Le bassin versant du ruisseau Vacher, une richesse collective à protéger

Sant-Jacques (Québec), 13 mai 2006 – Le 13 mai a eu lieu le lancement officiel des actions mises en place par le Comité du bassin versant du ruisseau Vacher. Les interventions par bassin versant visent à mobiliserles acteurs afin d’améliorer la qualité de l’eau du ruisseau Vacher et par lefait même, la qualité de vie de la population. La réalisation de ce projetenvironnemental est le résultat d’une étroite concertation entre plusieursintervenants du milieu qui participent à préserver cette richesse collectivepour les générations futures.

Les travaux effectués au niveau du bassin versant du ruisseau Vachers’échelonnent sur cinq ans, soit de 2005 à 2010. L’approche adoptée consiste àimpliquer les acteurs concernés et à créer un sentiment d’appartenance enversleur bassin versant. Les diverses activités humaines qui influencent l’eausont représentées par trois axes d’intervention, soit les volets agricole,résidentiel et industriel. Cette division en trois volets constitue unestratégie d’action innovatrice dans ce genre de projet.

Afin de protéger le ruisseau et son environnement, des activitésspécifiques ont déjà été entamées et plusieurs autres sont à venir. Toutd’abord, le Comité du bassin versant du ruisseau Vacher a élaboré le projet, avalidé le plan d’action, a assuré la concertation et a déposé des demandes desubvention pour assurer le financement des activités. La première action misede l’avant sur le terrain consistait à caractériser la partie supérieure duruisseau Vacher afin de constater l’état du cours d’eau. Des aménagementscorrectifs sont présentement apportés afin de pallier aux diversesproblématiques environnementales identifiées. La caractérisation de l’autrepartie du bassin versant est également en cours. Les réalisations effectuéesau niveau du ruisseau Vacher pourront servir d’exemples à différents projetsde bassin versant.

Lors de la conférence de presse, l’entente de commandite conclue avec laCaisse Desjardins de la Nouvelle-Acadie a officiellement été dévoilée. Par sonFonds d’aide au développement du milieu, la Caisse Desjardins de la Nouvelle-Acadie octroie la somme de 200 000 dollars pour le projet environnemental dubassin versant du ruisseau Vacher et devient ainsi le commanditaire du projet.Cette importante contribution, répartie sur cinq années, servira à laréalisation d’une partie des travaux de restauration du ruisseau Vacher etd’outils de communication mis en place pour promouvoir le projet. Selon LouisParent, membre du conseil d’administration de la Caisse : « La CaisseDesjardins de la Nouvelle-Acadie est une institution financière profondémentenracinée dans son milieu. La Caisse considère qu’elle a une responsabilitédans le développement durable et c’est pourquoi elle privilégie une actionconcertée qui vise à préserver l’environnement. »

De plus, le Programme de mise en valeur de la biodiversité des coursd’eau en milieu agricole a été présenté. Instauré par la Fondation de la faunedu Québec et l’Union des producteurs agricoles, ce projet pilote a commeobjectif de soutenir les initiatives des producteurs agricoles, situés enamont du bassin versant, dans leurs démarches afin d’assurer aux générationsfutures une agriculture durable, des habitats fauniques en santé et une eau dequalité.

La signature officielle de deux contrats de bassin versant a également eulieu lors de la conférence de presse. Ainsi, la Société d’aide audéveloppement de la collectivité (SADC) Achigan-Montcalm et la Fédération del’UPA de Lanaudière ont chacun conclu une entente volontaire avec l’organismede bassin, la Corporation de l’Aménagement de la Rivière l’Assomption (CARA).Ces engagements viennent confirmer l’importance de se mobiliser pour laréalisation des actions identifiées dans le Plan directeur de l’eau au niveaudu bassin versant du ruisseau Vacher.

Plusieurs intervenants sont impliqués dans le projet du bassin versant duruisseau Vacher. Mentionnons d’abord les trois Partenaires, soit la Fédérationde l’UPA de Lanaudière, la direction régionale du ministère de l’Agriculture,des Pêcheries et de l’Alimentation et la SADC Achigan-Montcalm qui soutiennentl’initiative depuis le tout début. Rappelons que la Caisse Desjardins de laNouvelle-Acadie agit à titre de Commanditaire. De plus, la Fondation de lafaune du Québec et le Conseil de développement agricole du Québec se joignentà l’initiative comme Partenaires financiers.

Enfin, soulignons que ce projet de développement durable n’aurait puprendre forme sans le soutien des Collaborateurs suivants : Clubagroenvironnemental 341; Club agroenvironnemental ruisseau St-Esprit; COGENORLanaudière; Conseil régional de l’environnement de Lanaudière; Coopérative desolidarité Ecogespro; Corporation de l’Aménagement de la Rivière l’Assomption;Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs; Ministèredes Ressources naturelles et de la Faune; Municipalité de Sainte-Marie-Salomé;Municipalité de Saint-Jacques; Municipalité régionale de comté de Montcalm;Patrimoine Nouvelle-Acadie et Société d’ornithologie de Lanaudière.

Commentaires