Le revenu agricole moyen en forte baisse en France

Paris (France), 14 décembre 2009 – La Commission des comptes de l’agriculture de la Nation s’est réunie le 14 décembre 2009 pour examiner les comptes prévisionnels de l’agriculture française pour l’année 2009.

Le revenu agricole moyen par actif connaît, déduction faite de l’inflation, une baisse de – 34 % pour l’ensemble de la branche et de – 32 % pour les exploitations professionnelles. Cette situation de forte baisse de revenu de 2009 se retrouve dans tous les grands pays agricoles, dans l’Union européenne comme aux Etats-Unis. Face à cette crise dont Bruno LE MAIRE avait souligné la gravité dès le 31 août 2009, le Président de la République a annoncé le 27 octobre un plan de soutien massif d’un milliard de prêts bancaires et de 650 millions d’euros de soutiens publics pour apporter une solution adaptée à la situation de chaque agriculteur. Bruno LE MAIRE a récemment fait un point avec le médiateur Nicolas FORISSIER sur la mise en oeuvre de ce plan. Ces résultats confirment la nécessité d’une régulation européenne des marchés agricoles pour stabiliser le revenu des agriculteurs, conformément à l’Appel de Paris du 10 décembre 2009.

La baisse du revenu a particulièrement touché les productions végétales pour la seconde année consécutive. Les exploitations de grandes cultures ont subi de plein fouet la hausse des prix des engrais dans un contexte de prix des céréales et des oléagineux en baisse par rapport à 2008. La baisse de revenu pour l’ensemble des grandes cultures serait de – 47 %, dont – 51 % pour les cultures de Céréales d’Oléagineux et de Protéagineux. Les prix des fruits et légumes ont également été bas au cours de l’été. La baisse de revenu est estimée à – 53 % en arboriculture fruitière et à – 34 % en horticulture, mais les situations sont à nuancer selon les productions.

En viticulture, le volume des récoltes est en hausse sensible par rapport à 2008. En début de campagne, les prix des vins de table sont en légère amélioration, mais ceux des vins d’appellation sont plutôt orientés à la baisse. Très fluctuant et avec de grandes disparités régionales, le revenu de l’ensemble des exploitations viticoles pourrait légèrement diminuer, mais avec des situations inverses selon les catégories : amélioration estimée à + 39 % en viticulture courante (qui inclut le cognac), mais recul en viticulture d’appellation (- 8 %).

Les élevages bénéficient en 2009 du retournement à la baisse très marqué des prix de l’alimentation animale (- 11 %). De plus, les quantités d’aliments achetées pour toutes les catégories d’animaux sont également en recul. Cette situation permettrait, malgré la baisse des prix des porcs et des volailles, une progression du revenu dans les élevages hors sol (+ 10 %). Le revenu progresserait également en élevage bovin à viande (+ 17 %) et ovin (+ 22 %), mais après deux années de baisses cumulées de plus de respectivement – 52 et – 37 %. En revanche, la baisse des coûts de l’alimentation animale n’empêcherait pas une forte dégradation du revenu des éleveurs laitiers (- 54 %).

La situation conjoncturelle de l’année 2009 est marquée par un repli des charges, à l’exception notable des engrais. La baisse du coût des matières premières, qui se répercute avec un certain décalage sur les coûts de production, a joué favorablement sur les prix de l’alimentation animale et de l’énergie. Mais les prix de la plupart des productions végétales comme animales sont orientés à la baisse. Au total, la baisse du coût des consommations intermédiaires (- 2,7 %) ne compense pas celle de la valeur de la production (- 7,6 %).

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture et de la pêche de la France
http://www.agriculture.gouv.fr

Commentaires