L’ensilage en un jour : utopie ou réalité?

L’ensilage des fourrages en une journée attire de plus en plus d’adeptes. Pour joindre le club, il faut bien plus que de la volonté. Un chantier de capacité et adapté à la pratique est nécessaire afin de récolter un volume maximal en un minimum de temps. L’évaluation d’un chantier de récolte de plantes fourragères passe par trois étapes. Jean Brisson, expert en production laitière chez Valacta, propose une méthode d’évaluation de la capacité de récolte.

Ensiler en un jour, pourquoi?
L’ensilage en un jour, sous un climat tempéré humide comme celui du Québec, permet de récolter un fourrage de qualité, malgré la température parfois capricieuse.

Au cours des 10 dernières années (à l’exception de 2010), le mois de juin n’a connu, en moyenne, que quatorze jours sans précipitation. Cette même période n’a offert que huit fenêtres de deux jours exempts de pluie. Ainsi, selon Jean Brisson, l’ensilage d’un jour double les possibilités de récolte.

La base de la technique consiste à induire le séchage rapide par le fauchage des plantes en andains larges, sans conditionnement. Ainsi, les andains auront au minimum 70 % de la largeur de la surface de fauche.

Par exemple, pour une barre de coupe de 4 mètres de large, l’andain aura 3 mètres ou plus, lorsque couché au sol. Si la constitution de la machine le permet, les rouleaux ou les fléaux seront écartés au maximum ou retirés. La fauche des plantes fourragères à ensiler se fait sur un terrain sec, au cours d’une journée chaude. Toutes les espèces de plantes fourragères se prêtent à l’ensilage d’un jour. Il suffit d’avoir un chantier qui permet de couper, puis de récolter en une journée.

Afin d’estimer la faisabilité de l’ensilage en un jour d’une entreprise, trois éléments doivent être analysés : le personnel disponible, la capacité de la machinerie et la planification de l’horaire. L’évaluation de chacun des éléments du chantier de fenaison permet de déterminer lequel peut freiner l’efficacité des opérations de récolte et d’entreposage des plantes fourragères.

La suite

Commentaires