Les anti-OGM poursuivent leur campagne

Auch (France), 28 août 2001 – Des militants anti-OGM se réclamant de la Confédération paysanne, des Amis de la Terre, d’Attac, des Verts et de Sud-PTT ont saccagé mardi un champ d’expérimentation de maïs génétiquement modifié chez un agriculteur, à Labrihe, dans le Gers, selon la direction de Monsanto France.

Dans un communiqué, le groupe en a appelé « aux pouvoirs publics pour qu’ils mettent fin à des pratiques qui relèvent d’actes de provocation et de délinquance », soulignant qu’il respectait « pour sa part le droit, les règlements français et européens, et n’entendait pas y déroger ».

Les militants anti-OGM n’en étaient pas mardi à leur première action de protestation contre les expérimentations. Des membres de la Confédération paysanne, auxquels s’étaient joints des représentants d’Attac et des Verts, avaient arraché dimanche environ 2000 mètres carrés de plants de maïs transgénique dans deux champs expérimentaux du sud de la Drôme, à Salettes, où Monsanto effectue des essais en plein air et à Cléon d’Adran, où les plants arrachés appartenaient à la société Biogemma.

Les premiers arrachages de plants avaient eu lieu mercredi dernier à Beaucaire dans le Gard. Par cette action, la Confédération paysanne avait mis sa menace à exécution. Fin juillet, le syndicat agricole de José Bové avait menacé le gouvernement de détruire les essais d’OGM cultivés en plein champ s’il ne procédait pas à ces destructions avant le 12 août.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Monsanto

http://www.monsanto.com/

Commentaires