Le Canada va supprimer tous les aliments à risque dans la nourriture animale

Montréal (Québec), 10 juillet 2003 – Le Canada, où la découverte d’un seul cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a porté un coup terrible aux exportations de boeuf, va interdire l’utilisation de tous les aliments considérés à risque dans la nourriture donnée aux animaux, a annoncé le ministre de l’Agriculture Lyle Vanclief.

« Nous sommes tous d’accord sur le besoin de mettre en oeuvre rapidement de nouvelles mesures visant à éliminer complètement les matériels à risques spécifiés (MRS) de l’alimentation », a déclaré M. Vanclief, à l’issue d’une réunion de deux jours avec les ministres des provinces et territoires canadiens.

Ces « matériels à risques spécifiés (MRS) » sont des tissus comme la cervelle et la moëlle épinière, où se concentre l’agent infectieux responsable de l’ESB.

Un comité d’experts internationaux, venu enquêter en juin sur le cas de vache folle découvert dans l’ouest du pays, avait recommandé d’interdire à la vente certains tissus animaux destinés à la consommation humaine ou animale, en particulier de la matière céphalique ou oculaire ou de la moëlle épinière.

Le Canada avait déjà interdit depuis 2001 l’utilisation de la moëlle épinière dans la nourriture donnée à tous les animaux susceptibles d’être consommés par l’homme.

Mais après la découverte du cas de vache folle, l’Agence canadienne d’inspection des aliments et le ministère de la Santé ont élaboré une nouvelle liste de ces matériels à risques afin de les éliminer de la chaîne alimentaire.

Dans le même temps, Ottawa tente de convaincre les Etats-Unis et plus d’une quinzaine d’autres pays de lever leur embargo sur le boeuf canadien, qui, selon l’industrie bovine, lui fait perdre près de 11 millions de dollars canadiens (8 M USD) par jour.

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires