La réunion ministérielle informelle de l’OMC prend fin à Dalian

Ottawa (Ontario), 13 juillet 2005 – Le ministre du Commerce international, M. Jim Peterson, et le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Andy Mitchell, de concert avec les ministres de nombreux pays membres de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), ont demandé à leurs négociateurs d’intensifier leurs efforts jusqu’à la fin de juillet 2005 et au-delà.

Les ministres de l’OMC se sont engagés à collaborer étroitement avec leurs négociateurs et à les aider à résoudre les problèmes à mesure qu’ils se présentent, avant la tenue de la Conférence ministérielle de l’OMC, qui aura lieu à Hong Kong, en Chine, en décembre 2005.

L’équipe de négociation du Canada a fait valoir les intérêts canadiens dans les négociations du Programme de Doha pour le développement, qui se sont tenues à Dalian, en Chine, les 12 et 13 juillet 2005. M. Wayne Easter, député de Malpèque (Île-du-Prince-Édouard) et secrétaire parlementaire du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, faisait partie de la délégation canadienne.

« Nous observons une certaine ouverture face à de nouvelles idées et un assouplissement continu des positions, alors nous voulons prendre appui sur cette convergence le plus tôt possible, a déclaré le ministre Peterson. Un emploi sur quatre au Canada est lié au commerce. Nous ne pouvons nous permettre de nous égarer pendant que nous cherchons à atteindre un résultat qui créera d’importants débouchés tant pour les Canadiens que pour les pays en développement. »

« Ces deux derniers jours, nous nous sommes efforcés d’aplanir les divergences sur plusieurs questions liées aux négociations agricoles en tenant compte des préoccupations des Canadiens, a déclaré le ministre Mitchell. Bien qu’il reste beaucoup à faire sur ce plan, il est clair que tous les ministres sont attachés au processus et que nous avançons dans la bonne direction. »

Le Canada a joué un rôle directeur à la table de négociation dans plusieurs domaines, notamment la promotion du commerce comme outil de développement.

« Forts des réalisations canadiennes qui ont servi à accroître l’accès aux marchés pour les pays les moins avancés, nous avons déjà montré que le commerce peut servir de moteur au développement », a ajouté le ministre Peterson.

Dans le cadre des négociations, le Canada cherche un résultat qui permettra :

  • d’offrir des chances égales pour tous dans le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire, tout en protégeant la capacité des producteurs de choisir la façon de commercialiser leurs produits;
  • d’accroître l’accès aux marchés des produits et services;
  • de renforcer les règlements antidumping ainsi que ceux liés aux droits compensateurs et aux subventions;
  • de faciliter le commerce à l’aide de procédures modernisées;
  • de mieux intégrer les pays en développement dans le système commercial international.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires