La Fédération des producteurs de bovins du Québec ne cautionne pas les incidents au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Longueuil (Québec), 9 octobre 2003 – La Fédération des producteurs de bovins du Québec ne cautionne d’aucune manière l’abattage symbolique des deux bovins survenu lors d’une manifestation dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Nous jugeons regrettable les gestes posés aujourd’hui par quelquesproducteurs désespérés et visiblement au bout de leur rouleau, de constaterM. Michel Dessureault, président de la Fédération des producteurs de bovins duQuébec. Mais il n’en demeure pas moins que la situation dramatique danslaquelle se trouvent les producteurs est une conséquence directe de l’inertiede nos gouvernements fédéral et provincial. Il n’est pas étonnant d’assister àdes dérapages comme ceux-ci quand l’exaspération et la détresse sont à leurcomble », de poursuivre M. Dessureault.

Le président réitère l’urgence de débloquer une aide financière décenteafin de soutenir les producteurs dans la crise sans précédent qu’ilstraversent depuis le 20 mai dernier.

Situation critique, malgré la levée de l’embargo
La levée partielle de l’embargo en août dernier a créé des espoirs maisson impact sur les marchés demeure encore variable. En effet, encore près de60 % du commerce dans le secteur bovin est toujours sous embargo. La situationest catastrophique pour un grand nombre de producteurs qui subissent despertes de revenus substantielles, mettant en péril leur entreprise, jour aprèsjour.

Rappelons que les producteurs sont sans aucun programme d’aide financièredepuis le 1er septembre dernier et que les gouvernements ne donnent aucuneindication claire quant à leur soutien dans le dossier. Pourtant, depuis ledébut de la crise, la Fédération sonne l’alarme et crie l’urgence d’agirrapidement pour éviter le pire. Or, Québec s’est butté à une fin de nonrecevoir de la part du fédéral et ne semble pas vouloir assumer sesresponsabilités comme d’autres provinces l’ont fait depuis le 1er septembre enmettant en place des programmes d’aide financière sans l’aide d’Ottawa. Etpour ajouter au poids des producteurs, les institutions financières commencentà rappeler les prêts en raison de la crise qui se prolonge.

La Fédération demande, de toute urgence, que soit débloquée sur le champune aide de 30 millions de dollars qui couvrira les secteurs de la productionbovine ciblés par le Gouvernement et qui soit applicable rétroactivement au1er septembre et en vigueur, tant et aussi longtemps que les marchés n’aurontpas retrouvé leurs cours normaux.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs de bovins du Québec (FPBQ)
http://www.bovin.qc.ca/

Commentaires