L’agriculture de précision s’affiche

L’agriculture de précision fait l’objet de deux dossiers très complets dans les deux magazines « Cultivar le mensuel » et « Grandes Cultures infos ».

« On en est encore au temps de la préhistoire » de ces techniques comme l’indique un texte de Grandes Cultures infos. Mais « les firmes et les organismes publics travaillent d’arrache-pied pour développer les capteurs, les outils, uniformiser les langages… » Tout va très vite. De nouvelles technologies arrivent. « D’un principe différent de la cartographie de rendement utilisant le GPS, la télédétection est un autre moyen de cartographie parcellaire » explique l’un des articles de Cultivar. « Un certain nombre de variables estimables par la télédétection peuvent être utilisées en vue de la modulation des opérations culturales. On peut citer la mesure de l’indice foliaire et la chlorophylle pour une application modulée de la fertilisation azotée. »

Selon Grandes Cultures infos « il ne faudra sans doute que quelques années pour savoir si l’agriculture de précision est rentable, ou a simplement correspondu à un phénomène de mode, mal adapté à nos structures européennes. En attendant, ils sont de plus en plus nombreux, constructeurs, coopératives, agriculteurs, à faire aujourd’hui le pari du GPS et de l’électronique. » Toujours selon ce dossier, les avantages ne manquent pas: réduction des charges, modulation des intrants (donc meilleur respect de l’environnement), gain de temps grâce à une meilleure gestion des chantiers, traçabilité accrue.

Après la cartographie de rendement, des pionniers comme Jean Fumery à Saint-Illiers la Ville (Yvelines) sont déjà passés à la modulation des doses. Dans Grandes Cultures infos, il explique qu’il a d’abord modulé la fertilisation, puis les semis cette année, et il pourrait passer aux phytos l’an prochain. « Le désherbage modulé peut réduire en théorie jusqu’à 70% les quantités d’herbicides appliquées » rapporte l’un des articles de Cultivar. Mais « c’est dans le domaine de la fertilisation P et K que les premières
modulations de doses voient le jour » explique un autre texte de ce dossier.

Si les premières modulations intraparcellaires ont vu le jour aux Etats-Unis et restent naissantes en France, comme le souligne le dossier de Cultivar, des matériels et des services concrets sont déjà proposés en France. Dans ce mensuel, Patrick Loizon de la société Cedest Engrais souligne par exemple: « Notre prestation de service est facturée 80F/ha, en plus de l’épandage. Pour ce prix l’utilisateur reçoit également les cartes géoréférencées de ses parcelles traitées à l’aide des logiciels Espace Terre. »

En Eure-et-Loire, 15 agriculteurs ont contracté un CTE pour l’agriculture de précision. C’est le cas de Benoît Celier à Boullay-Mivoye. Dans Grandes Cultures infos, il explique: « L’agriculture de précision va nous permettre de normaliser davantage nos productions et, pourquoi pas, de se rapprocher de la démarche d’industriels. »

Pour en savoir plus, voir les dossiers « Agriculture de précision, rendements à la carte » dans Grandes Cultures infos n°110 de septembre 2000 et « Agriculture de précision, les satellites pour les champs » dans Cultivar le mensuel supplément au n°492 de septembre 2000.

Contacts: pour Grandes Cultures infos, tél.: +33 (0)1 53 33 82 20, e-mail: [email protected] ; et pour Cultivar le mensuel, tél.: +33 (0)1 44 50 09 10, e-mail: [email protected]

Commentaires