La Maison de l’UPA s’agrandit

Longueuil (Québec), 24 mai 2002 – C’est par la traditionnelle cérémonie de pelletée de terre que l’Union des producteurs agricoles (UPA) a procédé au lancement officiel des travaux d’agrandissement de la Maison de l’UPA, à Longueuil, un investissement privé de quelque 20 millions de dollars.

A cette occasion, M. Laurent Pellerin, président de l’UPA, était
accompagné de la vice-première ministre du Québec et députée de Taillon, Mme

Pauline Marois, ainsi que du maire de la Ville de Longueuil, M. Jacques
Olivier. Ils ont utilisé, pour la cérémonie, la même pelle que l’ex-premier
ministre du Québec, M. René Lévesque, avait employée à l’époque, en novembre
1981, lors de la pelletée de terre officielle de l’actuelle Maison de l’UPA.

La construction d’un nouvel immeuble était devenue une nécessité pour
l’Union et ses partenaires. Depuis l’inauguration de la Maison de l’UPA, il y
a une vingtaine d’années, les fédérations et les syndicats affiliés qui logent
à cette enseigne se sont développés de façon importante, leur nombre étant
passé de 15 à 25. Déjà 70 personnes travaillent à l’extérieur de l’édifice
faute de place, et plusieurs groupes affiliés ont signifié des besoins
d’espace en hausse.

« Si plusieurs facteurs ont motivé cette décision, de souligner M.
Pellerin, il nous tenait également à coeur de garder tous les groupes
spécialisés affiliés à l’UPA sous un même toit afin de mieux maintenir la
synergie indispensable à notre organisation ». Le président voit également la
preuve dans cet agrandissement « de la pertinence, du dynamisme et de la
vitalité du syndicalisme agricole québécois ».

Les travaux du nouvel édifice de quatre étages vont s’étendre sur un peu
plus d’un an et se terminer à l’été 2003. L’immeuble actuel, qui loge au-delà
de 450 employés, verra plus que doubler sa superficie, qui passera de
70 000 pi2 à 170 000 pi2. Outre cet agrandissement, le projet prévoit une
augmentation du nombre d’espaces de stationnement, travaux qui sont déjà
entrepris.

D’importants aménagements paysagers sont également prévus pour assurer

une meilleure intégration du projet au voisinage immédiat et à la trame
urbaine. Ils seront principalement exécutés le long de la piste cyclable et du
boulevard Roland-Therrien, améliorant notablement l’esthétique des lieux.

Le nouvel édifice offrira également des espaces libres en location,
principalement à des organisations gravitant autour de l’activité agricole. Le
peu de locaux disponibles actuellement sur le marché immobilier permettent
d’ailleurs, à cet égard, de faire des projections optimistes quant à la
rentabilisation de l’investissement.

Rappelons que l’UPA est un mouvement collectif voué à la défense des
intérêts des agriculteurs et à la promotion de l’agriculture. Avec ses 16
fédérations régionales et ses 25 fédérations et syndicats spécialisés, elle
représente les 44 000 producteurs et productrices agricoles présents partout
en province, qui ont fait de l’action collective et de la ferme familiale un
fleuron de l’agriculture québécoise.

L’action de l’UPA va au-delà du seul syndicalisme agricole. Elle est
engagée pleinement dans la commercialisation de produits agricoles pour une
valeur de 4,2 milliards annuellement par l’intermédiaire de la mise en marché
collective, soit 84 % de tous les produits agricoles mis en marché au Québec.

L’UPA veille en fait à l’encadrement des conditions de cette mise en
marché : transport, garanties d’approvisionnement, garanties de paiement,
qualité/salubrité des produits et traçabilité des aliments, la plus récente
initiative de l’UPA au bénéfice des consommateurs.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires