Le ministre Arseneau en mission au Maghreb

Québec (Québec), 12 avril 2002 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Maxime Arseneau entreprend une mission de dix jours qui le mènera en Algérie, en Tunisie et au Maroc. Cette mission a pour objectif principal de renforcer le partenariat en matière de formation dans les secteurs des pêches et de l’agroalimentaire entre le Québec et ces pays.

La mission contribuera à promouvoir l’expertise des institutions d’enseignement et d’organismes québécois au chapitre de la formation professionnelle dans les champs d’activité liés à la pêche, à l’aquaculture et à l’agroalimentaire. De plus, elle permettra de poursuivre le travail lié à différents projets de partenariat actuellement en cours concernant la formation professionnelle.

« Le savoir-faire et l’innovation seront au cœur des discussions que j’aurai avec mes homologues, ce qui conduira éventuellement à l’accroissement de nos échanges avec ces pays », a soutenu le ministre lors de son départ pour le Maghreb.

En plus de rencontrer différents ministres des gouvernements algérien, tunisien et marocain, M. Arseneau participera au « Séminaire international sur les opportunités d’investissement dans le secteur des pêches et des ressources halieutiques », qui se déroulera à Alger. Il procédera également au dévoilement d’une plaque commémorative dans les locaux de l’Association Amitié Québec-Maroc à Casablanca.

Le ministre est accompagné de représentants de maisons d’enseignement spécialisées et du milieu des affaires. Pour les organismes de formation, l’établissement de liens et de partenariats avec des représentants des secteurs de l’agriculture et des pêches sera privilégié. Le développement de réseaux d’affaires et le soutien aux entreprises exportatrices seront également au cœur des préoccupations de la délégation québécoise.

Cette mission s’inscrit dans la poursuite de celles qui avaient été effectuées en Afrique du Nord par le gouvernement du Québec en 2000 et 2001. À ce moment, il avait été convenu qu’une mission spécifique serait dirigée par le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. Le développement de relations avec ces pays constitue un potentiel important pour le Québec, d’autant plus que ceux-ci concluront graduellement des accords d’associations avec l’Union européenne.

Le Québec entretient des relations privilégiées avec les communautés maghrébines, notamment en raison de l’utilisation commune de la langue française et de leur présence accrue en sol québécois. En effet, c’est au Québec que vit la plus grande communauté arabo-musulmane, soit plus de 250 000 Québécoises et Québécois d’origine maghrébine.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires