Le soya de la Rive-Nord

Cette année, la différence entre les champs de la Rive-Sud et la Rive-Nord est frappante. Alors qu’en Montérégie, on parle carrément de « zone sinistrée » par endroits, dans Lanaudière, de nombreux champs sont de toute beauté.

LeBulletin.com a pu le constater vendredi dernier, lors d’une journée de reportages à Saint-Esprit, entre Mascouche et Joliette.

Les champs du producteur laitier et de grandes cultures Nick Majeau se portent à merveille. Il a pu semer lors de plusieurs fenêtres favorables en mai.

Soya dans un champ de Saint-Esprit, dans Lanaudière, le 10 juillet 2014. PHOTO : Yvon Thérien

Soya dans un champ de Saint-Esprit, dans Lanaudière, le 10 juillet 2014. PHOTO : Yvon Thérien

Dans ce champ de soya semé le 9 mai avec la variété Havane, les plants sont en pleine floraison et le nombre de noeuds est impressionnant, comme en témoigne notre photo. Le champ a été ensemencé à 180 000 graines à l’acre, en rangs de 15 pouces, sur un retour de soya.

L’abondance de noeuds et la faible distance entre chacun s’expliqueraient-elles par l’utilisation de l’hormone de croissance GRX-SP, en application foliaire? Nick Majeau ne pourrait le dire avec certitude. Il pratique une régie intensive dans son soya, utilisant son pulvérisateur automoteur entre autres pour appliquer des engrais foliaires. Ses pratiques feront l’objet d’un reportage dans les pages du Bulletin des agriculteurs.

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires