Le projet d’usine d’engrais de Bécancour mis en veilleuse

Le projet d’usine d’engrais de Bécancour, lancé par la Coop fédérée et IFFCO Canada (Indian Farmers Fertilizer Co-operative), est remis à une date non déterminée.La Coop fédérée a expliqué avoir pris cette décision en raison du déclin du prix des denrées agricole sur les marchés qui connait un creux de vague.”Comme dans beaucoup d’autres secteurs du marché des commodités, les conditions actuelles de marché ne favorisent pas la conclusion du financement requis et entravent le calendrier du début de construction. Le prix de l’urée est à son plus bas niveau en cinq ans et la prudence des investisseurs en est conséquente”, peut-on lire dans le communiqué de presse annonçant la nouvelle.

La Coop fédérée a pour la première fois fait l’annonce du projet en 2012 avant que celui-ci ne soit interrompu l’an dernier à pareille date. Les travaux avaient repris en juin 2015.

Il ne s’agirait pas toutefois de la fin du projet. La Coop fédérée et IFFCO disent toujours croire à la pertinence d’une usine d’engrais qui répondrait “toujours et plus que jamais à un besoin majeur du marché agricole québécois et canadien dans un monde géopolitique mouvementé”. Ils estiment les assisses saines et l’appui du gouvernement québécois, ainsi que celui des institutions partenaires demeure. Le projet pourrait redémarrer lorsque les conditions économique et que les prix de l’urée seront plus favorables.

“Nous attendons que le creux cyclique du prix de l’urée prenne fin, nous permettant d’entrevoir une reprise du projet; d’ici là nous continuons à faire nos devoirs et à nous préparer pour la relance», a déclaré Claude Lafleur, chef de la direction d’IFFCO Canada. Des étapes importantes auraient aussi été franchies depuis la reprise en juin .

IFFCO Canada a par ailleur indiqué qu’elle maintiendra ses bureaux de Montréal et de Bécancour ouverts.

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires