Les Aliments Maple Leaf : progression de 27 % du bénéfice d’exploitation avant les frais de restructuration

Toronto (Ontario), 29 avril 2005 – Les Aliments Maple Leaf Inc. annonçait le 29 avril ses résultats financiers du premier trimestre se terminant le 31 mars 2005.

Le président et chef de la direction, monsieur Michael McCain, a fait la déclaration suivante : « Nous sommes très contents de notre bilan du premier trimestre qui reflète un élan de revenus continu en 2005. Cette croissance a été réalisée nonobstant les vents de bout du marché dans nos opérations du porc frais et de volaille et provenait d’une combinaison de facteurs, y compris l’avantage de l’équilibre du portefeuille à travers nos opérations de chaîne de valeur de protéines, d’excellents résultats de boulangerie, et de gains continus dans l’efficacité d’exploitation de toutes nos entreprises. »

Les ventes pour le premier trimestre ont augmenté à 1,6 milliard de dollars, par rapport à 1,2 milliard de dollars pour l’exercice précédent, principalement en raison de l’acquisition de Schneider Foods en avril 2004, et de l’accroissement des ventes dans les opérations du porc frais. Mis à part Schneider Foods, les ventes pour le premier trimestre ont augmenté de 3 %.

Le bénéfice net pour le trimestre, avant les frais de restructuration, a été de 21,1 millions de dollars (0,17 $ par action) comparativement à 18,1 millions de dollars (0,16 $ par action) l’année passée. Avec les frais de restructuration, le bénéfice net a été de 12,7 millions de dollars (0,10 $ par action).

L’entreprise a inscrit des frais de restructuration de 13,2 millions de dollars avant impôt (8,8 millions de dollars après impôt), afin de tenir compte de plusieurs initiatives de restructuration commerciale continues, principalement l’intégration de Schneider Foods, la fermeture d’une boulangerie à Peterborough, en Angleterre, et d’autres petites activités de restructuration.

Le bénéfice de l’exploitation, avant les frais de restructuration, a augmenté de 27 % pour atteindre 61,2 millions de dollars par rapport aux 48,0 millions de dollars de l’année passée. Les comparaisons de bénéfices d’exploitation excluent les 13,2 millions de dollars au titre des frais de restructuration du premier trimestre de 2005. La direction estime qu’il s’agit de la meilleure façon d’évaluer les résultats d’exploitation, les frais de restructuration n’étant pas représentatifs de l’exploitation continue.

Revue de l’exploitation
Voici un sommaire du bénéfice d’exploitation par segment. La combinaison du Groupe des produits de la viande et du Groupe agro-alimentaire comporte l’exploitation de la Chaîne des valeurs des protéines, qui s’intéresse à produire les produits de protéines animales. Ces exploitations sont hautement apparentées et liées de façon stratégique à l’intérieur du modèle de gestion Coordination verticale de la société. Tandis que chaque exploitation maintient une forte approche vis-à-vis de la clientèle externe, elles sont fortement coordonnées pour réaliser un rendement supérieur là où leurs exploitations se croisent. Par conséquent, il est plus significatif d’examiner les résultats au combiné de la Chaîne des valeurs des protéines au lieu d’examiner chaque segment de façon indépendante.

Bénéfice d’exploitation avant frais de restructuration(millions $CDN)                                Premier trimestre                                           ————————-                                           2005    2004    Variation                                           —-    —-    ———Groupe des produits de la viande           18,7    10,0         87 %Groupe agro-alimentaire (i)                21,9    20,3          8 %                                           ————Chaîne des valeurs des protéines           40,6    30,3         34 %Groupe des produits de boulangerie         20,6    17,7         16 %                                           ————                                           61,2    48,0         27 %                                           ————                                           ————

(i) Comprend 0,2 million de dollars (2004 : 4,1 millions de dollars) de profits reliés aux ventes de quota de la production de volaille.

L’amélioration du bénéfice de la Chaîne des valeurs des protéines tient compte des contributions positives de Schneider Foods et le bénéfice de la production de porc, ce qui en plus compense les diminutions des marges du traitement de la volaille dans l’ensemble de l’activité économique et les produits de rendu inférieur. Bien que les marges de l’industrie du porc frais aient baissé, la composition du chiffre d’affaires et les améliorations à l’exploitation en plus compensent ces impacts.

