Robots de traite et génétique des vaches

Le nombre de troupeaux soumis à la traite robotisée au Canada a connu une forte croissance au cours des dernières années. Les producteurs qui utilisent ces systèmes ont accès à un grand nombre de données reliées à la traite et à la gestion du troupeau. Par exemple, à l’aide de capteurs, certains robots indiquent des valeurs quotidiennes des composants du lait et du comptage des cellules somatiques à chaque traite pour chaque vache. Les données des capteurs visent d’abord à appuyer les producteurs dans la gestion du troupeau. Est-ce qu’elles pourraient contribuer aux évaluations génétiques du cheptel laitier?

Les données utilisées pour les évaluations génétiques canadiennes doivent être issues d’instruments accrédités selon les normes établies par ICAR (International Committee for Animal Recording). La plupart des systèmes robots ont reçu l’accréditation ICAR selon la quantité de lait produite par vache. Toutefois, l’échantillonnage du lait pour des analyses dans des laboratoires agréés est nécessaire à des fins d’utilisation des données de composition du lait et du comptage des cellules somatiques (CCS) dans les évaluations génétiques.

Au cours des dernières années, Valacta s’est penché à mieux comprendre les données produites par les robots en réalisant différents projets de recherche qui ont reçu une aide financière du Programme de développement sectoriel « Cultivons l’avenir 2 », une initiative conjointe du MAPAQ et d’Agriculture et Agroalimentaire Canada.

L’un de ces projets, réalisé l’an dernier, visait à caractériser les données des taux de gras, de protéine et les CCS, ces derniers étant évaluées pour deux marques de robots. La recherche s’est déroulée chez 14 producteurs québécois qui disposaient, pour la plupart, de deux robots pour la traite de leur troupeau composé en moyenne de 74 vaches en lait, en grande majorité de race Holstein.

La méthodologie de recherche comportait la prise d’échantillons de lait de toutes les traites du troupeau pendant une période de 12 ou 24 heures selon la marque des robots. Les valeurs quotidiennes des taux de gras, de protéine et les CCS générées par les robots étaient recueillies du logiciel. L’analyse des échantillons en laboratoire permettait de comparer les valeurs obtenues des robots avec celles du laboratoire.

Les résultats moyens montrent peu de différence entre les données des robots et les analyses en laboratoire. En moyenne, pour les 10 troupeaux qui disposent d’un capteur des composants, l’écart moyen se chiffre à -,05 % pour le gras et -,001 % pour la protéine. Quant à la comparaison des taux par vaches sur la période de 24 heures, l’étude a démontré des variations importantes de précision entre les fermes. Ces variations peuvent être attribuables, entre autres, au mode de calibration des robots qui peut différer d’une ferme à l’autre. Par ailleurs, l’étude confirme certains détails fournis par le fabricant quant à la précision des données des composants du lait. Ils indiquent que les données des robots pourraient occasionner un reclassement des valeurs génétiques des composants du lait chez certaines lignées par rapport aux résultats obtenus en laboratoire. Les vaches ayant des taux élevés tendent à être sous-estimées par les robots alors que l’inverse est observé chez les vaches basses, et ce, à la fois pour le gras et la protéine.

En ce qui concerne les CCS, les technologies distinctes selon la marque ont apporté des résultats forts différents. Les résultats démontrent l’importance de maîtriser pleinement les différences entre les technologies afin que les données contribuent adéquatement aux évaluations génétiques.

En résumé, l’étude de Valacta confirme que les valeurs des composants du lait fournies par les robots constituent une indication pour appuyer les producteurs dans la gestion de leur troupeau. Pour ce qui est d’utiliser ces valeurs à des fins d’évaluations génétiques, il sera nécessaire de déterminer, avec l’appui des fabricants, le mode de calibration qui favorise une meilleure qualité des données et des procédures de validation qui assurent une comparaison juste des valeurs entre les troupeaux.

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Commentaires