Le rapport sur l’agriculture ne propose aucune solution nouvelle

Regina (Saskatchewan), 7 novembre 2001 – Un nouveau rapport sur les défis que devra relever l’agriculture canadienne met en lumière d’anciens problèmes sans toutefois présenter de nouvelles solutions, estiment certains observateurs.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Lorne Calvert, s’était vu confier la tâche de préparer le document, l’été dernier, à Victoria, lors de la rencontre annuelle des premiers ministres provinciaux.

Dans ce rapport, un autre appel est lancé au gouvernement canadien afin qu’il multiplie les efforts dans l’espoir de convaincre les Américains et les Européens de réduire leurs subventions agricoles.

Néanmoins, M. Calvert a reconnu qu’il était peu probable que cela se produise. En conséquence, il juge nécessaire qu’Ottawa vienne en aide aux agriculteurs canadiens, dont plusieurs sont aux prises non seulement avec de faibles prix du blé, mais aussi la sécheresse.

« C’est une question de priorités. Et si nous pouvons juger prioritaires les lignes aériennes et Bombardier, il semble que nous pourrions faire des producteurs (agricoles) une priorité », a déclaré le premier ministre de la Saskatchewan aux journalistes.

Ottawa a consenti aux transporteurs aériens une aide financière de 160 millions $ – dont 105 millions $ doivent aller à Air Canada – en guise d’indemnité au volume d’affaires perdu lors des journées ayant suivi les attentats du 11 septembre. Le fédéral a également accordé des garanties de prêt afin de permettre à Canada 3000 de passer à travers ses difficultés financières, et à Bombardier, d’obtenir des contrats de vente de ses appareils régionaux, d’une valeur de plusieurs milliards de dollars.

Actuellement, les Etats-Unis subventionnent leur blé huit fois plus que le Canada. Les subventions européennes sont 13 fois supérieures aux canadiennes.

L’aide financière accordée par le Canada à ses agriculteurs sera limitée à 500 millions $, en 2001.

Source : PC

Commentaires