La Chine veut que les zones rurales profitent de la croissance

Pékin (Chine), mars 2006 – La Chine s’efforcera dans les prochaines années de réduire ses inégalités sociales et d’améliorer le niveau de vie dans les campagnes, a annoncé le Premier ministre chinois, Wen Jiabao dans un discours à l’Assemblée tempérant l’optimisme ambiant.

Détaillant les objectifs du gouvernement pour les années à venir, Wen a promis « continuité et stabilité » en matière de politique économique, et notamment en ce qui concerne les taux d’intérêt.

Mais il a jugé que les paysans et les communautés les plus pauvres devaient profiter davantage du boom économique chinois.

Devant les quelque 3 000 délégués de l’Assemblée populaire nationale rassemblés pour la plénière annuelle, le chef du gouvernement a salué la bonne performance de 2005, année où la croissance de l’économie chinoise a été de 9,9%.

Wen n’a pas modifié un mot de ses 35 pages de discours, interrompu de temps en temps par des applaudissements nourris de l’assistance, notamment lorsqu’il a réaffirmé les revendications chinoises sur l’île de Taiwan.

Mais le Premier ministre a mis en garde contre les difficultés auxquelles s’expose la Chine.

« Nous devons réaliser qu’il y a beaucoup de problèmes d’ordre économique et social », a-t-il dit.

« Certains conflits aux racines profondes et qui se sont accumulés au fil des années doivent toujours être résolus, et nous ne pouvons fermer les yeux sur les problèmes nouveaux sui sont apparus ».

Stimuler la demande intérieure
Le pays doit faire « plus attention à l’égalité sociale et à la stabilité sociale pour que tout le monde jouisse des fruits de la réforme et du développement ».

Wen a dressé le portrait d’une économie connaissant une croissance rapide mais menacée par le surinvestissement, la surproduction et la mauvaise gouvernance.

Il a jugé que l’industrialisation rapide de la Chine ne se faisait pas toujours en prenant en compte la santé économique du pays sur le long terme.

« Les excès de production sont de plus en plus importants, les prix baissent et les stocks augmentent. Les bénéfices des entreprises diminuent, leurs pertes augmentent, de même que les risques financiers », a-t-il dit.

Le gouvernement travaille sur l’hypothèse d’une croissance de 8% et d’une inflation de 3% en 2006. Il a pour habitude de se fixer des objectifs de croissance modeste. Il était de 8% pour 2005.

Wen a consacré une grande partie de son discours au projet gouvernemental visant à bâtir « une nouvelle campagne socialiste » pour les 750 millions de paysans chinois.

Il a précisé que le gouvernement comptait affecter cette année 339,7 milliards de yuans (42,3 milliards de dollars) à la modernisation de l’agriculture. Un effort devrait également être fait pour moderniser les services sociaux en milieu rural.

Il s’agit pour les autorités d’augmenter les investissements dans l’éducation ou les système de santé des zones rurales afin de combattre le sentiment de corruption, à l’origine d’une grogne des campagnes qui inquiète le gouvernement.

« Le principe directeur doit être que l’industrie soutient l’agriculture et que les villes aident les campagnes », a dit Wen.

Selon lui, les industries et les villes ont tout à y gagner car cette politique stimulera la demande intérieure et la consommation dans les zones rurales.

Source : Reuters

Commentaires