Le CRSNG souligne l’excellence de l’équipe de recherche de l’Université du Manitoba et d’Agriculture et Agroalimentaire

Ottawa (Ontario), 25 février 2009 – Mme Suzanne Fortier, présidente du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), a annoncé que l’ingénieur agricole Digvir S. Jayas, de l’Université du Manitoba, et l’entomologiste Noel White, d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, ont remporté en 2008 le Prix Brockhouse du Canada pour la recherche interdisciplinaire en sciences et en génie. Le prix comprend une subvention de recherche de 250 000 $.

Depuis plus de vingt ans, MM. Jayas et White étudient les causes de la détérioration du grain, c’est-à-dire la chaleur élevée et l’humidité dans les silos à grain ainsi que les dommages causés par les insectes, les champignons et les bactéries. Au Canada, la perte de grains entreposés représente environ 1 p. 100 de la quantité totale des grains par année, mais dans certains pays en développement, les pertes peuvent atteindre jusqu’à 50 p. 100 de la quantité totale. En faisant appel au génie, à la biologie et aux mathématiques, MM. Jayas et White ont élaboré des techniques éprouvées et reconnues à l’échelle internationale pour réduire la détérioration du grain d’une variété de cultures, que ce soit celui d’une céréale, d’une plante oléagineuse ou d’une légumineuse, dans une vaste gamme de conditions environnementales.

« Le Plan d’action économique du Canada dans le budget de 2009 prévoit un investissement de plus de 5,1 milliards de dollars pour la science et la technologie, dont un montant important est investi en recherche et développement (R et D). Le gouvernement du Canada s’est engagé à investir dans les activités de R et D propres à résoudre des problèmes concrets, pas seulement pour les Canadiens, mais pour les gens dans le monde entier. Les découvertes de MM. Digvir S. Jayas et Noel White permettront au Canada de maintenir sa réputation internationale pour la qualité élevée de ses grains exempts d’insectes et de résidus de pesticides », a déclaré l’honorable Gary Goodyear, ministre d’Etat (Sciences et Technologie).

L’adoption de solutions plus efficientes d’entreposage des grains permettrait de produire plus de nourriture pour des millions de personnes et d’utiliser de façon plus efficiente les terres arables, et ce, dans le monde entier. En plus de nécessiter moins d’investissements financiers que la production accrue de récoltes, elle permettrait également de produire plus de nourriture sur la superficie actuelle des terres agricoles.

« L’incidence possible de ces travaux de recherche est énorme non seulement en ce qui concerne l’aspect économique, mais également notre capacité de nourrir la population mondiale croissante. Au Canada, la réduction de moitié des pertes de grains entreposés se traduirait par des économies annuelles d’environ 60 millions de dollars. Dans des pays où les pertes sont beaucoup plus élevées, les économies seraient encore plus importantes; on pourrait distribuer la nourriture aux personnes qui en ont le plus besoin », a affirmé l’honorable Gerry Ritz, ministre d’Agriculture et Agroalimentaire Canada.

MM. Jayas et White ont été les premiers à démontrer que les grains entreposés peuvent être séchés plus efficacement lorsqu’on y fait circuler l’air à l’horizontale plutôt qu’à la verticale. A la lumière de ce constat, ils travaillent à la conception d’un déshydrateur de l’air à une température proche de la température ambiante qui aura une efficacité énergétique accrue jusqu’à 40 p. 100 par rapport aux systèmes existants.

MM. Jayas et White ont également élaboré de nouvelles stratégies pour la détection précoce de la présence d’insectes dans le grain en vrac en faisant appel à des caméras thermiques, aux rayons X mous et à l’identification génétique. En outre, ils ont mis au point d’autres méthodes pour assurer le contrôle des infestations d’insectes en faisant appel notamment au dioxyde de carbone plutôt qu’à des pesticides nocifs pour fumiger le grain. Cette pratique a déjà été adoptée par plusieurs propriétaires d’élévateurs à grains et d’agriculteurs biologiques au Canada.

Dans une installation de pointe, le Centre de recherche en entreposage du grain de la Commission canadienne du blé situé à l’Université du Manitoba, MM. Jayas et White sont en mesure de reproduire les conditions d’entreposage partout dans le monde. De plus, leurs résultats de recherche ont été diffusés aux agriculteurs et aux gestionnaires d’installations d’entreposage des céréales partout dans le monde.

« Les lauréats de cette année incarnent l’ingénuité et l’esprit de collaboration qui sont essentiels pour résoudre les problèmes complexes d’aujourd’hui. MM. Jayas et White ont élaboré des stratégies pratiques qui contribuent déjà à préserver les approvisionnements de céréales au Canada et dans le monde entier. Leurs solutions aident à nourrir des millions de personnes », a déclaré Mme Fortier.

Nommé en mémoire de Bertram Brockhouse, Canadien originaire des Prairies et lauréat d’un prix Nobel, le prix rend hommage à des équipes de chercheurs canadiens provenant de différentes disciplines, qui ont apporté une contribution exceptionnelle à l’échelle internationale dans les domaines des sciences naturelles ou du génie.

Le CRSNG est un organisme fédéral dont la vision est d’aider à faire du Canada un pays de découvreurs et d’innovateurs, au profit de tous les Canadiens. Il appuie quelque 26 500 étudiants universitaires et stagiaires postdoctoraux dans leurs études supérieures. Le CRSNG fait la promotion de la découverte en offrant un appui financier à plus de 11 800 professeurs d’université chaque année et favorise l’innovation en incitant plus de 1 400 entreprises canadiennes à investir dans les projets de recherche d’établissements postsecondaires et à y participer.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG)
http://www.nserc.ca/

Commentaires