Le 150e franchit une autre étape : l’annonce de la présidence d’honneur!

La Pocatière (Québec), 13 février 2009 – Une autre étape a été franchie le 13 février 2009, dans le cadre des célébrations des fêtes du 150e. En effet, les coprésidents du comité organisateur, Messieurs BernardGénéreux, maire de la Ville de La Pocatière et André Simard, directeur général l’Institut de technologieagroalimentaire ont dévoilé les noms des coprésidents d’honneur du 150e anniversaire de l’enseignement agricoleau Canada. Il s’agit de madame Diane Vincent, vice-présidente du Tribunal canadien du commerce extérieur et de monsieur Claude Béchard, député de Kamouraska-Témiscouata – Parti libéral du Québec, ministre des Ressources naturelles et de la Faune, ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent.

Madame Diane Vincent est née à Ste-Perpétue (Nicolet) et a grandi sur une ferme laitière. Elle a été membre del’Association de la Jeunesse rurale du Québec (AJRQ). Elle obtient un Baccalauréat ès Sciences en bio-agronomie del’Université Laval en 1981 puis devient trésorière du Conseil d’administration de l’Association des diplômés del’Université Laval entre 1994 et 1996. En 1991, elle participe au Program for Public Executives de l’UniversitéQueens (Kingston). Elle reçoit le prix de la Fondation Fulbright Canada-États-Unis et complète en 2003 une Maîtriseen administration publique de la Kennedy School of Government de l’Université Harvard. Depuis, elle est membredu groupe PAPSAC de l’Université Harvard qui réunit des leaders de l’agroalimentaire.

Elle possède une riche expérience dans les fonctions publiques canadienne et québécoise, dont 18 années à despostes de sous-ministre déléguée et de sous-ministre adjointe. Elle a été Première vice-présidente de l’Agencecanadienne de développement international. Elle a avisé le gouvernement du Québec lors des négociationscommerciales multilatérales en agriculture de la Ronde de l’Uruguay. À Agriculture et Agroalimentaire Canada,elle dirigeait les politiques commerciales internationales et interprovinciales. Elle a défendu et promu les intérêtscommerciaux du Canada dans le cadre de l’Accord de libre-échange nord-américain, de l’Organisation Mondiale duCommerce et de diverses ententes commerciales bilatérales du Canada.

« Je suis honorée de représenter le volet agricole et de me joindre à ces célébrations pour souligner la contributionde l’enseignement agricole au développement des compétences de milliers d’hommes et de femmes d’ici etd’ailleurs. » C’est en ces termes qu’elle acceptait tout récemment d’être coprésidente d’honneur des fêtes du 150eanniversaire de l’enseignement agricole au Canada.

Détenteur d’un Baccalauréat en science politique de l’Université Laval, d’une Maîtrise en aménagement duterritoire et développement régional et d’études doctorales en administration publique, monsieur Claude Béchardest né à Saint-Philippe-de-Néri. Il a été élu la première fois député de la circonscription de Kamouraska-Témiscouata à l’élection partielle du 6 octobre 1997. Depuis, il a occupé d’importantes fonctions politiques,parlementaires et ministérielles. Mentionnons, entre autres, qu’il a été membre de la Commission de l’économieet du travail, de la Conférence parlementaire des Amériques (COPA), Section du Québec, de la Délégation del’Assemblée nationale pour les relations avec les États-Unis (DANREU), du Comité ministériel de la prospéritééconomique et du développement durable. Ce ne sont là que quelques-unes de ses nombreuses responsabilitésparlementaires combinées à l’ensemble de ses responsabilités ministérielles.

« Je suis particulièrement fier d’avoir accepté le titre de président d’honneur des fêtes du 150e anniversaire del’enseignement agricole au Canada. Je ne pouvais refuser cette occasion de démontrer ma solidarité et monattachement à toutes ces personnes qui ont bâti et fait rayonner l’enseignement agricole et agroalimentaire audelàdes frontières du Québec. Je suis heureux de prendre part à cette page d’histoire en tant que député-ministredu Kamouraska -Témiscouata ». C’est en ces termes qu’il a répondu à la demande du comité organisateur. Nousreconnaissons bien là, tout l’attachement de monsieur Claude Béchard pour son coin de pays.

Pour officialiser leur rôle, les coprésidents d’honneur ont posé un premier geste significatif en remettant auxreprésentants des organisations « phare » de l’événement, le drapeau du 150e anniversaire de l’enseignementagricole au Canada. Ce drapeau flottera à La Pocatière tout au long de l’année 2009, à partir du 7 mars.

L’annonce de la coprésidence d’honneur et la cérémonie de remise des drapeaux s’est tenue dans la chapelle duCollège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, lieu fortement symbolique puisque c’est de cette institution qu’est née lapremière École d’agriculture, le 10 octobre 1859. Les dignitaires, les invités d’honneur, les bénévoles et lesartisans des festivités, dont l’ouverture officielle aura lieu le 7 mars prochain, ont assisté à un moment inoubliableet d’une grande solennité. Le lieu choisi, le décorum et la mise en scène y ont pris toute leur signification.

L’ouverture de la cérémonie de remise des drapeaux, a été marquante. C’est au son du « Réveil rural » joué à latrompette par le virtuose Mathieu Rivest, que les officiers de la Garde paroissiale de La Pocatière ont fait uneentrée solennelle en tenant dans leurs mains gantées, le drapeau du 150e destiné aux dignitaires. La remiseofficielle a été faite par madame Diane Vincent et monsieur Claude Béchard, coprésidents d’honneurs des fêtes du150e anniversaire de l’enseignement agricole au Canada. De la ville à la région, chaque personne a reçu avechonneur et fierté son drapeau. Voici les organisations à qui le drapeau a été remis :

  1. La Ville de La Pocatière et
  2. La Paroisse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière à titre de «berceau de l’enseignement agricole au Canada»
  3. Le Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière qui a donné vie à la première école d’agriculture
  4. La première école d’agriculture (aujourd’hui propriété de madame Francine Leclerc)
  5. L’Institut de technologie agroalimentaire, digne héritier de la mission de l’enseignement de l’agriculture
  6. La Fondation François-Pilote inc., du nom du supérieur du Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et fondateur de la première école d’agriculture
  7. Le Musée François-Pilote, gardien des oeuvres et du patrimoine historique de la première école
  8. La MRC de Kamouraska dans laquelle rayonne le «berceau de l’enseignement agricole au Canada »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Association des jeunes ruraux du Québec
http://www.ajrq.qc.ca/

Parti libéral du Québec
http://www.plq.org/

Commentaires