Groupe des produits de la viande (produits de viande préparés à valeur ajoutée de marque; produits de porc à valeur ajoutée de marque et frais et congelés; produits de poulet et de dinde à valeur ajoutée de marque et frais et congelés; commercialisation, distribution et commerce d’aliments à l’échelle mondiale)

Au premier trimestre de 2005, les ventes du Groupe des produits de la viande ont augmenté à 1,1 milliard de dollars par rapport aux 678,6 millions de dollars de l’exercice précédent, principalement en raison d’une contribution de Schneider Foods et des prix de porc plus élevés.

Le bénéfice de l’exploitation est passé à 18,7 millions de dollars, depuis 10,0 millions de dollars en 2004. L’augmentation est attribuable à la contribution de Schneider Foods et à une légère amélioration du bénéfice du porc frais, ce qui en plus a compensé une baisse significative du bénéfice du traitement de la volaille. Le bénéfice du porc amélioré a été réalisé nonobstant une baisse de 88 % des marges de l’industrie du traitement de porc au premier trimestre à l’exercice précédent, et a tenu compte une composition du chiffre d’affaires plus élevée et d’une augmentation de l’efficacité de la fabrication. Les gains des exploitations de volaille fraîche ont décliné en raison d’une réduction importante des marges bénéficiaires des transformateurs dans toute l’industrie qui ont atteint des niveaux élevés l’année passée à cause de la pénurie d’approvisionnement relative à la grippe aviaire. Maple Leaf continue de tirer profit de son portefeuille équilibré de produits de viande fraîche et transformée et d’innovations de nouveaux produits qui crée de nouveaux marchés à taux de croissance et à marges bénéficiaires plus élevés. Les capacités de transformation à valeur ajoutée élargies de ce groupe ont provoqué de nouvelles occasions de croissance dans le domaine des charcuteries afin de répondre à la demande croissante du marché des sandwichs. De plus, une nouvelle génération d’une version plus légère de rôtis entièrement cuits a été lancée au cours du premier trimestre, afin d’élargir la demande envers cette gamme de produits très populaire au cours de la saison estivale.

Groupe agro-alimentaire (recherche, développement et approvisionnement de produits et de services de qualité de nutrition destinés au bétail; aliments pour animaux d’agrément; production de porc; recyclage de sous-produits d’animaux)

Au cours du premier trimestre, le Groupe agro-alimentaire a baissé à 189,5 millions de dollars, comparativement à 212,1 millions de dollars pour l’exercice précédent, principalement en raison d’une valeur marchande moins élevée pour les aliments pour animaux et les produits d’équarrissage.

Les gains des exploitations ont grimpé jusqu’à 21,9 millions de dollars depuis 20,3 millions de dollars l’année passée, en grande partie en raison d’une hausse de 19 % des prix du porc qui ont avantagé l’entreprise puisqu’elle était propriétaire, à 21 %, des porcs transformés au cours du trimestre. Les gains découlant des opérations d’équarrissage de l’entreprise ont décliné par rapport à l’année passée en raison de la valeur moins élevée des produits finis, à laquelle s’opposaient les ingrédients d’alimentation alternatifs. Les gains provenant des opérations de nutrition des animaux sont restés constants par rapport à ceux de l’année passée.

Le 20 octobre 2004, le gouvernement américain a mis en place un tarif douanier pour tous les porcs canadiens qui entrent aux Etats-Unis. Dans le cadre d’une décision subséquente, le 6 avril 2005, la U.S. International Trade Commission a décidé à l’unanimité que l’industrie du porc américaine domestique n’avait souffert aucune blessure matérielle à la suite de l’importation de porcs canadiens. Ainsi, les droits imposés sur les porcs canadiens entrant aux Etats-Unis ont cessé et seront remboursés aux éleveurs canadiens. La décision n’aura aucune répercussion matérielle sur les Aliments Maple Leaf.

Groupe des produits de boulangerie (produits de boulangerie à valeur ajoutée de marque et frais et congelés, notamment des produits de boulangerie précuits congelés; sauces et pâtes alimentaires de spécialité)

Les ventes du groupe des produits de boulangerie, pour le premier trimestre, sont passées à 316,2 millions de dollars comparativement à 304,0 millions de dollars pour l’an passé. Cette hausse a été appuyée par des ventes accrues de produits de boulangerie frais et congelés et de produits de pâtes alimentaires fraîches.

