Le mais sucré du Québec arrive dans la grande région de Montréal

Montréal (Québec), 16 juillet 2005 – Fidèle complice de nos fêtes estivales, le mais sucré du Québec est enfin de retour chez notre marchand de fruits et légumes préféré. Pudique comme toujours sous ses longues feuillesvertes, il vous invite… à le découvrir ! Et avec près d’une cinquantaine desavoureuses variétés produites chaque année, aussi bien intégrer le mais sucrédu Québec à votre menu dès aujourd’hui si vous voulez les découvrir toutescette saison !

Qu’on le préfère nature ou beurré, chaque épi de mais du Québec se veutune expérience unique… à chaque variété. D’une fraîcheur irréprochable,délicatement sucré, le grain tendre et juteux sous la dent, le mais de cheznous fait l’unanimité à chaque bouchée ! Une véritable explosion de saveur !Mais hâtez-vous d’en profiter : la saison du mais, à l’instar de la saisonestivale, est relativement courte au Québec. Multiplier les occasions de ledéguster, c’est multiplier le plaisir !

A chacun son mais
Originaire d’Amérique, le mais sucré est apparu par mutation naturelle.Cette sous-espèce possède en effet un gène qui ralentit, dans les grains, latransformation des glucides en amidon, d’où sa teneur élevée en sucres. Avecle temps, les producteurs ont mis au point des espèces hybrides, comme le maisbicolore, dont les grains sont toujours plus sucrés et fermes, ce qui accroîtconsidérablement leur durée de conservation.

Même s’il s’agit, à la base, de la même sous-espèce, leurs besoins nesont pas les mêmes : le temps des semis et des récoltes variant, la saveurdiffère d’un hybride à l’autre. Aujourd’hui, le Québec produit plus de50 variétés de mais sucré, mais seulement 20 % d’entre elles se partagent 80 %du marché. De celles-ci, 12 variétés sont encore plus populaires en raison deleur douce saveur et de la tendreté de leurs grains. Vous voulez goûter toutl’éventail de la production québécoise ? Mangez-en à chaque jour !

Manger frais, à peu de frais
Si la saison 2004 s’est avérée exceptionnelle en termes de production demais sucré au Québec, cette saison s’annonce tout aussi remarquable, tant auplan de la quantité que de la qualité de la récolte. Profitant des bonnesgrâces de Dame Nature, qui a su doser judicieusement soleil et pluie, larécolte 2005, dont la saveur sucrée et délicieuse ne se dément pas, semble eneffet tout aussi prometteuse.

Et comme c’est le légume préféré des petits comme des grands, aussi bienen profiter pour leur en servir souvent et en abondance. Accessible à tous, lemais sucré du Québec est sans contredit le souper le moins cher en ville !

Commentaires