Le Forum régional des Grands Lacs sur l’agriculture abordera les questions frontalières

Toronto (Ontario), 11 février 2004 – Afin de respecter son engagement detravailler avec d’autres autorités dans des domaines d’intérêt commun, legouvernement McGuinty organisera à Toronto le Forum régional desGrands Lacs sur l’agriculture.

« Ce forum nous offre une occasion propice pour bâtir des liens plussolides et plus étroits avec nos homologues américains », a déclaréSteve Peters, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. « Au fil desséances de la journée, nous pourrons élaborer des visions communes avec nospartenaires commerciaux immédiats de la région des Grands Lacs, et ce, dansl’intérêt de l’économie de l’Ontario. »

« Des représentants des ministères de l’Agriculture du Canada et des États-Unis se pencheront sur des questions qui préoccupent les deux pays, entre autres, le commerce transfrontalier, l’encéphalopathie spongiforme bovine, le bioterrorisme et la mise en valeur régionale. »

« Nous allons demander le soutien de nos voisins américains afin deprocéder rapidement à la normalisation du commerce des bovins vivants et desproduits du boeuf », a commenté M. Peters. « Nous allons aussi aborder lesprotocoles frontaliers destinés à empêcher le bioterrorisme, afin de nousassurer que les nouvelles mesures appliquées à la frontière reconnaissentl’interdépendance unique de nos autorités en matière commerciale. »

La valeur du commerce bilatéral de produits agricoles entre l’Ontario etles Etats américains de la région des Grands Lacs dépasse les 7 milliards dedollars.

Parmi les invités au forum de cette année figurent des représentants desministères de l’Agriculture du Canada et du Québec ainsi que des départementsde l’agriculture des Etats de l’Illinois, de l’Indiana, du Michigan, duMinnesota, de New York, de l’Ohio et de la Pennsylvanie.

« Nous avons été très encouragés par l’appui sincère que nous ontmanifesté nos homologues américains face aux défis qui assaillent nosindustries agricoles respectives », a souligné M. Peters. « Chaque occasion quinous est offerte de discuter librement avec nos partenaires commerciauximmédiats sur des sujets prioritaires, comme une solution nord-américaine à lamaladie de la vache folle, nous rapproche de la réouverture de la frontière. »

Commentaires