Le bénéfice d’exploitation a progressé de 20,6 millions de dollars, par rapport à 17,7 millions de dollars pour l’exercice précédent; cette progression est attribuable principalement aux progressions importantes des bénéfices liés aux produits de boulangerie frais. Les fortes ventes de pains multigrains nutritifs de marque et de spécialité, les réductions des coûts d’exploitation et les hausses de prix qui ont compensé les hausses des coûts d’inflation ont toutes contribué à faire augmenter les gains pour le trimestre. Les gains des opérations de produits de boulangerie nord-américaines ont décliné depuis l’année passée en raison d’une distribution accrue et des coûts des intrants accrus, même si les volumes ont augmenté pour le trimestre. La direction prévoit des bénéfices qui proviendraient des hausses de prix pour le reste de l’année, et ce, pour compenser les importantes hausses de coût, notamment les coûts d’essense. L’entreprise a commencé à vendre ses nouveaux produits FroBake(R) aux Etats-Unis, et ce, vers la fin du trimestre. Ces produits ont provoqué une bonne réaction précoce du marché. Les opérations de boulangerie et de pâtes alimentaires fraîches du Royaume-Uni ont toutes les deux atteint de bonnes ventes au cours du trimestre. Une nouvelle usine de bagels, au Royaume-Uni, a été mise en service, ce qui a provoqué la fermeture d’une usine existante à Peterborough et la consolidation de la fabrication des bagels à un seul endroit.

Flux de trésorerie et financement
Le total des dettes, net du solde de trésorerie, de 1,2 milliard de dollars à la fin du premier trimestre, a augmenté de 783,5 millions de dollars par rapport à l’exercice précédent, à la suite de l’acquisition de Schneider Foods en avril 2004, partiellement compensé par les produits d’une émission à la fin de 2004.

Les flux de trésorerie provenant de l’exploitation au premier trimestre ont pris la forme d’une utilisation de fonds de 40,9 millions de dollars, comparativement à une source de fonds de 23,1 millions de dollars pour l’exercice précédent. Cette variation d’une année sur l’autre résulte principalement d’une augmentation du fonds de rendement au premier trimestre de 2005, axée par une réduction de comptes créditeurs et une augmentation de balances d’inventaire.

Les dépenses en immobilisations ont été de 40,0 millions de dollars, comparativement à 21,1 millions de dollars pour l’exercice précédent. Les dépenses du Groupe des produits de boulangerie ont été occasionnées principalement par la construction d’une installation de bagels au Royaume-Uni ainsi que l’installation du nouvel équipement afin de prendre en charge la gamme de produits FroBake(R). Dans le Groupe agro-alimentaire, du capital significatif a été dépensé sur une nouvelle installation biodiésel au Québec et une nouvelle provenderie au Canada atlantique.

Au premier trimestre, les intérêts débiteurs sont passés à 25,0 millions de dollars, depuis 18,4 millions de dollars à l’exercice précédent, principalement en raison d’une dette moyenne plus élevée encourue afin de financer l’acquisition de Schneider Foods. Au départ, l’acquisition a été financée avec une dette à court terme qui a payé des taux d’intérêt à court terme moins élevés. En décembre 2004, la société a refinancé 500 millions de dollars de la dette à des termes de sept, de dix, et de douze années à un taux effectif moyen de 6,1 %. Par conséquent, les intérêts débiteurs seront plus élevés que les niveaux antérieurs par suite des taux d’intérêt plus élevés sur les dettes à long terme.

Autres sujets
Les Aliments Maple Leaf a déclaré un dividende de 0,04 $ par action payable le 30 juin 2005 aux actionnaires inscrits le 10 juin 2005.

La société Les Aliments Maple Leaf Inc., une société de transformation alimentaire canadienne de pointe, a pour mission de fournir des produits alimentaires de qualité aux consommateurs du monde entier. La société, dont le siège social est à Toronto, au Canada, emploie maintenant environ 23 000 personnes dans ses établissements répartis par tout le Canada ainsi qu’aux Etats-Unis, en Europe et en Asie. Les ventes de la société étaient de 6,4 milliards de dollars en 2004.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Aliments Maple Leaf
http://www.mlfi.com/

Commentaires