Les agronomes se mobilisent pour la ressource eau

Montréal (Québec), 1er juin 2001 – Le drame de Walkerton en Ontario, et plus récemment celui de North Battleford en Saskatchewan, ont démontré toute l’importance d’intervenir rapidement et adéquatement pour protéger l’eau potable. Les agronomes se sentent particulièrement concernés par cette problématique puisque les pratiques agricoles sont souvent ciblées comme ayant un impact sur la qualité de la ressource. C’est pourquoi le 64e congrès annuel de l’Ordre des agronomes du Québec (OAQ) se déroulera sous le thème « L’agronome, gardien de la ressource eau ». L’événement, qui aura lieu les 8 et 9 juin prochains à l’Auberge Gouverneur de Shawinigan, réunira plusieurs conférenciers de renom.

« Même si l’eau se retrouve en abondance au Québec, elle demeure une ressource fragile qui doit être préservée, indique Claire Bolduc, présidente de l’Ordre des agronomes du Québec. Les agronomes font partie des principaux intervenants qui ont un rôle à jouer dans la gestion de l’eau et la pérennité de la ressource. À ce titre, ils doivent réfléchir sur plusieurs questions reliées à leur expertise professionnelle, notamment sur l’aspect de la pollution diffuse d’origine agricole, l’augmentation et la concentration des activités agricoles, les techniques d’épandage des fumiers et la fertilisation des sols, la contamination des eaux souterraines et de surface, et bien d’autres encore. »

« Ce congrès permettra aux agronomes de mieux définir leur rôle et leurs responsabilités dans la protection de l’eau, cette ressource vitale pour le développement d’une agriculture saine et pour le bien-être de la société », poursuit Mme Bolduc.

Des questions qui soulèvent de l’inquiétude Au cours de ce congrès, les agronomes se pencheront sur plusieurs questions : L’eau de qualité est-elle aussi abondante qu’on le pense ? Avons-nous le mode et le cadre de gestion appropriés pour l’utiliser adéquatement et contrôler ses usages ? Quelle est l’influence du secteur agricole sur la qualité de l’eau ? Quel est l’impact de la pollution diffuse et ponctuelle ? Quelles sont les solutions agronomiques pour protéger cette ressource ?… Bref, autant de questions et de sujets qui interpellent directement les agronomes et qui seront abordés le vendredi 8 juin, par les conférenciers suivants :

M. André Delisle, ing., M. Sc. A.
« La gestion des ressources en eau : le Québec dans le contexte mondial »

M. Chandra A. Madramootoo, ing., Ph. D.
« Protection et gestion des eaux d’irrigation »

M. Georges Gangbazo, ing., Ph. D.

« Influence de l’agriculture sur la qualité de l’eau au Québec »

M. Jean Caron, agr., Ph. D. et M. Pierre Baril, agr., ing., Ph. D.
« Intervention au champ et en bassin versant »

M. Pierre Baril, agr., ing. Ph. D. et M. Stéphane Gariépy, ing., M. Sc.
« L’approche par bassins versants »

M. Hugues Groleau, agr., M. Sc.
« L’agronome en tant qu’intervenant dans la gestion des eaux municipales »

M. Camille Genest, commissaire

« Les recommandations de la Commission sur la gestion de l’eau à l’égard de l’agriculture »

M. Pierre Fortin, agr.
« Orientation en matière d’assainissement agricole : modernisation de la réglementation »

Pour l’occasion, l’Ordre a également fait venir de Suisse M. Jean-Pierre Clément, qui détient un diplôme d’ingénieur-agronome de la Suisse et qui travaille comme adjoint scientifique sénior à la Division substances, sol et biotechnologie, section de l’environnement, des forêts et du paysage de la Suisse. De plus, M. Clément participe activement au développement de la politique de la qualité des eaux de surface et souterraines dans les zones rurales de la Suisse. La conférence qu’il présentera à l’occasion du Congrès de l’OAQ s’intitule « L’agronome, un professionnel qui a un rôle de protection de la ressource eau ».

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ordre des agronomes du Québec

http://www.oaq.qc.ca/

Commentaires