Le Conseil d’administration de la CCB condamne l’augmentation des tarifs

Winnipeg (Manitoba), le 28 avril 2000 – Le conseil d’administration de la CCB a condamné l’augmentation de l’échelle des tarifs au transport du grain, que vient d’annoncer l’Office des transports du Canada (OTC).







« C’est incroyable que les agriculteurs doivent encore payer 1,45 dollar par tonne de grain aux chemins de fer, quand on a pu montrer que les agriculteurs sont surfacturés depuis bientôt dix ans. »


Ken Ritter, président du conseil d’administration, s’exprime : « C’est incroyable que les agriculteurs doivent encore payer 1,45 dollar par tonne de grain aux chemins de fer, quand on a pu montrer que les agriculteurs sont surfacturés depuis bientôt dix ans. »

Si l’augmentation des tarifs est bien le résultat de la formule d’indexation des prix à la Loi sur les transports du Canada, la propre enquête de l’OTC sur les tarifs pratiqués par les chemins de fer à l’automne dernier montrait que cette formule se traduit par des tarifs extrêmement élevés parce qu’elle ne tient pas compte des gains de productivité dont les chemins de fer profitent depuis 1992.

« Nous avons vu les résultats de l’enquête menée par l’OTC en 1998: cette enquête montre bien que les agriculteurs ont droit à une baisse sensible des tarifs de chemins de fer, disait Ritter. Pour une exploitation de taille moyenne, cette réduction est de l’ordre de 5000 dollars. »

« Les deux compagnies de chemins de fer viennent d’annoncer qu’elles avaient enregistré des bénéfices records ou presque, et ce en plein dans une crise des revenus agricoles. Ces tarifs excessifs sont le direct résultat d’un manque de concurrence dans l’industrie du chemin de fer. Nous demandons par conséquent au gouvernement fédéral de rectifier cette situation inacceptable et intenable. »

Le président du conseil d’administration demandait également que le gouvernement base ses décisions en matière de réforme du système de transport sur la base des recommandations qu’appuient les principales organisations agricoles : Keystone Agricultural Producers, Saskatchewan Association of Rural Municipalities et Wild Rose Agricultural Producers. Ces recommandations s’inscrivent en effet dans une dynamique de la responsabilité et de la concurrence en matière de manutention et de transport du grain. La CCB est prête à engager une série d’appels d’offres et de contrats commerciaux pour accroître la concurrence et améliorer l’efficacité du système de façon à répondre aux besoins des agriculteurs et de leurs clients de par le monde.

La CCB est le plus important marchand de blé et d’orge au monde. Son siège social est établi à Winnipeg (Manitoba). La CCB compte parmi les plus importants exportateurs du Canada et représente la plus importante source de devises étrangères au Canada. Elle exporte le blé et l’orge des Prairies dans plus de 70 pays à travers le monde et restitue le produit total des ventes, moins les frais de mise en marché, aux producteurs de l’Ouest canadien.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission canadienne du blé

http://www.cwb.ca/

Commentaires