Le gouvernement augmente les possibilités d’exportation pour les éleveurs de bétail

Ottawa (Ontario), 9 janvier 2009 – Le gouvernement du Canada élargira les possibilités d’exportation pour les éleveurs de bétail en donnant suite aux recommandations des tables rondes sur la chaîne de valeur de l’industrie du boeuf et du porc. Le gouvernement mettra en oeuvre deux recommandations clés : créer un secrétariat à l’accès aux marchés et ouvrir un accès commercialement significatif aux marchés du boeuf dans une première étape vers l’accès libre, comme le recommande l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

« Les producteurs canadiens souhaitent gagner leur vie dans le marché et ce gouvernement travaille avec eux pour ouvrir de nouveaux marchés sur la scène mondiale, a déclaré le ministre Ritz. Les tables rondes ont fourni d’excellents avis qui serviront de base à notre travail constant visant à ouvrir de nouveaux marchés et à uniformiser les règles du jeu pour nos exportations. »

Le ministre Ritz a annoncé la création d’un secrétariat à l’accès aux marchés au sein d’Agriculture et Agroalimentaire Canada afin de mieux coordonner les initiatives que le gouvernement promeut avec l’industrie et les producteurs en vue de poursuivre de façon dynamique et stratégique l’ouverture de nouveaux marchés et de rester à la hauteur des concurrents internationaux. Le secrétariat fera appel aux services d’un éventail d’experts commerciaux afin de faire la promotion des exportations agricoles canadiennes à travers le monde.

Le secrétariat s’efforcera d’élargir l’accès aux marchés à l’extérieur des États-Unis pour les produits agricoles et agroalimentaires, notamment dans des marchés prometteurs comme le Mexique, la Chine, le Japon, la Corée, Hong Kong, l’Indonésie, la Russie et l’Arabie saoudite.

Le gouvernement appliquera également les recommandations de l’industrie du bétail visant l’établissement d’un accès commercialement significatif aux marchés internationaux du boeuf dans une première étape vers un accès libre conformément aux normes de l’OIE.

« Nous convenons avec les producteurs que le Canada doit établir le premier contact pour accéder à de nombreux marchés internationaux, tout en poursuivant notre objectif de rétablissement d’un accès complet pour le boeuf canadien à travers le monde », a affirmé le ministre Ritz.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires