La varroase atteint les abeilles de la région de Rimouski

Québec (Québec), 30 octobre 2001 – La varroase, une grave maladie des abeilles, a été détectée dans plusieurs ruchers de la région de Rimouski cet automne. Le Centre québécois d’inspection des aliments et de santé animale (CQIASA) du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) tient à aviser les apiculteurs des mesures à prendre afin de détecter la maladie et de lutter contre elle.

Ce qu’est la varroase

La varroase est une maladie des abeilles, non transmissible à l’homme, causée par un acarien parasite du nom de « Varroa destructor ». Découverte au sud des Etats-Unis en 1988, la maladie s’est répandue rapidement et a atteint le Québec en 1991. Jusqu’à ce jour, des cas de varroase avaient été découverts sur la majorité du territoire québécois, sauf dans le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie. D’ailleurs, la Gaspésie est la seule région encore exempte de la maladie.

La varroase se transmet aisément d’une ruche et d’un rucher à un autre par l’action des abeilles, notamment lors de l’essaimage et par l’activité humaine, comme le commerce et le transport des abeilles. C’est ainsi que l’activité humaine peut faire franchir de grandes distances en l’espace de quelques jours à la maladie. Si elle n’est pas contrôlée, une infestation par ce parasite peut entraîner la mort d’une ruche en l’espace de 2 à 3 ans.

Mesures afin de contrôler la maladie

Le dépistage précoce du parasite est d’une grande importance afin de lutter contre la maladie. A cet effet, il est conseillé aux apiculteurs d’effectuer le dépistage du parasite à l’automne ou au printemps sur un échantillon représentatif, soit environ 10 % des ruches pour un rucher moyen. Bien que le varroa soit relativement gros pour un acarien et qu’il soit assez facile à voir, l’usage d’une loupe est conseillé.

Pour confimer un cas de varroase, des prélèvements peuvent être acheminés au laboratoire de pathologie animale du CQIASA, au 335, rue Moreault à Rimouski où ils seront analysés gratuitement.

Il n’existe que deux produits homologués au Canada pour traiter la varroase, soit l’acide formique et le fluvalinate. Le traitement doit s’effectuer au printemps ou à l’automne, en l’absence de miel. Le ministère insiste cependant sur l’importance de suivre les recommandations des fabricants lors de l’utilisation des produits. Lorsque bien appliqués, ces traitements ont une efficacité de 95 % et ne laissent pas de résidu.

C’est dans le cadre des activités régulières de surveillance des maladies des abeilles menées par le laboratoire de pathologie animale du MAPAQ à Rimouski que la varroase a été découverte dans la région.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires