La Financière agricole présente un état des cultures pour la région du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine

Rimouski (Québec), 25 juillet 2005 – La Financière agricole du Québec innove cette année en présentant un état des cultures pour la région du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine. Depuis plus devingt ans, l’organisation produit un rapport provincial sur les récentesconditions météorologiques et l’état des diverses cultures. Avec ce bilanrégional de mi-saison, elle souhaite informer la population du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine sur l’état des principalescultures qui ont cours dans la région.

Le maintien du temps frais et des conditions humides en mai dernier aralenti les travaux de plantation et de semis. En juin, la chaleur a été plusprésente, mais les pluies excessives de la période du 13 au 17 juin (entre 70et 90 mm dans le secteur de Rivière-du-Loup) ont gorgé les sols d’eau etoccasionné le débordement de certains cours d’eau. Avec l’arrivée de l’été, leretour du soleil et de la chaleur a procuré une croissance rapide des planteset a donné de bonnes conditions pour la première fauche de foin. Somme toute,malgré les difficultés au départ de la saison qui entraîneront de lavariabilité dans les rendements, les récoltes de l’année 2005 augurent biendans l’ensemble. On prévoit des rendements de moyens à légèrement inférieursaux moyennes et de qualité normale pour la plupart des cultures.

La croissance des fourrages a été bonne ce printemps. La fenaison de lapremière coupe de foin a débuté le 20 juin. De façon générale, les producteursont bénéficié de bonnes conditions d’engrangement et la récolte s’est biendéroulée. Ainsi, près d’un mois après son début, la récolte était déjàterminée dans une proportion de 80 % (au 19 juillet). Il y aura toutefois dela variabilité dans les rendements ainsi que dans la qualité. Les principalesraisons sont les conditions peu propices à l’établissement des nouvellesprairies en 2004, le gel des légumineuses l’hiver dernier et le mûrissementaccéléré du foin dû à l’excès de chaleur en juin. Conséquemment, lesrendements et la qualité s’avèrent légèrement inférieurs à la moyenne.

L’hiver dernier a affecté certaines fraisières de la région, mais ledéveloppement des fraises au printemps a été bon. La récolte des fraises enplein champ a débuté dans la semaine du 7 juillet et la température a étéidéale pour la cueillette. Ainsi, moins de deux semaines après le début de larécolte, celle-ci était déjà terminée dans une proportion de 35 % (au 19juillet). Les rendements obtenus sont légèrement inférieurs à la moyenne et laqualité est bonne.

Les plantations de pommes de terre ont été réalisées entre le 10 mai etle 25 juin. La levée des plants a été affectée par les pluies excessivessurvenues à la mi-juin, occasionnant par endroits la pourriture des plants.Depuis le 21 juin, un meilleur dosage de chaleur et de pluie procure une bonnecroissance. Si les bonnes conditions se maintiennent jusqu’à la récolte, lesrendements seront près de la moyenne et la qualité sera normale.

« Nous sommes heureux que Dame Nature soit favorable à nos clients etclientes. Et pour ceux et celles à qui elle aurait manifesté moinsd’indulgence, nous sommes là. Je profite de l’occasion pour rappeler à notreclientèle l’importance de nous contacter rapidement lorsqu’elle constate desdommages à ses productions », a mentionné le directeur régional de LaFinancière agricole du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine, Gilbert Morin.

Avec un portefeuille de prêts garantis de 388 millions de dollars, desvaleurs assurées en assurance récolte de 53 millions de dollars et descompensations annuelles en assurance stabilisation de l’ordre de 34 millionsde dollars pour l’année financière 2004-2005, les centres de services deRimouski, de Rivière-du-Loup et de Caplan contribuent à la vitalité desentreprises agricoles des régions du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et desÎles-de-la-Madeleine.

Les personnes intéressées à obtenir plus d’information sur l’état descultures dans la province peuvent consulter dès aujourd’hui le site Internetde La Financière agricole à ce sujet. Le rapport bimensuel L’état des culturesau Québec est accessible en ligne gratuitement, 24 heures sur 24, sur le site de La Financière. Cliquez sur « Publications », puis sur « Rapports del’état des cultures ».

Avec un encours de prêts garantis qui atteint 4,3 milliards de dollars etdes valeurs assurées qui s’élèvent à près de 4 milliards, La Financièreagricole joue un rôle de premier plan dans le développement du secteuragricole et agroalimentaire québécois. Pour assurer la stabilité économique etfinancière des entreprises, elle met à leur disposition des produits et desservices de qualité en matière de protection du revenu et d’assuranceagricole, de capital de risque, ainsi que de financement agricole etforestier. Pour ce faire, elle compte sur une équipe multidisciplinaire quioeuvre dans un réseau de centres et de comptoirs de services répartis surl’ensemble du territoire québécois.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La Financière agricole du Québec
http://www.financiereagricole.qc.ca

Commentaires