La Coop fédérée et le momagri se positionnent sur les négociations actuelles du cycle de Doha à l’OMC

Montréal (Québec), 25 février 2009 – La Coop fédérée et le Mouvement pour une Organisation Mondiale de l’Agriculture (momagri) conviennent que pour éviter une véritable catastrophe alimentaire mondiale, il faut retirer la question agricole des négociations actuelles du cycle de Doha à l’OMC. Telle est la conclusion de la présentation de M. Jacques Carles, directeur général du momagri, lequel était invité à présenter son organisation et ses réalisations dans le cadre des assises annuelles de La Coop fédérée.

« L’agriculture est le seul secteur économique dans lequel le dumping, àsavoir la vente à perte, est institutionnalisé. Les marchés des produitsagricoles ne suivent pas les mêmes lois que ceux des produits manufacturés oudes services. Ils sont soumis à une extrême volatilité des prix qui menace laviabilité de toutes les économies agricoles. Les agriculteurs ne peuvent pasremplir leur mission nourricière dans un marché devenu totalement chaotique.Ils ont besoin de prévisibilité que seule une politique agricoleinternationale régulant les marchés pourra leur apporter », d’ajouter M.Carles.

« La Coop fédérée a toujours considéré que l’agriculture et l’alimentationne devraient pas être traitées comme de simples marchandises. Au même titreque l’eau et la culture, l’agriculture et l’alimentation font partie dupatrimoine mondial et des fondements de la vie et devraient à notre avisbénéficier d’un traitement d’exception aux négociations en cours pour lalibéralisation du commerce à l’OMC », de souligner M. Denis Richard, présidentde La Coop fédérée.

« Il faut préciser que La Coop fédérée et le momagri ne sont pas contre lalibéralisation du commerce agricole. Cette libéralisation doit cependants’effectuer en tenant compte du caractère spécifique et stratégique del’agriculture. Une dérèglementation du commerce des denrées agricoles qui netiendrait pas compte de ces éléments pourrait effectivement engendrer descrises alimentaires s’ajoutant à la crise économique actuelle », précise M.Claude Lafleur, chef de la direction de La Coop fédérée.

momagri
Le momagri, est un « think tank » qui rassemble des responsables du mondeagricole et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement,stratégie et défense, etc.). Son objectif est de promouvoir une régulation desmarchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation (modèleéconomique, indicateurs, etc.) et en formulant des propositions pour unepolitique agricole et alimentaire internationale.

S’inspirant des modèles économiques officiels, momagri s’est notammentattelé à la lourde tâche de développer un modèle qui réponde auxparticularités de l’agriculture. Ce nouveau modèle a fourni ses premiersrésultats en mars 2008. Contrairement à la plupart des experts et décideursinternationaux qui pensaient que les prix des matières premières agricolesallaient continuer à croître lentement, il a démontré que des retournementsbrutaux des prix pourraient survenir à très court terme. L’actualité lui adonné raison : quelques mois plus tard, la plupart des cours des matièrespremières agricoles enregistraient des chutes importantes, supérieures à 50 %pour certaines. Par la justesse de ses anticipations, et la formalisation defacteurs jusqu’alors négligés comme la spéculation, le modèle mis au point parmomagri a suscité un intérêt certain, aussi bien en France qu’àl’international. Le momagri a ainsi été récemment invité par la FAO, l’OCDE,le FMI, et l’OMC pour présenter ses travaux et les résultats de son modèle.

Le momagri a d’ailleurs été récemment invité, à la demande du rapporteurspécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation, M Olivier De Schutter, àfaire partie d’un groupe de réflexion d’urgence sur la situation del’agriculture mondiale avec d’autres intervenants connus des milieuxéconomiques dont le prix Nobel d’économie, M. Joseph Stiglitz.

La Coop fédérée
Fondée en 1922, La Coop fédérée représente aujourd’hui plus de 58 000membres regroupés dans 92 coopératives. Disposant de plusieurs dizainesd’établissements répartis au Québec, en Ontario et en Alberta, La Coop fédéréeemploie 11 175 personnes et cumule un chiffre d’affaires de plus de 3,6milliards de dollars.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fonds monétaire international (FMI)
http://www.imf.org/

La Coop Fédérée
http://www.coopfed.qc.ca/

Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)
http://www.oecd.org/

Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)
http://www.fao.org

Organisation mondiale du commerce (OMC)
http://www.wto.org/

Programme des Nations unies sur le développement humain (PNUD)
http://www.undp.org

Commentaires