L’annonce relative aux bovins de réforme est une autre bonne nouvelle selon la FCA

Ottawa (Ontario), 17 février 2004 – La Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) se réjouit de la décision du gouvernement fédéral de modifier le programme d’indemnisation pour les animaux de réforme dans le sillage de l’encéphalopathie spongiforme bovine afin de permettre aux producteurs de demander des indemnités sans avoir à attendre que leurs bêtes aient été abattues. La FCA réclame cette mesure de souplesse depuis l’annonce du programme, en novembre, et est donc ravie que le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Bob Speller, ait écouté les producteurs et ait répondu à leurs attentes.

« Depuis l’annonce du programme, nous nous demandions comment la clause de l’abattage influerait sur les cours, et nous redoutions que la demande surpasse la capacité de transformation dans de nombreuses régions, a expliqué Bob Friesen, président de la FCA. La décision du gouvernement d’assouplir cette exigence permettra aux producteurs dans le besoin d’obtenir des prestations d’aide sans être contraints à prendre des décisions sous pression. »

Des porte-parole de la FCA ont rencontré le ministre Speller hier pour approfondir la question de l’ESB et exposer les préoccupations des producteurs. Ils ont réitéré la position de la FCA sur l’indemnisation des producteurs touchés par l’ESB, en mettant l’accent sur les quatre éléments essentiels à un programme complet :
1. Un programme d’avances en espèces
2. Un programme de compensation de l’insuffisance des revenus, qui s’étendrait aux exploitations vache-veau, pour étayer les avances en espèces
3. Le maintien du cheptel reproducteur normal aux niveaux de 2003
4. Un contrat de prêt à taux d’intérêt préférentiel

La FCA a souligné une fois de plus que la crise de l’ESB ne touche pas seulement les producteurs de bovins. En effet, les producteurs d’autres espèces de ruminants ont vu des frontières se fermer à leurs produits, et l’onde de choc se propage vers d’autres secteurs des viandes, s’étendant même jusqu’aux secteurs des céréales et des oléagineux. Par conséquent, les programmes d’indemnisation devraient aussi reconnaître et réparer les préjudices subis par ces producteurs.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires