations estde 7,5 millions $. Enfin, les autres actifs à long terme ont connu unecroissance importante de 7,1 millions $ attribuable principalement aux marquesde commerce acquises de Alfresh pour 5 millions $ et aux relations de clientsacquises également de Alfresh pour 2,1 millions $.

De 36,9 millions $ qu’il était en 2003, le passif à court terme s’élèvemaintenant à 44,7 millions $. Aux 31 décembre 2003 et 2004, les marges decrédit de la Société auprès de ses institutions bancaires étaient inutilisées.Les créditeurs et charges à payer ont augmenté de 4,4 millions $ au31 décembre 2004, compte tenu de l’acquisition de Alfresh et d’un niveaud’activités plus élevé à la fin de 2004. La dette à long terme est passée de16,0 millions $ en 2003 à 36,4 millions $ en 2004, soit une hausse de 20,4 millions $, liée principalement au financement de l’acquisition d’Alfreshen octobre 2004 et de l’agrandissement de l’usine du 705 rue Principale àRougemont. En marge de ses négociations avec ses institutions bancaires, laSociété a obtenu un report jusqu’en octobre 2005 de ses prochains versementsde capital sur sa dette à long terme tout en renégociant à la baisse le tauxd’intérêt sur une de ses dettes, se prévalant ainsi des conditions de marchéfavorables.

L’avoir des actionnaires, de 95,5 millions $ en 2003, a progressé de 9,6 % en 2004 à 104,6 millions $. Les bénéfices non répartis sont passés de74,8 millions $ en 2003 à 83,4 millions $ en 2004. L’augmentation de8,6 millions $ équivaut au bénéfice net de l’exercice, d’un montant de 12,0 millions $, réduit des paiements de dividendes de 3,4 millions $.

Perspectives
Nous entrevoyons l’exercice 2005 avec optimisme et nous prévoyons unecroissance de nos ventes autant en dollars qu’en volumes. Nous prévoyonségalement une croissance de notre bénéfice d’exploitation et de notre bénéficenet. Cette croissance anticipée tient compte des objectifs de nos filiales etmise sur une augmentation de nos parts de marché dans tous les segments demarché dans lesquels nous sommes actifs.

Au plan de la croissance de nos ventes, celles-ci seront soutenues toutautant par la croissance organique que par le résultat d’acquisitions récentesdont principalement celle d’Alfresh Beverages Canada Corp. réalisée en octobre2004. Au seul plan des résultats financiers, cette acquisition se devraitd’ajouter quelque 60 millions $ aux ventes nettes consolidées de la Société en2005. Aussi, la Société devrait y trouver son compte au plan de ladiversification. Déjà que le Québec voyait sa part des ventes intérieurescanadiennes fléchir au profit de l’Ontario et de l’Ouest canadien,l’acquisition d’Alfresh, dont la majorité des revenus étaient réalisés enOntario, ne fera qu’accentuer ce mouvement. Aussi, comme Alfresh écoulaitquelque 40 % de ses ventes dans le segment institutionnel contre 15 % pourIndustries Lassonde, la Société se trouverait normalement à consoliderdavantage ses ventes dans ce secteur. Enfin, l’acquisition recèle un potentielde ventes croisées pour la Société.

Avec ses 196,6 millions $ d’actifs et un niveau de dette portant intérêtssur les capitaux propres de 32,7 %, notre bilan est solide et fait en sorteque nous disposons d’une grande flexibilité financière. Bref, nous avons tousles atouts voulus pour poursuivre notre croissance en vue de devenir un leaderdans notre secteur d’activité. A cette fin, nous continuerons de réinvestirdans notre développement et demeurons à l’affût de toute acquisitionsusceptible d’ajouter de la valeur à notre bilan et compatible avec notrestratégie d’affaire et notre expertise.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Industries Lassonde inc.
http://www.lassonde.com/

Commentaires