La Coopérative fédérée de Québec dépose son mémoire lors des consultations prébudgétaires

Montréal (Québec), 24 février 2004 – La Coopérative fédérée de Québec a présenté au ministre des Finances du Québec, M. Yves Séguin, ses revendications concernant la levée du moratoire sur la participation des coopératives agricoles québécoises au Régime d’investissement coopératif.

La Coopérative fédérée de Québec et son réseau de coopératives affiliéesconsidèrent primordiale la levée de ce moratoire qui entraîne la décapitalisationdes coopératives agricoles alors que ces dernières subissent des contraintesstructurelles majeures d’accès au capital.

Les coopératives agricoles sont confrontées à l’évolution rapide de leurenvironnement d’affaires. La mondialisation et la transformation à valeur ajoutéeexigent de plus en plus de capitaux. Or, il est reconnu que malgré ses nombreuxavantages, la formule coopérative, axée sur le lien d’usage avec ses membres,constitue une contrainte accrue d’accès à du capital de développement.

« Les coopératives, et plus particulièrement les coopératives agricoles, ont étéune des pierres angulaires du développement économique régional » a soulignéle président de la Coopérative fédérée de Québec, M. Denis Richard.

Rappelons que la Coopérative fédérée de Québec et son réseau de coopérativesaffiliées ont généré des investissements de plus de 523 millions de dollars aucours des dix dernières années et qu’elles ont créé plus de 4 222 emplois, et ce,au profit des économies régionales dans lesquelles elles sont implantées.

« Le Régime d’investissement coopératif (RIC) est essentiel aux coopératives.C’est la mesure fiscale qui respecte le plus le mode de fonctionnement coopératiftout en étant d’une grande efficacité puisqu’elle permet de recycler une partie del’épargne des membres et employés au soutien de leur coopérative. Cette façonde faire cadre parfaitement avec le fonctionnement coopératif qui vise la prise enmain de sa destinée économique par ses usagers. » d’ajouter le président de laCoopérative fédérée de Québec, M. Richard.

Forte d’une résolution de l’assemblée générale annuelle de ses coopérativessociétaires, lesquelles représentent près de 50 000 membres dans l’ensembledes régions du Québec, et en ayant à coeur de poursuivre un partenariatconstructif avec le gouvernement québécois pour le développement économiquede l’ensemble des régions du Québec, la Coopérative fédérée de Québec a doncdemandé au ministre des Finances de rétablir l’accès des coopératives agricolesau Régime d’investissement coopératif, et ce, dans les plus brefs délais.

Aujourd’hui, la Coopérative fédérée de Québec représente plus de 50 000membres, regroupés dans 97 coopératives. Ces coopératives répondent à unevaste gamme de besoins des producteurs agricoles et des consommateurs desrégions rurales qui se sont unis pour avoir accès à des produits et services dequalité, à prix compétitifs. C’est à titre de grossiste, que la Coopérative fédérée deQuébec fournit aux producteurs agricoles et aux consommateurs des régionsrurales du Québec, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick, des biens et servicesd’utilité professionnelle ou personnelle, incluant des produits de quincaillerie etdes produits pétroliers. La Coopérative fédérée de Québec transforme etcommercialise également sur les marchés locaux et internationaux, diversproduits de viande porcine et de volaille par le biais de sa filiale Olymel.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Coopérative Fédérée de Québec
http://www.coopfed.qc.ca/

Commentaires